Le Stu­dio des Va­rié­tés

30 ans au ser­vice des mu­si­ciens

KR Home-Studio - - MUSIC BUSINESS -

Voi­ci trente ans que le Stu­dio des Va­rié­tés ac­com­pagne les mu­si­ciens et les créa­teurs fran­çais dans leurs connais­sances ar­tis­tiques, tech­niques et pro­fes­sion­nelles car la for­ma­tion des mu­si­ciens est un vé­ri­table en­jeu. To­ta­le­ment ou­vert à tous les styles de mu­siques ac­tuelles et am­pli­fiées, le Stu­dio des Va­rié­tés s’est ins­tal­lé de­puis fin 2013 dans de nou­veaux lo­caux vers le quar­tier de Bas­tille. Pour cé­lé­brer cet an­ni­ver­saire, nous avons ren­con­tré son ac­tuel di­rec­teur, Phi­lippe Al­ba­ret.

KR:Pou­vez-vous re­ve­nir sur l’his­toire du Stu­dio des Va­rié­tés et la rai­son de sa créa­tion il y a trente ans ? Phi­lippe Al­ba­ret : Il y a trente ans, sous le Mi­nis­tère de Jack Lang, la Culture s’ou­vrait aux mu­siques ac­tuelles. Les au­teurs et com­po­si­teurs de la Sacem sou­hai­taient conjoin­te­ment voir exis­ter la for­ma­tion de nou­veaux ar­tistes qui se­raient en me­sure d’in­ter­pré­ter leurs créa­tions. Ef­fec­ti­ve­ment, après une pé­riode de grand suc­cès d’in­ter­prètes purs des an­nées 60 et 70 (Da­li­da, Claude Fran­çois, Joe Das­sin…), s’ou­vrait celle où les au­teurs/com­po­si­teurs/in­ter­prètes (Jean-Jacques Gold­man, Renaud, Vé­ro­nique San­son, Fran­cis Ca­brel…) re­cueillaient les fa­veurs du pu­blic. Ain­si le Mi­nis­tère et la Sacem al­laient por­ter le Stu­dio des Va­rié­tés sur les fonts bap­tis­maux. Il fonc­tionne d’abord sous forme d’« école », sur un cur­sus de deux ans. Les ré­sul­tats s’avèrent ti­mides mais, après une di­zaine d’an­nées, l’offre se trans­forme et s’adresse do­ré­na­vant à des ar­tistes en cours de pro­fes­sion­na­li­sa­tion, pour leur pro­po­ser des ser­vices à la carte. Au­jourd’hui, le Stu­dio des Va­rié­tés a évo­lué en fonc­tion des be­soins des ar­tistes et des pro­fes­sion­nels de la fi­lière, dé­sor­mais les au­teurs, com­po­si­teurs et/ou in­ter­prètes peuvent choi­sir les for­ma­tions dans tous les do­maines où ils sou­haitent se per­fec­tion­ner. Qui sont au­jourd’hui vos par­te­naires, no­tam­ment fi­nan­ciers, et com­ment est consti­tué le Conseil d’Ad­mi­nis­tra­tion ?

Le Stu­dio des Va­rié­tés est fi­nan­cé par l’État et l’en­semble de la fi­lière mu­si­cale. Son bud­get, d’en­vi­ron 1,6 M€, est fi­nan­cé à 20 % par l’État, 23 % par la Sacem, l’Ada­mi, le FCM, la SCPP, la SPPF, le CNV, la Spe­di­dam, et par 57 % de re­cettes propres. La Mai­rie de Paris par­ti­cipe éga­le­ment à son fi­nan­ce­ment. Le Stu­dio des Va­rié­tés a mis en place de nom­breux par­te­na­riats avec des opé­ra­tions de pro­mo­tion de nou­veaux ta­lents dans l’Hexa­gone (FAIR, Ré­seau Prin­temps, In­ro­ck­lab, Fes­ti­val Alors… Chante !, Châ­teau Rouge à An­ne­masse…) et plus loin (Mu­sik Océan In­dien, Fran­co­fo­lies de Spa…). Enfin, le suc­cès ren­con­tré était tel qu’il a sus­ci­té en 2012 la créa­tion du Stu­dio des Va­rié­tés Wal­lo­nie Bruxelles qui rem­porte un franc suc­cès.

