Cats On Trees Un ha­lo de lu­mière

Keyboards Recording - - MUSICPLAY -

Votre his­toire ? Ni­na : J’ai gran­di avec des pa­rents mé­lo­manes, fé­rus de musique clas­sique et de folk des an­nées 70. « No Milk To­day » d’Her­man's Her­mits était une des chan­sons pré­fé­rées de ma ma­man. Le pia­no était une pièce maî­tresse dans la mai­son de mes grands-pa­rents. J’y pas­sais des heures sans sa­voir en jouer. Et à l’âge de 9 ans, en ren­trant de l’école, un pia­no m’at­ten­dait chez moi, avec son pro­fes­seur ! Mo­ment de joie ex­trême, j’y jouais sans cesse sans que ce­la ne soit trop contrai­gnant. De­puis, la musique fait par­tie in­té­grante de ma vie. J’étais très ti­mide à l’école, je fai­sais par­tie des en­fants qu’on bous­cu­lait. Le pia­no fut très vite un exu­toire. J’ai pas­sé un Bac Musique, étu­dié la mu­si­co­lo­gie et c’est à ce mo­ment-là que Cats est né. Yo­han était comme moi. Nous vou­lions

nous ex­pri­mer mu­si­ca­le­ment sans bar­rières, et la formule du duo nous don­nait cette sen­sa­tion. Vos influences ? La musique clas­sique pour l’har­mo­nie. J’ai rem­pli mon propre ba­gage mu­si­cal as­sez tard. J’y ai mis du Björk, Ra­dio­head, Na­da Surf, Sil­ver­chair, To­ri Amos. Des ar­tistes qui m’ont ai­dée à prendre un vi­rage et don­né l’en­vie de m’ex­pri­mer en­core plus. La musique de film était aus­si très pré­sente. Votre ma­tos ? Un Nord Stage 2 pour la scène, un DPA pour le chant. En stu­dio, j’uti­lise prin­ci­pa­le­ment les plug-ins de pianos et Rhodes de chez Pia­no­teq, quelques Na­tive Ins­tru­ments, et Ana­log Lab. Les sons de pia­no du Nord sont as­sez chouettes dans un re­gistre pop et in­ci­sif, mais, pour créer de la ma­tière va­po­reuse, je pré­fère de loin l’acous­tique. Com­ment s’est réa­li­sée la pro­duc­tion de l’al­bum ? En plu­sieurs étapes. J’ai par­fois pen­sé que la pro­duc­tion était in­dis­so­ciable de la com­po­si­tion. Mais, pour cet al­bum-là, nous avons donc dis­so­cié les deux. Nous vou­lions que les com­po­si­tions fonc­tionnent, dé­nu­dées de tout : gui­tare-voix ou pia­no-voix ou juste voix. Ce fut un chal­lenge et ce n’est qu’en phase fi­nale que nous avons ra­jou­té des basses, des syn­thés, des vio­lons, des ef­fets. Ça s’est dé­rou­lé chez nous, à Tou­louse, chez notre réa­li­sa­teur Pierre Rou­gean, mais éga­le­ment aux Stu­dios de la Seine où nous avons en­re­gis­tré des pianos, bat­te­ries, basses et sur­tout des vio­lons. An­ge­lo Fo­ley et El­vin Gal­land ont ar­ran­gé des titres comme « Bir­th­day » et « If You Feel ». C’est tou­jours riche et in­té­res­sant d’écou­ter sa musique à tra­vers les oreilles de quel­qu’un d’autre. Est-ce que Neon a pour vo­ca­tion d’éclai­rer nos exis­tences ? Je ne sais pas s’il a pour vo­ca­tion d’éclai­rer ton exis­tence… S’il te donne le sou­rire et un peu d’es­poir, c’est dé­jà bien. C’était im­por­tant pour nous de pui­ser dans nos sen­ti­ments et émo­tions les plus apai­sés pour ra­con­ter quelque chose. Se sou­ve­nir de ce qu’il y a de beau aus­si dans les mo­ments dif­fi­ciles. Ce­la t’aide à avan­cer.

Neon, du nom de cette lu­mière qui ap­pa­raît dans l’obs­cu­ri­té, au bout du tun­nel ou d’une nuit plus longue que pré­vu… voi­ci le man­tra de Ni­na (chant, claviers) et Yo­han (bat­te­rie), consti­tuant Cats On Trees. Ce deuxième al­bum fait ren­trer le duo dans l’âge adulte, à la fois in­tros­pec­tif et ré­tros­pec­tif. Pro­pos re­cueillis par Fré­dé­ric Gan­gneux

Neon [Tôt ou Tard] • https://cat­son­trees.com • www.youtube.com/watch? v=JMTYZikQAuU

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.