B

Kiteboarder - - NATURE -

rest, la ci­té du Po­nant abrite de nom­breux or­ga­nismes liés à la mer, comme Océa­no­po­lis ou l’Ifre­mer, mais il en est un char­gé de tra­vailler spé­ci­fi­que­ment sur les risques in­dus­triels et tech­no­lo­giques, liés aux ac­ti­vi­tés hu­maines. Cet or­ga­nisme, le Cedre, est re­con­nu mon­dia­le­ment pour son tra­vail sur les hy­dro­car­bures.

Qui êtes-vous Mé­lu­sine Gaillard ?

Res­pon­sable de l’in­for­ma­tion au Cedre de­puis 4 mois, je pos­sède une double com­pé­tence : une thèse en mi­cro­bio­lo­gie ma­rine et une ex­pé­rience de 8 ans dans la com­mu­ni­ca­tion scien­ti­fique et ins­ti­tu­tion­nelle.

Qu’est-ce que le Cedre ?

Créé en 1979 dans le cadre des me­sures prises suite au nau­frage du pé­tro­lier Amo­co Ca­diz, le Cedre est une as­so­cia­tion à mis­sion de ser­vice pu­blic qui as­siste les au­to­ri­tés fran­çaises en charge de la lutte an­ti­pol­lu­tion ac­ci­den­telle, mais réa­lise éga­le­ment de nom­breuses pres­ta­tions pour des clients pri­vés. Notre or­ga­nisme est in­ter­na­tio­na­le­ment re­con­nu dans le do­maine des pol­lu­tions ac­ci­den­telles des eaux. Son équipe, consti­tuée d’une cin­quan­taine d’in­gé­nieurs, cher­cheurs et tech­ni­ciens, in­ter­vient aux quatre coins du monde de­puis sa base si­tuée à Brest. Le Cedre est plu­ri­dis­ci­pli­naire. On a une ac­ti­vi­té en la­bo­ra­toire, mais pas seule­ment. Nous avons une ac­ti­vi­té de for­ma­tion, une ac­ti­vi­té de plan d’ur­gence, une as­sis­tance 24/24heures en cas de pol­lu- tion. On peut être sur le site en train de faire des for­ma­tions ou des ex­pé­ri­men­ta­tions en la­bo­ra­toire, mais aus­si sur le ter­rain quand on est sol­li­ci­té pour notre ex­per­tise et nos conseils. On ne tra­vaille pas qu’en ur­gence, on tra­vaille aus­si en amont des pro­blèmes. Dans nos pro­grammes de re­cherche, on es­saie de mieux com­prendre le com­por­te­ment des pol­luants lors­qu’ils sont dé­ver­sés en mer, pour adap­ter la ré­ponse au pol­luant in­cri­mi­né.

Quels sont ac­tuel­le­ment les risques liés au pé­trole au ni­veau des océans ? Comment la si­tua­tion a-t-elle évo­lué de­puis 10 ans ?

À l’échelle mon­diale, le nombre de dé­ver­se­ments ac­ci­den­tels d’hy­dro­car­bures de grande am­pleur est net­te­ment en re­cul. Concer­nant les re­jets illi­cites consta­tés en France, ils sont eux aus­si glo­ba­le­ment en baisse. De nou­veaux ques­tion­ne­ments émergent, comme les risques liés au dé­ve­lop­pe­ment de l’ex­ploi­ta­tion de champs pé­tro­liers dans les grands fonds, ou ceux liés au dé­ve­lop­pe­ment du trans­port ma­ri­time en zone po­laire, suite au ré­chauf­fe­ment cli­ma­tique.

Quelle est la na­ture du pé­trole ?

Chaque pé­trole brut est un mé­lange unique de mil­liers d’hy­dro­car­bures, va­riable non seule­ment d’un gi­se­ment à l’autre, mais aus­si au sein d’un même gi­se­ment. Les hy­dro­car­bures sont, pour la plu­part, des li­quides plus lé­gers que l’eau, à pres­sion at­mo­sphé­rique et aux tem­pé­ra­tures ha­bi­tuelles de la vie hu­maine.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.