Le Conseil d’Ad­mi­nis­tra­tion est consti­tué de trois re­pré­sen­tants du Mi­nis­tère de la Culture, trois de la Sacem, deux (et bien­tôt trois) de l’Ada­mi, deux du FCM, un de la SCPP, un de la SPPF, un du CNV (ob­ser­va­teur), de six per­son­na­li­tés qua­li­fiées et d’un re­pré­sen­tant des in­ter­ve­nants. Quelles sont les dif­fé­rentes for­ma­tions pro­po­sées en vos lo­caux ?

Tout ce dont a be­soin l’ar­tiste peut se trou­ver au Stu­dio des Va­rié­tés. Bien sûr, des cours de chant, du coa­ching scé­nique, de l’ai­sance cor­po­relle, de la mu­sique,

de l’écri­ture, de la com­po­si­tion, de la MAO, un tra­vail sur l’image ou le son…, mais aus­si tout ce qui touche à la struc­tu­ra­tion pro­fes­sion­nelle du projet. Ces for­ma­tions se pré­sentent sous forme d’ac­com­pa­gne­ments per­son­na­li­sés ou de stages col­lec­tifs. Lors­qu’une de­mande sort du champ de nos offres, nous nous met­tons en quête du meilleur in­ter­ve­nant qui puisse y ré­pondre. Quels sont les do­maines mu­si­caux sur les­quels vous in­ter­ve­nez et de quelle ma­nière pro­po­sez-vous des in­ter­ven­tions sur me­sure aux ar­tistes ?

Nous in­ter­ve­nons dans toutes les va­rié­tés des mu­siques ac­tuelles, des mu­siques ur­baines à la chan­son, en pas­sant par l’élec­tro ou le me­tal ou en­core les mu­siques du monde. En fonc­tion du ré­per­toire de l’ar­tiste, nous sé­lec­tion­nons des in­ter­ve­nants qui pra­tiquent ou connaissent le style des pro­jets. Enfin, nous nous adap­tons aux ca­len­driers des ar­tistes, qui, très sou­vent dans notre sec­teur, se mo­di­fient quo­ti­dien­ne­ment. Com­ment en tant que mu­si­cien peut-on bé­né­fi­cier d’une for­ma­tion au­près de votre or­ga­nisme ?

Le Stu­dio des Va­rié­tés s’adresse à des ar­tistes « por­teurs de pro­jets », c’est-à-dire des ar­tistes ayant au moins un ré­per­toire et une équipe ar­tis­tique. Toute la pé­da­go­gie s’or­ga­nise au­tour de ce projet. En ce­la, il se dif­fé­ren­cie des écoles de mu­sique plus tra­di­tion­nelles qui pro­posent des cur­sus aux ar­tistes afin qu’ils se per­fec­tionnent dans une ou plu­sieurs dis­ci­plines. À sa­voir : le Stu­dio des Va­rié­tés vient de mettre en place une For­ma­tion Ini­tiale sur deux ans, à des­ti­na­tion d’ar­tistes tout juste sor­tis de leurs études sou­hai­tant ac­qué­rir une sé­rieuse for­ma­tion de base aux dis­ci­plines mu­si­cales, d’écri­ture et de com­po­si­tion. Com­ment sont fi­nan­cées les for­ma­tions pour les ar­tistes ? Et quel en est le coût moyen ?

