Grand­mo­ther C’est dans les vieux pots…

La sor­tie d’un syn­thé­ti­seur Moog consti­tue tou­jours un évé­ne­ment. Quand il pos­sède un cla­vier et qu’il af­fiche de belles cou­leurs, nul doute qu’il va pro­vo­quer de la cu­rio­si­té !

Keyboards Recording - - MUSICPLAY À L’ÉCOUTE - par Mi­ka Stol­kien

De­puis que l’en­tre­prise a été re­prise par ses sa­la­riés, Moog semble en pleine forme. Per­pé­tuant la tra­di­tion en al­ter­nant la pro­duc­tion de haut de gamme et d’ins­tru­ments plus ac­ces­sibles (on pense au grand écart entre des mo­du­laires en sé­rie li­mi­tée et des Mo­ther-32 et autre DFAM), le staff du construc­teur amé­ri­cain s’est pen­ché sur le concept d’un syn­thé­ti­seur simple, pré-pat­ché, mais pou­vant ser­vir aus­si de cla­vier maître pour un sys­tème de ta­ble­top (les Mo­ther par exemple) ou un sys­tème mo­du­laire Eu­ro­rack.

Une pré­sen­ta­tion claire et lo­gique

De taille com­pacte, avec un cla­vier dy­na­mique (mais sans af­ter­touch) de 32 touches, le Grand­mo­ther at­tire tout de suite l’at­ten­tion par les cou­leurs de sa face avant. Les mo­lettes de pitch bend et de mo­du­la­tion re­prennent les formes cou­tu­mières propres à la marque de­puis des dé­cen­nies. La pré­sen­ta­tion sous forme de mo­dules ma­té­ria­li­sés par des cou­leurs vives rap­pelle une or­ga­ni­sa­tion de racks mo­du­laires et c’est un clin d’oeil qui n’est pas in­no­cent.

De gauche à droite, on dis­tingue le sé­quen­ceur/ar­pé­gia­teur en jaune, le LFO ( nom­mé Mo­du­la­tion), les deux os­cil­la­teurs, le mixeur, un mo­dule Uti­li­ties (patch 4 points et at­té­nua­teur bi- po­laire), le filtre, l’en­ve­loppe et en­fin le mo­dule de sor­tie ( VCA) et le mo­dule Spring Re­verb si­tué juste en des­sous. Cette ré­par­ti­tion est claire et lo­gique et, en l’ab­sence de mé­moire de patch, elle se­ra un atout pour prendre des che­mins et des ré­glages fa­ci­le­ment mé­mo­ri­sables.

La face ar­rière est tout aus­si in­té­res­sante avec un ré­glage de Fine Tune, une sor­tie au­dio Main, une en­trée pour ins­tru­ment ex­terne, une sor­tie Eu­ro­rack Di­rect et une autre pour la ré­ver­bé­ra­tion (les deux en mi­ni-jack 3,5 mm), un mo­dule Arp/Seq CV (Clock In, On/Off In, Re­set In, Clock Out), les trois prises MI­DI In/Out/Th­ru, une prise USB et une prise pour adap­ta­teur sec­teur 12 V (fi­gure 1).

Pen­chons-nous sur la syn­thèse

Comme la grande ma­jo­ri­té des lec­teurs de KR est fa­mi­lia­ri­sée avec les prin­cipes de base de la syn­thèse sous­trac­tive, on ne re­vien­dra pas sur la théo­rie mais nous pou­vons nous at­tar­der sur ce qui fait la par­ti­cu­la­ri­té de l’ap­proche Moog en gé­né­ral et du Grand­mo­ther en par­ti­cu­lier (fi­gure 2). On re­trouve le fa­meux filtre Lad­der 4 pôles avec une fré­quence de cou­pure de 10 Hz à 20 kHz com­plé­té par un passe-haut 1 pôle pat­chable. À ce pro­pos, on compte en tout 41 points de patch, ce qui rend le Grand­mo­ther par­fai­te­ment se­mi-mo­du­laire. C’est aus­si un des grands points d’in­té­rêt de ce syn­thé­ti­seur, bien dans l’air du temps entre les mo­du­laires évo­lu­tifs en rack, les nou­velles ver­sions de Mi­niB­rute d’Ar­tu­ria en test dans ce même nu­mé­ro… L’heure est au patch !

Cô­té os­cil­la­teurs, l’os­cil­la­teur 1 offre le choix entre plu­sieurs formes d’onde : Triangle, Saw, Square et Nar­row Pulse, un mode Sync (l’os­cil­la­teur 2 est syn­chro­ni­sé fa­çon « hard sync » sur la phase de l’os­cil­la­teur 1) et un choix d’oc­tave al­lant de 4’ à 32’. La sor­tie de patch nom­mée Wave Out cor­res­pond aux ré­glages de l’os­cil­la­teur 1. L’os­cil­la­teur 2 couvre les oc­taves de 4’ à 16’ et, s’il pos­sède les mêmes formes d’onde que l’os­cil­la­teur 1, il offre le ré­glage fin de l’ac­cord qui per­met de le désac­cor­der en fi­nesse par rap­port à l’os­cil­la­teur 1. Les pos­si­bi­li­tés de patchs sont presque iden­tiques sur les deux os­cil­la­teurs (Wave Out, Pitch In), mais la dif­fé­rence se si­tue au ni­veau des PWM In pour l’os­cil­la­teur 1 et Lin FM (pour Li­near FM) In pour l’os­cil­la­teur 2.

