KR TESTS Gros plan cla­viers :

Les Nord ont de­puis long­temps ins­tal­lé leur ré­pu­ta­tion sur les scènes in­ter­na­tio­nales avec une cou­leur em­blé­ma­tique : le rouge ! Si la to­na­li­té gé­né­rale du Nord Stage 3 conserve l’es­prit du NS2 EX de 2015, des amé­lio­ra­tions no­tables lui ont été ap­por­tées,

Keyboards Recording - - SOMMAIRE - par Fran­çois Bou­che­ry

Cla­via DMI Nord Stage 3

Le Nord Stage est le na­vire ami­ral de la marque, mé­lan­geant les ému­la­tions des syn­thé­ti­seurs (Nord Lead), du pia­no acous­tique (Nord Pia­no), des élec­tro-acous­tiques (Nord Elec­tro) et des orgues à roues pho­niques ( Nord C2). Trois mo­dèles de NS3 sont dé­cli­nés, avec le Com­pact à tou­cher se­mi-lourd « Wa­ter­fall » (73 notes), le mo­dèle HP76 à tou­cher les­té (76 notes) et le Nord Stage 3 - 88 équi­pé d’un cla­vier à ac­tion de mar­teaux. La va­rié­té des gé­né­ra­teurs pour­rait com­pli­quer le type de ré­ponse du NS3 - 88, mais son cla­vier n’est pas le Fa­tar TP 40 Gra­ded Ham­mer du Nord Pia­no. Il offre suf­fi­sam­ment de ré­sis­tance pour les pia­nistes mais sans être trop dur pour les pia­nos élec­triques, tout en res­tant adap­té aux per­cus­sions des orgues… une sa­crée per­for­mance !

Es­thé­tique in­chan­gée

La ver­sion 88 notes que nous tes­tons au­jourd’hui (OS v. 1.12) se pré­sente en ha­bit rouge tra­di­tion­nel, équi­pée des fa­meuses mol­lettes en bois et en pierre et des flancs en bois : un Nord reste un Nord ! Ses di­men­sions n’ont pas va­rié de­puis le NS2 EX et il n’a pris que 500 g de plus que son pré­dé­ces­seur (19 kg), plu­tôt lé­ger pour un sept-oc­taves ! Néan­moins, pour ceux qui vou­draient pro­té­ger leur dos, le HP76 à 12,5 kg se­ra plus rai­son­nable. On re­marque peu de chan­ge­ments vi­suels à part le pas­sage en oled de l’écran cen­tral et ce­lui an­cien­ne­ment à leds de la par­tie Synth, avan­tage évident pour la scène ! Les quatre sor­ties ar­rière en jacks asy­mé­triques n’ont (mal­heu­reu­se­ment) pas été éten­dues, tan­dis que les bran­che­ments pour pé­dales conservent l’en­trée Sus­tain, l’Or­gan Swell af­fec­tée au vo­lume de l’orgue avec sa ré­ponse en fré­quences comme sur un au­then­tique B-3 et la pé­dale Ro­tor Speed qui règle la vi­tesse de la Les­lie. En cas d’uti­li­sa­tion – comme c’est le cas ici – de la triple pé­dale op­tion­nelle bran­chée dans l’en­trée Sus­tain, on bé­né­fi­cie de l’ef­fet de­mi-pé­dale sur la « dam­per » de droite, de l’at­té­nua­tion sur celle de gauche (Una Cor­da) et du Sos­te­nu­to au mi­lieu. Une nou­velle en­trée ap­pa­raît à gauche, avec Pro­gram Up/Dn Pe­dal pour une pé­dale à deux switchs, ef­fi­cace sur scène pour gé­rer l’avance ou le re­cul des pro­grammes au pied et dont on pour­ra si né­ces­saire chan­ger la po­la­ri­té en in­terne (fi­gure 1). À part le MI­DI In/Out et l’USB, le NS3 garde l’en­trée Mo­ni­tor In en mi­ni-jack qui route di­rec­te­ment le si­gnal vers les casques. L’ali­men­ta­tion, à la dif­fé­rence des pre­miers Nord Stage, est à trois broches.

Cross­fade et mor­phing

Pour ceux qui dé­couvrent les Nord, l’er­go­no­mie risque d’être dé­rou­tante vu d’une or­ga­ni­sa­tion clas­sique à la ja­po­naise comme chez Korg, Ro­land ou Ya­ma­ha. Au som­met de l’ar­chi­tec­ture so­nore d’un Nord Stage, on trouve le « Pro­gram » qui pro­vient po­ten­tiel­le­ment des trois gé­né­ra­teurs Or­gan, Pia­no et Synth ou de ce­lui du mode Ex­tern. Pour cha­cun d’eux, une touche On/Off Zone Se­lect ac­tive ou coupe les gé­né­ra­teurs avec une in­di­ca­tion mo­men­ta­née à l’écran. En bas de la par­tie cen­trale, des em­pla­ce­ments sont pré­vus via la sec­tion du Pa­nel A/B pour for­mer po­ten­tiel­le­ment deux layers (fi­gure 2). Ce­la ouvre la porte à de mul­tiples com­bi­nai­sons comme la pos­si­bi­li­té de mé­lan­ger un pia­no acous­tique avec un Rhodes ou un Wur­ly (ce qu’un Nord Elec­tro, par exemple, est in­ca­pable de

