Gon­zales

KR Home-Studio - - CHRONIQUES -

Cham­bers [Gentle Th­reat / PIAS]

De­puis Pia­no So­lo I et II, on sait que Gon­zales a l’âme (et le ta­lent) d’un com­po­si­teur vir­tuose comme il en exis­tait aux siècles pas­sés, avant l’in­ven­tion de la mu­sique am­pli­fiée. Ce­pen­dant, le Ca­na­dien ne cherche pas du tout à re­vê­tir un cos­tume désuet. Au contraire… L’an­née der­nière, il a ain­si conçu en col­la­bo­ra­tion avec Boys Noize l’élec­tro mu­tante d’Oc­tave Minds. Avec sa culture très large et ses dis­po­si­tions sor­tant de l’or­di­naire, lui a la lé­gi­ti­mi­té pour in­car­ner le chaî­non entre clas­si­cisme sans âge et pop très contem­po­raine. D’où cette pro­po­si­tion de mu­sique de chambre du 3e mil­lé­naire. Comme un manifeste, Cham­bers s’ouvre sur « Pre­lude To A Feud » qu’il dé­die à Bach et à ses potes de Daft Punk (il a lar­ge­ment contri­bué à Ran­dom Ac­cess Me­mo­ries). Comme sur ses pré­cé­dents al­bums de so­liste, c’est au pia­no que Gon­zales des­sine ses mé­lo­dies à la Erik Sa­tie ou à la Gabriel Fau­ré. Cette fois, sauf ex­cep­tion (le très beau « So­li­taire »), il est ac­com­pa­gné par un qua­tuor à cordes avec qui il se livre à de sub­tils jeux mu­si­caux. Le très ci­né­ma­to­gra­phique « Sample This » se veut ain­si la tra­duc­tion acous­tique du beat pri­sé par la scène hip hop du sud des États-Unis. Et, his­toire de brouiller en­core plus les pistes, Gon­zales a choi­si de clore son ré­ci­tal par une vraie chan­son, « Myth Me », belle comme du Ba­cha­rach/Da­vid.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.