Ya­ma­ha DXR10

di­gi­tal in­side !

KR Home-Studio - - SOMMAIRE -

La cé­lèbre firme aux trois dia­pa­sons est in­con­tour­nable dans le monde de l’au­dio (entre autres) et tout par­ti­cu­liè­re­ment dans la so­no­ri­sa­tion mo­bile. Ya­ma­ha vient ain­si de com­mer­cia­li­ser, à prix abor­dable, une nou­velle fa­mille d’en­ceintes am­pli­fiées com­po­sée de quatre mo­dèles large bande DXR et de deux cais­sons de graves DXS.

Ya­ma­ha est une va­leur sûre. Ac­qué­rir des ré­fé­rences de la marque consti­tue un gage de qua­li­té et de fia­bi­li­té. Cette DXR10 in­tègre un boo­mer de 25,4 cm (soit 10 pouces de dia­mètre).

Une struc­ture per­for­mante

Le cof­fret adopte la clas­sique forme tra­pé­zoï­dale, ces pa­rois non pa­ral­lèles cas­sant les ondes sta­tion­naires in­ternes pré­ju­di­ciables à une bonne res­ti­tu­tion so­nore.

Le construc­teur a dé­lais­sé, comme beau­coup d’autres, le bois lourd et fra­gile aux arêtes, au pro­fit d’un cof­fret ther­mo­for­mé en ABS, la grande ten­dance de­puis deux dé­cen­nies, si bien que per­sonne ne peut plus dire qu’il faille mettre un frein à l’ABS… Une grille mé­tal­lique, lar­ge­ment ajou­rée, pro­tège les trans­duc­teurs des chocs. Elle se fixe so­li­de­ment au moyen de vis lo­gées sur le baffle et sur les flancs, dans le but d’évi­ter toute vi­bra­tion, d’au­tant que la DXR10 peut dé­li­vrer une très forte pres­sion acous­tique, de l’ordre de 131 dB SPL en crête (soit 134 dB SPL pour une paire d’en­ceintes).

Poids plume (ou presque)

Cette en­ceinte am­pli­fiée de 305 x 310 mm pour 502 mm de haut ne pèse que 14,6 kg. De plus, une confor­table poi­gnée d’alu­mi­nium mou­lé, ins­tal­lée sur le des­sus du cof­fret, fa­ci­lite la ma­nu­ten­tion. L’en­ceinte peut s’ex­ploi­ter de plu­sieurs ma­nières dif­fé­rentes, de la so­no­ri­sa­tion ou le mo­ni­to­ring de moyenne por­tée (en ver­ti­cal) au retour de scène, à l’ho­ri­zon­tale sur un angle de 50°. L’élec­tro­nique par­ti­cipe à cet al­lè­ge­ment. Il n’était pas ques­tion de choi­sir une ali­men­ta­tion tra­di­tion­nelle, en rai­son de son lourd

trans­for­ma­teur, et de son faible ren­de­ment, con­trai­re­ment à un mo­dule à dé­cou­page (fi­gure 1) : compte te­nu de la puis­sance de sor­tie consi­dé­rable de la DXR10, le construc­teur a ain­si ga­gné une di­zaine de ki­los. L’adop­tion de la classe D pour l’am­pli­fi­ca­tion contri­bue aus­si au main­tien du poids dans cette va­leur rai­son­nable de moins de 15 kg, tout en li­mi­tant la pro­duc­tion de cha­leur, une éner­gie per­due qui n’ira pas dans les trans­duc­teurs. Ce­la po­sé, Ya­ma­ha a tout de même pré­vu un ven­ti­la­teur, par­tie in­té­grante d’une lo­gique de pro­tec­tion con­trô­lant la tem­pé­ra­ture, mais aus­si la pré­sence de cou­rant conti­nu sur les sor­ties de puis­sance, les cou­rants et ten­sions de sor­tie, la puis­sance to­tale et le mute. Les per­for­mances et le ren­de­ment de cette classe d’am­pli­fi­ca­tion ex­pliquent pour­quoi on la ren­contre de plus en plus sou­vent dans le do­maine de la so­no­ri­sa­tion. L’en­ceinte fonc­tionne en bi-am­pli­fi­ca­tion, Ya­ma­ha in­di­quant une puis­sance conti­nue de 600 watts pour le boo­mer et 100 watts pour le twee­ter à com­pres­sion. Pour information, les puis­sances crête passent, res­pec­ti­ve­ment, à 950 et 150 watts. On com­prend mieux pour­quoi la DXR10 par­vient à pro­duire une telle pres­sion acous­tique !

Des trans­duc­teurs de qua­li­té

Les deux haut-par­leurs Ya­ma­ha se par­tagent le spectre au­dio. Le construc­teur a choi­si une fré­quence de tran­si­tion de 2,3 kHz entre le

boo­mer et le twee­ter. Le pre­mier des­cend à 56 Hz à -10 dB, grâce à un double évent bass-re­flex si­tué dans la par­tie in­fé­rieure du baffle, sous le boo­mer. Cette per­for­mance as­sez moyenne dans le bas du spectre peut ex­pli­quer pour­quoi, dans cer­taines confi­gu­ra­tions, l’ajout du cais­son ac­tif de graves peut s’avé­rer né­ces­saire. Mais il n’y a rien de rédhi­bi­toire dans cette re­marque, si l’on consi­dère le dia­mètre re­la­ti­ve­ment mo­deste de la mem­brane du boo­mer (25,4 cm), ce­lui de sa bo­bine (5,08 cm), le large dôme de son cache-noyau (pour dé­pas­ser les 2 kHz, sans pro­blème de di­rec­ti­vi­té) et l’énorme pres­sion acous­tique que ce trans­duc­teur per­for­mant peut dé­li­vrer. Le twee­ter à la mem­brane de 3,55 cm est char­gé par l’em­bou­chure de 2,54 mm d’un pa­villon lui pro­cu­rant une di­rec­ti­vi­té contrô­lée de 90° sur le plan ho­ri­zon­tal et 60° en ver­ti­cal. Ces haut-par­leurs dis­posent d’ai­mants fer­rite : pas de néo­dyme, net­te­ment plus cher.