La non-cou­pure entre les pro­grammes, gros point fort du NS3, de­vrait de­ve­nir une norme pour les cla­viers de scène tel­le­ment c’est agréable !

faire), ou bien en­core d’af­fec­ter, par la touche Dual KB, le slot B à un cla­vier maître pour se fa­bri­quer un B-3 double cla­vier, à la nuance près que si chaque pro­gramme du layer conserve ses ef­fets, la si­mu­la­tion de la Les­lie, elle, ne pour­ra être dé­dou­blée. Un Pro­gram peut être as­si­gné à l’en­semble du cla­vier ou à l’une des quatre zones de split dé­fi­nies par les points L, M et H (Lo­wer, Mid & High). Le point de split sé­pa­rant les di­verses zones peut être at­tri­bué aux dix va­leurs mar­quées par des leds si­tuées le long du cla­vier (de F2 à C7). Les points ac­tifs en même temps vont s’al­lu­mer et les plages se­ront vi­sibles à l’écran via le bou­ton KB Zones (fi­gure 3). Nor­ma­le­ment, la tran­si­tion entre deux sons split­tés est net­te­ment dé­fi­nie mais le NS3 ra­joute une op­tion cross­fade avec Split Width qui pro­pose trois ni­veaux (Off, Sml, Lrg) dé­fi­nis­sant la lar­geur de la plage de cla­vier af­fec­tée (fi­gure 4). Small re­pré­sente six de­mi-tons de chaque cô­té du point de split où la so­no­ri­té va pro­gres­si­ve­ment s’es­tom­per ou ap­pa­raître, tan­dis que Large passe à une oc­tave au­tour de la note de ré­fé­rence, ce qui donne des tran­si­tions en­core plus douces. Les ni­veaux choi­sis sont mar­qués vi­suel­le­ment par la led du split qui passe alors du vert au rouge (fi­gure 5). On dé­couvre aus­si par­mi les nouveautés une fonc­tion de mor­phing im­por­tée des Nord Lead qui per­met de pi­lo­ter plu­sieurs pa­ra­mètres si­mul­ta­né­ment. Les trois touches Morph As­si­gn peuvent as­si­gner à la mo­lette, à l’af­ter­touch ou à la pé­dale de contrôle une ving­taine de pa­ra­mètres des gé­né­ra­teurs de son et des ef­fets comme les ti­rettes, la vi­tesse de la Les­lie, la ré­so­nance/cou­pure du filtre, le tem­po du de­lay, etc. Les pa­ra­mètres pou­vant bé­né­fi­cier du mor­phing sont do­tés d’une « Led Morph » qui s'al­lume en vert après qu’une source leur a été as­si­gnée (fi­gure 6) et l’in­di­ca­tion du contrô­leur se­ra sou­vent as­so­ciée au pro­gramme comme dans Piz­zi­ca­to Mix MW où la ré­verb est contrô­lée par la mo­lette, ou Mk V Tre­mo­lo AT. Sur scène, le Live Mode reste pra­tique pour mé­mo­ri­ser en temps réel ses ré­glages sans uti­li­ser le mode Store, même après l’ex­tinc­tion du cla­vier et on peut no­ter que le NS3 conserve le der­nier pro­gramme uti­li­sé au mo­ment de la cou­pure de l’ali­men­ta­tion, ce qui en 2017 n’est pas en­core le cas sur tous les mo­dèles dits « de scène » qui re­tournent par­fois sys­té­ma­ti­que­ment au pro­gramme 1. De même, la non-cou­pure entre les pro­grammes, gros point fort du NS3, de­vrait de­ve­nir une norme pour les cla­viers de scène tel­le­ment c’est agréable !

Un mode Song, en com­plé­ment du Live Mode, re­groupe à pré­sent dans une mé­moire dé­diée les pro­grammes d’un même pro­jet ap­pe­lés Song Parts. Le NS3 contient huit Songs de cin­quante Parts qui fonc­tionnent de la même ma­nière que les pro­grammes à par­tir du mo­ment où la touche Song Mode est en­clen­chée.