On compte 41 points de patch, ce qui rend le Grand­mo­ther par­fai­te­ment se­mi-mo­du­laire. C’est aus­si un des grands points d’in­té­rêt de ce syn­thé­ti­seur, bien dans l’air du temps… L’heure est au patch !

Nous avons bien sûr un gé­né­ra­teur de bruit blanc dont on do­se­ra le ni­veau dans la par­tie mixeur. La sec­tion filtre rem­plit cor­rec­te­ment son of­fice avec le fa­meux Lad­der à 24 dB/oct passe-bas et son cut off an­non­cé de 10 Hz à 20 kHz et cu­rieu­se­ment sé­ri­gra­phié de 20 Hz à 20 kHz.

Sé­quen­ceur, ar­pé­gia­teur et spring re­verb !

Si nous iso­lons ces mo­dules du reste de la pré­sen­ta­tion (fi­gure 3), c’est bien qu’ils ne font pas par­tie du cir­cuit de syn­thèse mais qu’ils par­ti­cipent ac­ti­ve­ment à la créa­tion mu­si­cale.

Le sé­quen­ceur est à 256 pas et la bonne nou­velle est que la pro­gram­ma­tion reste en mé­moire (trois em­pla­ce­ments dis­po­nibles via le bou­ton de sé­lec­tion Oct/Seq), même si on met hors ten­sion le Grand­mo­ther. On voit bien l’as­pect pra­tique pour la scène mais aus­si en tra­vail de pro­duc­tion, ne se­rait-ce que pour avoir une sé­quence type et la lan­cer pour sculp­ter des sons à par­tir de là. Bien en­ten­du, ce sé­quen­ceur est syn­chro­ni­sable et on pro­fite de plu­sieurs ré­glages en com­mun avec l’ar­pé­gia­teur, comme les modes de sens de lec­ture, le mode ORDR (pour Or­der, soit le res­pect des notes jouées au cla­vier, dans l’ordre).

L’ar­pé­gia­teur est as­sez clas­sique et n’ap­pelle pas de com­men­taire par­ti­cu­lier si ce n’est que son uti­li­sa­tion est un peu in­dis­so­ciable de ce type de syn­thé­ti­seur.

La sec­tion ef­fet qui se ré­duit à la seule pré­sence d’un mo­dule de spring re­verb vaut bien le dé­tour ! Cette ré­ver­bé­ra­tion dite « à res­sort » peut être aus­si uti­li­sée comme une ver­sion au­to­nome via les points de patch Re­verb Out (en face ar­rière) et Re­verb In (dans le sec­teur Out­put de la face avant). Cet ef­fet est simple et bien­ve­nu pour tra­vailler dans l’es­prit de la pa­lette so­nore dé­li­vrable par le Grand­mo­ther.

La pré­sence de ces trois élé­ments (sé­quen­ceur, ar­pé­gia­teur et spring re­verb) montre l’orien­ta­tion don­née à ce syn­thé­ti­seur qui peut ai­sé­ment de­ve­nir le centre né­vral­gique d’un en­semble de mo­dules ex­ternes, qu’ils soient pré­sents sous la forme d’un mo­du­laire connec­té ou de ta­ble­top comme les Mo­ther-32, DFAM et autres Vol­ca, Bou­tique, etc.

Dans la fa­mille Moog…

La grand-mère… Et là, c’est bonne pioche ! Évi­dem­ment, on pense un peu au Mo­ther-32 en tra­vaillant avec le Grand­mo­ther, mais notre im­pres­sion s’es­tompe as­sez ra­pi­de­ment au pro­fit d’un réel in­té­rêt de tra­vail avec ce syn­thé­ti­seur bien pen­sé et, comme nous l’avons dit, plus com­plexe dans ses pos­si­bi­li­tés qu’il n’y pa­raît. La par­tie patch est as­sez com­plète, mais, à l’usage, l’en­jam­be­ment des cor­dons au-des­sus de la face avant

rend l’ac­cès aux po­ten­tio­mètres moins ai­sé (fi­gure 4). Outre l’idée sous-ja­cente que les mo­dules co­lo­rés rap­pellent une confi­gu­ra­tion de syn­thé­ti­seur mo­du­laire du genre Eu­ro­rack, ces codes cou­leurs ont aus­si des ver­tus pé­da­go­giques, car il de­vient en­core plus simple d’iden­ti­fier chaque sec­tion. Le cla­vier est agréable (un Fa­tar) et l’ab­sence d’af­ter­touch se fait ou­blier en jouant au ni­veau des mo­du­la­tions (via la mo­lette idoine ou di­rec­te­ment au­près des ré­glages de LFO). Les en­ve­loppes ré­pondent par­fai­te­ment et on re­trouve le plai­sir de tra­vailler avec des po­ten­tio­mètres ro­ta­tifs et un cur­seur li­néaire pour le ré­glage de sus­tain.