Ta­bleau de bord

La DXR10 pos­sède pas moins de trois en­trées (fi­gure 2). La pre­mière re­çoit un mi­cro­phone (avec filtre passe-haut non dé­brayable à 100 Hz) ou un ni­veau ligne à +4 dBu, li­néaire. Le chan­ge­ment s’ef­fec­tue via un pe­tit com­mu­ta­teur mi­cro/ligne. Une sor­tie sy­mé­trique, bran­chée en pa­ral­lèle, as­sure la re­prise di­recte de cette en­trée. La se­conde prend la forme de deux jacks 6,35 mm, la der­nière dis­pose d’une paire de Cinch. Elles fonc­tionnent en mo­no ou en sté­réo, sui­vant la po­si­tion d’un com­mu­ta­teur idoine. En mo­no, les en­trées sont som­mées. En sté­réo, le com­mu­ta­teur as­signe le canal de droite des en­trées sté­réo sur une sor­tie bap­ti­sée « Link Out », à des­ti­na­tion d’une se­conde Ya­ma­ha DXR10, ce que nous avons réa­li­sé en de­man­dant une paire d’en­ceintes au construc­teur. Cha­cune des en­trées pos­sède son propre po­ten­tio­mètre de mé­lange, tra­vaillant sur une plage de -∞ (pas de si­gnal) à +10 dB. Sur la droite, on aper­çoit les diodes té­moins de mise sous ten­sion, de la pro­tec­tion, de la pré­sence de si­gnal et enfin du li­mi­teur au­to­ma­tique, pou­vant se dé­clen­cher en cas de pointe de si­gnal trop im­por­tante. On peut aus­si dé­con­nec­ter le té­moin de mise sous ten­sion de fa­çade. Sous la bat­te­rie de leds on re­marque la pré­sence de deux com­mandes, que la sé­ri­gra­phie ras­semble sous l’ap­pel­la­tion « DSP », d’où le titre de ce banc d’es­sai « Di­gi­tal in­side ».

Sy­nop­tique

En fait, c’est très simple : en sor­tie du pré­am­pli­fi­ca­teur de chaque en­trée et du rou­ting mo­no/sté­réo, le si­gnal est conver­ti en nu­mé­rique, 48 kHz sous 24 bits. Il re­pas­se­ra plus tard en ana­lo­gique, juste avant d’at­ta­quer les am­pli­fi­ca­teurs de puis­sance. Mais entre les deux, l’in­té­gra­li­té du trai­te­ment du si­gnal s’ef­fec­tue dans le do­maine nu­mé­rique, grâce à un DSP d’une pré­ci­sion de 48 bits (avec son ac­cu­mu­la­teur de 76 bits). Tout d’abord, le pro­ces­seur émule un filtre passe-haut com­mu­table à 100 Hz ou à 120 Hz, pra­tique en cas d’ajout d’un cais­son de graves. Puis le D-Con­tour, une sorte de cor­rec­tion dy­na­mique, pos­sède trois po­si­tions, en com­pre­nant sa désac­ti­va­tion. Celle bap­ti­sée FOH/Main ac­cen­tue les écarts dynamiques dans le grave et l’ai­gu, lorsque les DXR10 sont uti­li­sées en en­ceintes de fa­çade, sus­pen­dues grâce à leurs points d’an­crage, ou ins­tal­lées sur des tré­pieds op­tion­nels. La po­si­tion « Mo­ni­tor » at­té­nue l’ex­trême grave, de ma­nière à éli­mi­ner l’ef­fet « boo­my » si l’en­ceinte est po­sée au sol ou à proxi­mi­té. Le rôle du DSP ne se contente pas de ce­la, car il éga­lise la courbe de ré­ponse des en­ceintes et com­porte éga­le­ment un filtre FIR (filtre à ré­ponse im­pul­sion­nelle fi­nie) de haute ré­so­lu­tion, fonc­tion­nant en temps réel et conser­vant la phase aux alen­tours im­mé­diats de la fré­quence de tran­si­tion fixée à 2,3 kHz. Ce pro­cé­dé fonc­tionne en cor­ré­la­tion (c’est bien le cas de le dire) avec la rou­tine de re­tard sur le canal du boo­mer, afin de re­ca­ler en phase ce der­nier par rap­port au twee­ter. Ce sys­tème très ef­fi­cace ac­croît de ma­nière sen­sible l’in­tel­li­gi­bi­li­té et la dé­fi­ni­tion de ces en­ceintes. Suivent un li­mi­teur par voie (donc deux par en­ceinte) et le dis­po­si­tif de pro­tec­tion, avant d’at­ta­quer le DAC dont les sor­ties ali­mentent, en ana­lo­gique, les am­pli­fi­ca­teurs. Phi­lippe Da­vid

fi­gure 2 Le ta­bleau de bord de la DXR10.

Housse op­tion­nelle.

fi­gure 1

Ali­men­ta­tions et am­pli­fi­ca­teurs.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.