La plu­part des ar­tistes que nous ac­cueillons bé­né­fi­cient de fonds en provenance de la For­ma­tion Pro­fes­sion­nelle et, dans un cas contraire, nous pou­vons trou­ver d’autres moyens de prise en charge. Le coût réel d’une heure de for­ma­tion en cours par­ti­cu­lier est de 100 €. Les ar­tistes ne payent ja­mais di­rec­te­ment cette somme, une for­ma­tion peut al­ler de 20 à 100 heures se­lon les be­soins ex­pri­més par l’ar­tiste. Cer­tains cur­sus, comme la for­ma­tion de for­ma­teurs dans les do­maines du chant ou de la scène, re­pré­sentent cha­cun 500 heures. Le Stu­dio des Va­rié­tés in­ter­vient aus­si dans le cadre de la For­ma­tion Su­pé­rieure, en col­la­bo­ra­tion avec les PESM (Pôles d’En­sei­gne­ment Su­pé­rieur de Mu­sique). Pou­vez-vous nous par­ler des ré­si­dences et com­ment se portent les choix ?

Dans ses nou­veaux lo­caux, le Stu­dio des Va­rié­tés a sou­hai­té mettre à la dis­po­si­tion d’ar­tistes des stu­dios en pé­riode de créa­tion qu’ils peuvent amé­na­ger avec leur propre ma­té­riel. Les ré­si­dents, qui oc­cupent ces stu­dios, suivent éga­le­ment des for­ma­tions in si­tu et peuvent aus­si col­la­bo­rer ou in­ter­ve­nir dans les pro­grammes en cours.

Les au­teurs et les com­po­si­teurs tra­vaillent sou­vent de chez eux et s’isolent par là même de la vie de ce sec­teur. En leur of­frant la pos­si­bi­li­té d’in­ves­tir un lo­cal au Stu­dio des Va­rié­tés où ils peuvent ve­nir quand ils le sou­haitent, ils se re­trouvent ain­si chaque jour au contact de nom­breux autres ar­tistes et de pro­fes­sion­nels. La de­mande est im­por­tante et le choix s’ef­fec­tue en in­terne en fonc­tion de la co­hé­rence du projet. Quels sont les dif­fé­rents types d’in­ter­ve­nants avec qui vous tra­vaillez ?

Notre sou­hait est de tra­vailler avec des in­ter­ve­nants les mieux qua­li­fiés afin de ré­pondre aux be­soins des ar­tistes. Il est im­por­tant qu’ils par­tagent avant tout les valeurs du Stu­dio des Va­rié­tés : le res­pect ab­so­lu de l’ar­tiste, le res­pect de son projet, la dis­po­si­tion to­tale de l’équipe pour l’ar­tiste et pour son projet. Il y a en­vi­ron 25 in­ter­ve­nants per­ma­nents et tout au­tant d’in­ter­ve­nants oc­ca­sion­nels en fonc­tion des be­soins spé­ci­fiques de cha­cun des ar­tistes. Si un ar­tiste sou­haite un per­fec­tion­ne­ment en si­tar in­dien, nous al­lons trou­ver le meilleur in­ter­ve­nant… Quels sont les prin­ci­paux ar­tistes qui ont été sui­vis au Stu­dio des Va­rié­tés ?

Chaque an­née, le Stu­dio des Va­rié­tés re­çoit en­vi­ron 250 pro­jets dont une cen­taine ve­nue par des pro­fes­sion­nels de l’édi­tion, du disque ou du spec­tacle. Au fil des ans, beau­coup d’ar­tistes connus du pu­blic sont pas­sés à un mo­ment ou à un autre par nos lo­caux : 2 Bal 2 Neg, Adrienne Pauly, Alain Cham­fort, Ba­ron Black, Beat As­sai­lant, Ben l'Oncle Soul, Ben­ja­min Clementine, Ch­ris­tine & The Queens, Claire Di­ter­zi, Cla­ri­ka, Dio­ny­sos, Emi­ly Loi­zeau, Em­ma­nuel Moire, En­zo En­zo, Étienne Da­ho, Fauve, Feu! Chat­ter­ton, Fràn­çois & The At­las Moun­tain, Fre­dri­ka Stahl, GiedRé, Girls In Ha­waïi, Jeanne Che­rhal, Lilly Wood & The Prick, Nos­fell, Ol­de­laf, Oli­via Ruiz, Ti­ken Jah Fa­ko­ly… Valérie Du­pretz

Am­biances pé­da­go­giques lu­diques et stu­dieuses pour développer au mieux son projet…

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.