Tout ce­la est très bien ré­par­ti et, à l’usage, les gestes sont na­tu­rels et lo­giques, ce qui nous rap­pelle, si be­soin était, que Moog nous livre tou­jours des syn­thé­ti­seurs bien pen­sés (men­tion par­ti­cu­lière pour le Mi­ni­moog XL). Ce qui est utile et presque lu­dique avec ce se­mi-mo­du­laire, c’est la fa­ci­li­té avec la­quelle on ar­rive à sor­tir des sen­tiers bat­tus, alors que, avouons-le, avant ce test, nous étions plu­tôt à nous de­man­der ce qu’il pou­vait y avoir d’in­té­res­sant dans cette es­pèce de Mo­ther-32 XXL. Comme quoi, les pré­ju­gés sont tou­jours mau­vais conseillers ! Comme sou­vent, on est moins à l’aise sur un cla­vier de 32 touches seule­ment, mais nous com­pre­nons bien le choix des construc­teurs à ré­duire l’en­com­bre­ment des ins­tru­ments ou à lais­ser la pos­si­bi­li­té qu’ils soient au coeur d’un sys­tème ta­ble­top ou po­sés au-des­sus d’un cla­vier maître. Le son gé­né­ral, s’il n’est pas si ori­gi­nal compte te­nu de la pro­li­fé­ra­tion de nom­breux syn­thé­ti­seurs dans ce cré­neau, a le mé­rite d’être as­sez ty­pé et aus­si à l’aise dans les FX que des re­gistres plus mé­lo­diques ou lead, sons sé­quen­cés, etc. Pour un mo­no­pho­nique se­mi-mo­du­laire, on a vrai­ment de quoi bri­co­ler pen­dant pas mal de temps avant d’en faire le tour.

Bien au-de­là de son ap­pa­rence simple

Comme on en croise de temps en temps, le Grand­mo­ther se dé­marque de la pro­duc­tion gé­né­rale des syn­thé­ti­seurs. D’une part, Moog pos­sède des dé­cen­nies d’ex­pé­rience dans ce do­maine, d’autre part, le Grand­mo­ther s’ins­crit en quelque sorte dans une gamme pa­ral­lèle dé­jà consti­tuée par des ins­tru­ments ori­gi­naux et dans des for­mats autres que les claviers ma­jo­ri­taires chez Moog.

Nous avons bien ai­mé ce syn­thé­ti­seur par sa cou­leur so­nore, sa sim­pli­ci­té (ap­pa­rente seule­ment), les pos­si­bi­li­tés de mo­du­la­tion, le contrôle d’uni­tés ex­ternes, la spring re­verb par­fai­te­ment adap­tée au su­jet et le sé­quen­ceur/ar­pé­gia­teur in­té­gré. Le filtre Lad­der ap­porte cette cou­leur as­sez ty­pée Moog et l’en­semble rap­pelle les longues heures de jeu avec des Mi­cro­moog ou des Pro­di­gy. Bien plus ty­pé et souple que l’an­cienne gamme des Phat­ty, on es­père sim­ple­ment que le Grand­mo­ther se­ra com­plé­té par d’autres ins­tru­ments dans le même es­prit. Pour faire simple, ce syn­thé­ti­seur va cer­tai­ne­ment in­té­grer pro­chai­ne­ment notre se­tup tel­le­ment il est at­ta­chant et bour­ré de pos­si­bi­li­tés, bien au-de­là de son ap­pa­rence simple et co­lo­rée.

En ce qui concerne le prix, il est plu­tôt rai­son­nable pour un cla­vier Moog et on ne s’en plain­dra pas, au vu de l’em­bal­le­ment de la cote de cer­tains vin­tages (on pense au Pro­di­gy, au SH101…). Le Grand­mo­ther consti­tue un très bon choix bien que sa pro­duc­tion semble li­mi­tée de­puis son lan­ce­ment en ex­clu­si­vi­té aux US via une grande chaîne de ma­ga­sins, puis une ar­ri­vée en Eu­rope au compte-gouttes. Es­pé­rons que la pro­duc­tion suive la de­mande qui de­vrait être au ren­dez-vous.

Comme on en croise de temps en temps, le Grand­mo­ther se dé­marque de la pro­duc­tion gé­né­rale des syn­thé­ti­seurs.

Moog Mu­sic Inc. Grand­mo­ther Dis­tri­bu­teur MESI Site(s) www.moog­mu­sic.com, www.mesi.fr Prix pu­blic in­di­ca­tif 1 199 €

Le sché­ma du che­mi­ne­ment du si­gnal dans le Grand­mo­ther.

La sec­tion sé­quen­ceur/ar­pé­gia­teur.

La par­tie patch est as­sez com­plète, mais gare aux câbles qui ré­duisent l’ac­cès aux po­ten­tio­mètres.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.