De­nai Moore

KR Home-Studio - - ALBUMS -

El­sew­here [Be­cause]

Née en Ja­maïque, cette An­glaise a fait son trou en lâ­chant des mor­ceaux sur le net. Un par­cours 2.0 de­ve­nu un clas­sique. Mais De­nai Moore trans­cende son époque plu­tôt qu’elle en est le re­flet. Ni tren­dy ni dé­mo­dée, la jeune chan­teuse doit sa ra­pide as­cen­sion à des qua­li­tés in­tem­po­relles : sa voix puis­sante et pleine de soul, des chan­sons émou­vantes aux formes an­ces­trales. Se­lon sa lé­gende per­son­nelle, elle au­rait ma­nié pour la pre­mière fois des ins­tru­ments de mu­sique à l’âge de 7 ans avant de vivre une ré­vé­la­tion en grat­tant sa pre­mière gui­tare. Comme Cold Specks et d’autres (Feist, une in­fluence de la jeune fille), De­nai na­vigue entre folk acous­tique et soul élec­trique sans se pri­ver de lé­gères touches d’élec­tro­nique. Ce qui rend ce pre­mier al­bum sin­gu­lier, c’est son goût pour les com­plaintes qui se dé­ve­loppent de ma­nière or­ga­nique. Les chan­sons d’El­sew­here, sou­vent sur des cha­grins d’amour, sonnent d’abord très épu­rées avant de prendre leur en­vol. Té­moin, « No Light », bal­lade crève-coeur in­ter­pré­tée à la gui­tare acous­tique avant qu’une or­ches­tra­tion épaisse et cui­vrée ne re­joigne De­nai. Ro­daidh McDo­nald, réa­li­sa­teur d’al­bums pour The XX et Adele, a cer­tai­ne­ment joué un rôle im­por­tant dans la construc­tion de ce mur du son, bel écrin pour une voix ren­ver­sante.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.