Des do­na­teurs pour Mu­sé­lec

l'art de pré­ser­ver

KR Home-Studio - - VINTAGE -

Ve­nus de par­tout, mu­si­ciens stars ou ano­nymes, lec­teurs de KR ou col­lec­tion­neurs, ama­teurs ou pro­fes­sion­nels : tous ap­portent leur pierre à l’édi­fice de Mu­sé­lec en lui confiant ins­tru­ments de mu­sique, ap­pa­reils au­dio, ac­ces­soires ou do­cu­men­ta­tion. Vé­ri­table pièce de mu­sée ou pe­tit ob­jet in­si­gni­fiant : ils ont tous leur place dans les col­lec­tions du mu­sée.

Lu­do­vic Lanen, émi­nent in­gé­nieur du son mais aus­si co­fon­da­teur de Mu­sé­lec, ap­pelle un jour votre ser­vi­teur pour lui si­gna­ler que son ca­ma­rade Laurent Cu­gny (fi­gure 1) sou­hai­te­rait faire don au mu­sée de son an­cien set-up de scène. In­utile de vous pré­ci­ser ma ré­ponse : « Et com­ment donc ! Quand est-ce qu’on se voit ? » Quelques se­maines plus tard sortent d’une ca­mion­nette quelques flight-cases dû­ment mar­qués du nom de leur pro­prié­taire.

Le do­na­teur, pia­niste émé­rite, mais aus­si ar­ran­geur et chef d’or­chestre, s’in­té­resse tout au­tant au ci­né­ma et à la mu­si­co­lo­gie (il est d’ailleurs doc­teur en la ma­tière). Il a en ef­fet écrit un cer­tain nombre d’ou­vrages sur la mu­sique et les mu­si­ciens, no­tam­ment Une his­toire du jazz en France et Ana­ly­ser le jazz (tous deux chez Outre Me­sure) ou en­core Las Ve­gas Tan­go – Une vie de Gil Evans (P.O.L., coll. « Bird­land ») et Élec­trique Miles Da­vis (Rouge Pro­fond). Il di­rige long­temps le big band Lu­mière, or­chestre qui a en­re­gis­tré avec Gil Evans ( Rhythm-A-Ning et Gol­den Hair), ain­si que l’ONJ, l’Or­chestre Na­tio­nal de Jazz (de 94 à 97). Il en­seigne le pia­no au Centre d'in­for­ma­tions mu­si­cales de Paris de 81 à 91 avant d’être pro­fes­seur à l'uni­ver­si­té Paris-Sor­bonne / Paris-IV. Il di­rige la Mai­son du Jazz de 2000 à 2004 et en 2006 crée en ver­sion concert un opé­ra-jazz qu'il a com­po­sé à par­tir de la pièce Cloud Tec­to­nics (la tec­to­nique des nuages) de l'au­teur por­to­ri­cain Jo­sé Ri­ve­ra. En 2010 pa­raît l'en­re­gis­tre­ment, avec les vo­ca­listes Da­vid Linx, Laï­ka Fa­tien et Yann-Gaël Pon­cet. 2014 fait naître une nou­velle grande for­ma­tion dont il prend la di­rec­tion : le Gil Evans Paris Work­shop. Laurent Cu­gny : « Où il est ques­tion de faire re­vivre l’es­prit de Gil Evans plu­tôt que la lettre de sa mu­sique, im­pos­sible à re­créer. S’ap­puyer donc sur ses ar­ran­ge­ments (des an­nées 60 et 70 plus que 50), les uti­li­ser comme base pour faire vivre un or­chestre d’au­jourd’hui. Mais aus­si pro­po­ser des ar­ran­ge­ments in­édits sur des com­po­si­tions in­édites. D’où le terme d’ate­lier : ate­lier d’or­chestre, ate­lier d’écri­ture. Dans ce but, j’ai choi­si de m’en­tou­rer de cette ma­gni­fique gé­né­ra­tion de mu­si­ciens nés au­tour des an­nées 1980, qui en­tendent et font le jazz d’au­jourd’hui. » Pro­chains concerts de cette for­ma­tion de pointe : le 23 mai à Ra­dio France, le 4 juillet au Théâtre An­tique de Jazz à Vienne et le 18 juillet au Fes­ti­val de Jazz de Saint-Omer.

Confi­gu­ra­tion de scène

Com­po­si­tion du set-up des an­nées 90 évo­qué plus haut, que Laurent Cu­gny livre lui-même au mu­sée : d’abord un ma­gni­fique pia­no nu­mé­rique Ro­land RD-250, au cla­vier lourd 76 notes, le pre­mier (avec le RD-300 de 88 notes)

à por­ter la tech­no­lo­gie de syn­thèse Struc­tu­red Adap­tive Syn­the­sis de Ro­land, la­quelle per­met un grand réa­lisme des sons per­cus­sifs. Les­quels huit pre­sets se ré­par­tissent en cinq de seize voix po­ly­pho­niques, avec trois dif­fé­rents pia­nos, un vi­bra­phone et pia­no élec­trique, et trois de dix voix po­ly­pho­niques, re­grou­pant des sons de cla­ve­cin, Cla­vi­net et pia­no élec­trique. Un pe­tit rack ac­com­pagne ce RD-250, dans le­quel Laurent Cu­gny avait ins­tal­lé un pe­tit mé­lan­geur, des ex­pan­deurs et autres ef­fets per­met­tant d’aug­men­ter les ca­pa­ci­tés du cla­vier (fi­gure 2). On y trouve un Ro­land U-110 PCM Sound Mo­dule, un Ro­land Su­per JV, le syn­thé­ti­seur 64 voix JV-1080, ain­si qu’un ré­duc­teur de bruit Rock­tron Pro­rax Hush II X et une pe­tite ré­verb Lexi­con LXP1. Enfin, un rare am­pli cla­viers Rhodes AR-150 (Ro­land) vient com­plé­ter l’en­semble (fi­gure 3).

Mer­ci Mon­sieur Cu­gny pour vos « dons du son » ! Klaus Blas­quiz

fi­gure 1

Laurent Cu­gny fait don de son set-up de

scène des an­nées 90. Un rare am­pli cla­viers Rhodes AR-150, construit par Ro­land.

fi­gure 3

fi­gure 2 Le rack d’ex­ten­sion sons (Ro­land) et ef­fets (Rock­tron et Lexi­con) ac­com­pa­gnant le pia­no nu­mé­rique Ro­land RD-250.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.