L’OEIL DU CNK : LE HAN­DI KITE

Kiteboarder - - CLUBS ET RÉGIONS -

« De­puis 2005, le han­di­cap n’en est plus un pour les ri­deurs de la FFVL ! » C’est en ces termes que la FFVL af­fiche la cou­leur. Ch­ris­tophe Mar­tin, l’am­bas­sa­deur, consi­dère que le ri­deur qui veut na­vi­guer avec le type de ma­té­riel qu’il uti­lise (un châs­sis de ski neige sur le­quel est fixé un twin tip) doit au préa­lable pra­ti­quer avec du ma­té­riel plus convi­vial, ou avoir pra­ti­qué avant, et faire le bi­lan de ses ca­pa­ci­tés phy­siques. Pour le « tout pu­blic », la FFVL s’oriente plu­tôt vers le ca­ta­kite, un ca­ta­ma­ran sans mât au­quel on greffe une aile de ki­te­surf. Le club Ota­ké d’Olé­ron et le club Mas­si­lia Kite à Mar­seille ont or­ga­ni­sé des ses­sions d’ini­tia­tion à l’usage des per­sonnes à mo­bi­li­té ré­duite. Ch­ris­tophe lui, pousse ex­trê­me­ment loin son concept et surfe des vagues que nous ne sur­fe­rons pro­ba­ble­ment ja­mais (Ra­vine blanche à La Réu­nion par exemple). Al­p­éner­gie / GDF Suez en est le spon­sor. On ne peut que sa­luer cette fa­çon de voir les choses et de per­mettre l’ac­cès à tous. Si on veut faire par­ta­ger sa pas­sion à un pote pa­ra­plé­gique, on doit adap­ter, mais pas dé­na­tu­rer l’ac­ti­vi­té. Per­sonne n’a en­core trou­vé la so­lu­tion idéale, mais le prin­ci­pal est que le pote en ques­tion sente que la li­mite ne se­ra ja­mais at­teinte et que cha­cun conti­nue de cher­cher.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.