Té­mé Tan Ça va pas la tête ?!

Keyboards Recording - - MUSICPLAY -

eux-tu nous par­ler de ton en­fance ? Té­mé Tan : Je suis né à Kin­sha­sa en Ré­pu­blique Dé­mo­cra­tique du Con­go (ex-Zaïre) et j’ai gran­di entre cette mé­tro­pole et la Bel­gique jus­qu’à mes 10 ans. Je ne fai­sais pas en­core de musique à cette époque, car je vou­lais être man­ga­ka ou bas­ket­teur. J’ai mi­gré en­suite dans la cam­pagne fla­mande et c’est au mo­ment du ly­cée vers 2004 que ça m’est tom­bé des­sus. Je suis ren­tré par ha­sard dans un groupe qui cher­chait un chan­teur et ils m’ont en­ga­gé parce que j’avais fait un rap pour un ex­po­sé en cours de lit­té­ra­ture. Avec eux, je suis al­lé voir un concert des Beas­tie Boys et ça a été l’élec­tro­choc. J’ai dé­ci­dé d’ar­rê­ter le des­sin et le basket pour me consa­crer uni­que­ment à la musique. En­suite, j’ai fait des études parce que ça ras­su­rait mes pa­rents et je suis al­lé à l’uni­ver­si­té à Bruxelles où j’ai étu­dié la lit­té­ra­ture his­pa­no­phone et an­glo­phone, mais je n’ai ja­mais fait au­tant de musique que quand j’étais à la fac ! Pen­dant un Eras­mus que j’ai pas­sé à Gre­nade, j’ai com­men­cé à écrire des chan­sons et pro­gres­si­ve­ment j’en suis ve­nu à m’es­sayer avec des ma­chines et j’ai sor­ti, via PIAS, un pre­mier al­bum au mois d’oc­tobre sur le la­bel que j’ai fon­dé et qui s’ap­pelle Ti­tan. Quel ma­té­riel élec­tro­nique as-tu uti­li­sé au dé­part ? Ma mère m’avait ache­té un dic­ta­phone pour en­re­gis­trer mes cours et je l’ai très vite dé­tour­né pour mon­ter mes pre­mières dé­mos. Tu te rends compte que, quand tu as une table de mixage, tu peux ra­jou­ter un autre dic­ta­phone et faire de l’over­dub et j’ai com­men­cé à faire des bat­te­ries avec des boîtes à rythmes et puis on m’a prê­té une basse sur la­quelle j’ai cher­ché les notes fon­da­men­tales de mes ac­cords. Quelle a été l’in­fluence des mu­siques afri­caines ? Quand on était pe­tits, pen­dant les réunions de fa­mille, on écou­tait les grands chan­teurs de rum­ba congo­laise comme Ta­bu Ley Ro­che­reau. Mon pre­mier sou­ve­nir était Pa­pa Wem­ba dans un film qui s’ap­pelle La­vieest­belle où il tient le pre­mier rôle et chante toutes les chan­sons. Avec mes frères, on connais­sait toutes les ré­pliques par coeur. Je fais de la musique d’au­jourd’hui qui em­prunte à la bos­sa, à la rum­ba congo­laise puisque c’est avec ça que j’ai gran­di, au hip hop qui est la pre­mière musique que j’ai ap­pré­hen­dée et à la musique élec­tro­nique car, quand on est tout seul, on se tourne vers les ma­chines. D’où viennent tes samples ? D’en­re­gis­tre­ments que je prends au dic­ta­phone quand je voyage, ça peut être au Ja­pon, au Bré­sil comme dans les rues de Bruxelles ou de Pa­ris. Dans un mor­ceau qui s’ap­pelle « Ça Va Pas La Tête ?! », j’avais en­re­gis­tré des en­fants du Con­go qui chan­taient dans l’église où s’est ma­rié mon cou­sin, et je les ai ajou­tés à une mé­lo­die et des ac­cords de gui­tare exis­tants. Com­ment com­mences-tu un mor­ceau ? Ce n’est pas sys­té­ma­tique, je pars soit du chant, soit de per­cus­sions, soit d’une simple mé­lo­die que j’ai en tête ou par­fois d’un simple en­re­gis­tre­ment au dic­ta­phone. Ce­la cor­res­pond à la dé­marche des pre­miers ar­tistes dont j’ai ache­té les al­bums, comme Jim­my Jay ou les Fu­gees.

Quel est ton ma­tos de scène ?

Il est as­sez mi­ni­ma­liste, j’ai une loops­ta­tion Elec­troHar­mo­nix, une MPC2000XL qui uti­lise en­core des car­touches zip de 100 Mo et un Kaoss Pad 2 que j’adore. J’ai aus­si une pe­tite gui­tare. Une fois que j’ai fait mes edi­tings, je les in­tègre dans Able­ton Live. J’ai long­temps tour­né avec la MPC parce que j’ai ap­pris des­sus et que c’est comme de jouer sur une vieille gui­tare !

Globe-trot­ter in­fa­ti­gable au­tant qu’homme-or­chestre, Tan­guy Hae­se­voets alias Té­mé Tan mixe les rythmes afri­cains avec les samples de MPC, ce qui l’a conduit il y a un an à un pre­mier al­bum épo­nyme dans le­quel se mêlent ses influences de rum­ba congo­laise, musique bré­si­lienne et rap ur­bain, en pre­nant pour thé­ma­tique ma­jeure le car­net de voyage. Pro­pos re­cueillis par Fran­çois Bou­che­ry

Té­méTan [Ti­tan/PIAS] • http://te­me­tan.com • www.pias.com/la­bels/le-la­bel

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.