L’ac­tion et la mé­dia­tion cultu­relles, le projet cultu­rel… Pour quoi et pour qui ?

KR Home-Studio - - CRÉER -

Si les « ac­teurs in­ter­mé­diaires » dans l’art existent de­puis long­temps (dès le mi­lieu du XVIIIe siècle, le fa­meux ta­bleau de Wat­teau « L’en­seigne de Ger­saint » en fait état !), c’est avec la large dif­fu­sion de formes ar­tis­tiques va­riées que se sont struc­tu­rés, à par­tir des an­nées 1960, des mé­tiers fa­vo­ri­sant la com­mu­ni­ca­tion et la pro­mo­tion ar­tis­tiques. En pre­mier, avec les mé­tiers ac­com­pa­gnant les ar­tistes dans leur or­ga­ni­sa­tion et dans la mar­chan­di­sa­tion de leur art. En­suite sont ap­pa­rues de nou­velles ac­ti­vi­tés, des­ti­nées à faire la pro­mo­tion des ar­tistes au­près du pu­blic, puis en gé­né­ral celle d’une « consom­ma­tion ar­tis­tique » et en co­rol­laire la mise en oeuvre d’une « édu­ca­tion des pu­blics » des­ti­née à les en­cou­ra­ger dans cette consom­ma­tion. Tout ce­la pla­çant dé­fi­ni­ti­ve­ment le « pro­duit cultu­rel » dans la liste des res­sources d’un ter­ri­toire… L’ac­tion cultu­relle dé­signe le projet et son contexte : elle cadre l’ac­com­pa­gne­ment des dif­fé­rentes ani­ma­tions et leur ins­crip­tion dans une ré­flexion plus large, au tra­vers de la concep­tion d’un projet au ser­vice de la col­lec­ti­vi­té. L’ac­tion cultu­relle fait la syn­thèse entre des ani­ma­tions, qui sont de l’ordre de la pra­tique, et la mé­dia­tion, qui est plu­tôt une concep­tion so­ciale dans la re­la­tion entre pu­blics et culture. De ma­nière gé­né­rale, la mé­dia­tion cultu­relle pos­tule que la culture n'est pas ac­ces­sible à cha­cun im­mé­dia­te­ment et que, pour la rendre ac­ces­sible, il faut avoir re­cours à des mé­dia­teurs (ac­com­pa­gna­teurs, pé­da­gogues) et à des pro­cé­dures de mé­dia­tion (textes ex­pli­ca­tifs, d’ap­pren­tis­sage) qui ai­de­ront le pu­blic à consom­mer en par­faite connais­sance de cause… Quant au projet cultu­rel, il se dé­fi­nit dans la po­li­tique d’une col­lec­ti­vi­té comme l’un des axes cen­traux de l’édu­ca­tion po­pu­laire, con­si­dé­rant que la culture et ses ex­pres­sions ar­tis­tiques sont des moyens de fa­vo­ri­ser le « vivre en­semble » et d’ai­der à l’in­té­gra­tion par la pro­mo­tion so­ciale. Mal­raux vou­lait ain­si les oeuvres en de­hors des mu­sées et des conser­va­toires qui soient di­rec­te­ment ac­ces­sibles, fon­dant ain­si le prin­cipe d’une dé­mo­cra­ti­sa­tion cultu­relle. Mais c’est plu­tôt le contraire qui s’est pro­duit, la culture s’étant sou­vent en­fer­mée dans les nou­velles ins­ti­tu­tions qu’elle s’était fa­bri­qué… Ce­pen­dant, les si­tua­tions ac­tuelles ne font que confir­mer la né­ces­si­té d’uti­li­ser la créa­tion cultu­relle comme un moyen d’échange entre des groupes so­ciaux aux ha­bi­tudes dif­fé­rentes et te­nus de co­ha­bi­ter, même si le fi­nan­ce­ment de ces ac­ti­vi­tés ne semble plus ga­ran­ti à l’ave­nir… Ce­la ren­force l’in­té­rêt vers les ac­ti­vi­tés so­cio­lo­giques d’en­ca­dre­ment de la pra­tique cultu­relle, ce qui ex­plique la mul­ti­pli­ci­té des éta­blis­se­ments de for­ma­tion à ces fi­lières ! Sans doute ne fau­dra-t-il pas (for­cé­ment) en at­tendre, pour ceux qui s’en­ga­ge­ront dans ces voies, un épa­nouis­se­ment ar­tis­tique ex­cep­tion­nel, mais ils pour­ront cer­tai­ne­ment évo­luer dans un as­pect des « sciences hu­maines » bien at­trac­tif… Au bout du compte, n’y contri­buons-nous nous-mêmes pas un peu ?

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.