Le pa­quet sur les pia­nos

Je dois ad­mettre que Cla­via connaît bien la loi de Moore ! En ef­fet, si le NS2 EX avait dé­jà mul­ti­plié par deux la mé­moire flash de la Nord Pia­no Li­bra­ry pour at­teindre 1 Go, le NS3 la porte à pré­sent à 2 Go, ce qui lui donne une confor­table marge pour char­ger via le Nord Sound Ma­na­ger la plu­part des ver­sions XL de 200 Mo des pia­nos de con­cert qu’on joue­ra avec 120 voix de po­ly­pho­nie. Les trois pre­miers pia­nos donnent le ton, avec Royal Grand 3D en­re­gis­tré avec une tête ar­ti­fi­cielle, Vel­vet Grand pro­ve­nant d’un Stein­way à queue de 2,80 m et Sil­ver Grand avec ses so­no­ri­tés cris­tal­lines. Suivent toute une col­lec­tion de mo­dèles à queue et droits (Upright) à l’ave­nant, ain­si que des élec­tro-acous­tiques dont la ré­pu­ta­tion n’est plus à faire, mais c’est sur­tout dans l’agen­ce­ment propre au NS3 qu’on trou­ve­ra ma­tière aux sons les plus ori­gi­naux. Un pro­gramme comme De­mo AP Layer, qui mé­lange le Royal Grand 3D avec un EP5 Bright Tines et un lé­ger ta­pis de cordes de vio­lons avec dif­fé­rents points de split, re­pré­sente pour moi la quin­tes­sence de ce que peut évo­quer un son de « pia­no am­biant ». Évi­dem­ment, je ne peux que re­com­man­der l’em­ploi de la triple pé­dale qui, pour 5 % du prix to­tal du NS3, per­met­tra d’ac­cé­der à un contrôle des ré­so­nances in­éga­lé. La sec­tion des orgues se base sur le mo­teur du Nord C2D et dis­pose d’une po­ly­pho­nie com­plète. On peut juste se de­man­der pour­quoi Cla­via n’a pas fait pro­fi­ter des ti­rettes har­mo­niques phy­siques à ses deux mo­dèles à tou­cher les­té, dont bé­né­fi­cie ex­clu­si­ve­ment la ver­sion Com­pact (fi­gure 7). En de­hors des roues pho­niques du B-3 et des tran­sis­tors des Vox et Far­fi­sa, deux ému­la­tions clas­siques ap­pa­raissent avec Pipe 1 & 2 qui re­pré­sentent un orgue avec peu d’har­mo­niques et un autre plus mé­tal­lique à tuyaux qui rap­pel­le­ra cer­tai­ne­ment leur en­fance aux ex-en­fants de choeur ! Le se­cond écran oled du NS3 concerne la par­tie Synth qui dis­pose d’une mé­moire éten­due à 480 Mo et de 34 voix de po­ly­pho­nie. Cla­via est en train de peau­fi­ner la nou­velle li­brai­rie Nord Sample 3.0 (nor­ma­le­ment pré­vue en oc­tobre), qui se­ra com­pa­tible di­rec­te­ment avec les NS3 mais dont les an­ciens for­mats en 2.0 de­vront être conver­tis. La sec­tion des syn­thèses em­prunte lar­ge­ment à la technologie du Nord Lead 3, avec le choix des formes d’onde entre Clas­sic (ana­lo­gique), Wave (table d’ondes), F-Wave (for­mants), S-Wave (su­per-waves) et Samp (échan­tillons). La par­tie ana­lo­gique sous­trac­tive est for­mée de deux mo­dé­li­sa­tions d’os­cil­la­teur (DCO) sous huit formes d’onde avec les modes tra­di­tion­nels (si­nu­soïde, tri­angle, dent de scie, car­rée, pulse) et plus com­plexes (ES­quare & ESaw) (fi­gure 8). Cô­té ef­fets, le NS3 pro­pose sept pro­ces­seurs : une ému­la­tion de ca­bine Les­lie 122, un si­mu­la­teur d’am­plis/EQ, deux mul­ti-ef­fets (Ef­fect 1 & 2), de­lay, com­pres­seur et ré­verb. Seuls ces deux der­niers se­ront ac­ces­sibles en glo­bal, tan­dis que les autres s’ap­pliquent à une sec­tion à la fois. Au néo­phyte, l’ap­port du NS3 sem­ble­ra pro­ba­ble­ment mince, mais pour un ha­bi­tué des concerts, le nou­veau Nord a fait un vrai bond en avant. L’avance des pro­grammes au pied, le mor­phing à l’af­ter­touch ou à la mo­lette comme le cross­fade au­tour du point de split sont au­tant de fac­teurs qui vont ren­for­cer son ex­pres­si­vi­té en live, ap­por­tant ce pe­tit plus qui va faire la dif­fé­rence. Le reste est dé­jà de l’ac­quis : une es­thé­tique eu­ro­péenne ra­cée, une grosse li­brai­rie de pia­nos et cla­viers vin­tage au top ni­veau, constam­ment re­nou­ve­lée, un tou­cher d’une po­ly­va­lence in­croyable, des com­bi­nai­sons de tex­tures illi­mi­tées, une er­go­no­mie sans conces­sion qui as­soient de­puis vingt ans la ré­pu­ta­tion des Nord sur les scènes mon­diales.

Ce­la ouvre la porte à de mul­tiples com­bi­nai­sons, comme la pos­si­bi­li­té de mé­lan­ger un pia­no acous­tique avec un Rhodes ou un Wur­ly.

Led de split. 5

Cross­fades. 4

1 Pé­dale d’avance de pro­gramme.

« Led Morph ». 6

2 Sec­tion Pa­nel.

Quatre zones de split. 3

7 Ti­rettes phy­siques sur le NS Com­pact.

8 Sec­tion des os­cil­la­teurs.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.