Back­Track

KR Home-Studio - - BONS PLANS -

Back­Track s’ef­force de connec­ter ar­tistes, ma­na­gers et la­bels entre eux, mais pas n’im­porte com­ment. Grâce à un mo­teur d’éva­lua­tion avan­cé, à par­tir d’in­for­ma­tions col­lec­tées (pro­fil mu­si­cal, don­nées de car­rière, etc.), ma­na­gers et la­bels pour­ront ai­sé­ment lo­ca­li­ser l’ar­tiste qu’ils re­cherchent, et in­ver­se­ment pour l’ar­tiste qui dis­pose d’un en­semble d’ou­tils ana­ly­tiques vi­sant à voir qui s’in­té­resse à lui, Back­Track lui four­nit en plus des conseils et sup­port en dé­ve­lop­pe­ment. Cô­té ma­na­gers et la­bels, Back­Track in­siste sur une plus grande fa­ci­li­té de ges­tion, no­tam­ment dans les res­sources mu­si­cales (exit les CD qu’on em­pile, place au strea­ming). Il met aus­si à leur dis­po­si­tion un sys­tème de re­com­man­da­tions poin­tu dé­dié à la dé­cou­verte de nou­veaux ar­tistes. Back­Track n’est pas gra­tuit, la base ta­ri­faire an­nuelle dé­marre à 300 $ pour les ar­tistes et 500 $ pour les ma­na­gers et la­bels qui adhèrent au ser­vice. P.E. oeuvre clas­sique et un titre de mu­sique mo­derne, in­gé­rable dans l’écoute d’une play­list ! Pour sor­tir de cette guerre, il a fal­lu ca­ler le vo­lume des mor­ceaux par rap­port à un ni­veau moyen dé­fi­ni. Apple a été l’un des pre­miers à s’y in­té­res­ser dans le cadre d’iTunes. Au­jourd’hui, c’est au tour de YouTube. Fi­ni, donc, les mas­te­rings qui sonnent fort, place aux mas­te­rings in­tel­li­gents et ou­verts.

On le sait de­puis long­temps, main­te­nant, ce n’est plus l’au­dio simple qui fait la loi, mais bien in­ter­net et ses nou­velles pra­tiques de consom­ma­tion. Et comme YouTube est de­ve­nu le pre­mier lieu d’écoute mu­si­cale, il y a fort à pa­rier que l’en­semble de la pro­duc­tion se plie­ra sans bron­cher aux exi­gences fu­tures de l’hé­ber­geur dans ce do­maine… P.E.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.