mu­sic bu­si­ness : Prix Ri­card S.A Live Mu­sic

KR Home-Studio - - SOMMAIRE -

De­puis six ans, le Prix Ri­card S.A Live Mu­sic (an­cien­ne­ment ap­pe­lé Prix « Lance‐toi en Live ») pro­pose un vé­ri­table dis­po­si­tif de sou­tien aux jeunes ar­tistes avec une do­ta­tion équi­va­lant à près de 60 000 eu­ros. À l’ap­proche de la Fête de la Mu­sique et du grand ras­sem­ble­ment pa­ri­sien à Den­fert‐Ro­che­reau, pour les concerts gra­tuits du Ri­card S.A Live Mu­sic, nous avons ques­tion­né son chef de projet, Adrien Mar­chand, afin d’en sa­voir plus sur cette opé­ra­tion.

KR:Pou­vez‐vous re­ve­nir sur l’ori­gine du Prix Ri­card S.A Live Mu­sic ?

Adrien Mar­chand : La créa­tion de Ri­card S.A Live Mu­sic re­monte à 1988 lorsque la So­cié­té Ri­card, qui était dé­jà pré­sente dans l’uni­vers de la mu­sique de­puis des dé­cen­nies en ap­por­tant son sou­tien lo­gis­tique à des évé­ne­ments, a dé­ci­dé de mettre en place son propre projet de mé­cé­nat afin d’of­frir au pu­blic des concerts gra­tuits et de sou­te­nir la scène émer­gente. Quelle est la vo­ca­tion d’une struc­ture comme Ri­card pour or­ga­ni­ser un trem­plin an­nuel et sou­te­nir la jeune scène mu­si­cale ?

Dès ses dé­buts, Ri­card S.A Live Mu­sic s’est tou­jours pla­cé du cô­té de l’aide à l’émer­gence dans la mu­sique via un par­te­na­riat his­to­rique avec le FAIR. Puis avec les an­nées, et une ex­per­tise gran­dis­sante dans le mi­lieu mu­si­cal grâce à une équipe in­terne dé­diée au projet, nous avons dé­ci­dé de mettre en place notre propre dis­po­si­tif de sou­tien aux jeunes ta­lents, le Prix Ri­card S.A Live Mu­sic, en nous ap­puyant à la fois sur notre sa­voir-faire dans le live et la pro­duc­tion, mais aus­si sur nos par­te­naires afin de pou­voir of­frir à notre lau­réat un ac­com­pa­gne­ment d’un an à 360° sur l’en­semble de ses be­soins. Pou­vez‐vous re­ve­nir sur les dif­fé­rentes phases du concours ?

Dans un pre­mier temps, le Prix Ri­card S.A Live Mu­sic est ou­vert à tous les ar­tistes qui ne sont pas si­gnés en mai­son de disques. Le pu­blic est in­vi­té à les dé­cou­vrir sur notre site in­ter­net et à sou­te­nir leurs can­di­dats fa­vo­ris. Les cent can­di­dats re­te­nus par le pu­blic sont pré­sen­tés à un ju­ry de pro­fes­sion­nels de la fi­lière mu­si­cale qui vont élire les dix finalistes. Ces dix finalistes sont en­suite fil­més pour un clip dans le­quel ils jouent en live l’un de leurs titres. C’est sur la base de cette vi­déo et du projet de car­rière du groupe qu’est choi­si le nom du lau­réat par notre ju­ry. Que gagnent les lau­réats ?

Le lau­réat rem­porte un ac­com­pa­gne­ment d’un an de notre part, avec l’équi­valent de 60 000 € in­ves­tis pour le groupe : par­ti­ci­pa­tion aux dix dates de notre tour­née, pro­gram­ma­tion sur de grands fes­ti­vals, ré­si­dence scé­nique au chan­tier des Fran­cos, pro­duc­tion de son EP puis dis­tri­bu­tion et pro­mo­tion de sa mu­sique, for­ma­tions sur le mé­tier d’ar­tiste, cours au Stu­dio des Va­rié­tés, mais éga­le­ment du ma­té­riel avec une do­ta­tion de la part de notre par­te­naire Ya­ma­ha. Qui sont les membres du ju­ry ?

Le ju­ry est com­po­sé de dix per­son­na­li­tés im­pli­quées dans les dif­fé­rents mé­tiers de la fi­lière mu­si­cale : jour­na­listes et blo­gueurs (les In­rocks, Gon­zaï, Play­list So­cie­ty), un tour­neur (Alias Pro­duc­tions), un réa­li­sa­teur son (éga­le­ment membre du groupe Stuck In The Sound), une pro­gram­ma­trice

(Les Fran­co­fo­lies), un réa­li­sa­teur de clips (Le Hi­boo), un di­rec­teur ar­tis­tique (Mer­cu­ry) et moi-même. Com­bien de groupes se sont ins­crits pour concou­rir à cette édi­tion 2015 ?

Cette an­née, ce sont près de 1200 groupes qui ont pos­tu­lé au Prix Ri­card S.A Live Mu­sic ! Qui est le grand vain­queur 2015 et com­ment se sont por­tés les choix ? Sur l’es­thé­tique mu­si­cale ? Sur le plan de dé­ve­lop­pe­ment avan­cé ou non de l’ar­tiste ?

Le grand vain­queur s’ap­pelle Fu­ze­ta et le choix du ju­ry a été qua­si una­nime. Il s’agit d’un groupe indie pop ori­gi­naire de Vannes qui a su nous sé­duire par la sin­cé­ri­té de son pro­pos, l’émo­tion que dé­gagent leurs chan­sons, et une pres­ta­tion mé­mo­rable très tou­chante sur la vi­déo live que nous avons fil­mée lors de la fi­nale du Prix. Nous n’étions pas à la re­cherche d’une es­thé­tique mu­si­cale pré­cise. En termes de car­rière, le groupe n’avait que quelques mois d’exis­tence, et même s’il avait un po­ten­tiel énorme, tout res­tait à faire. Notre dis­po­si­tif était donc par­ti­cu­liè­re­ment adap­té à sa si­tua­tion. Quels sont vos rap­ports avec le FAIR et no­tam­ment avec la scène ins­tal­lée à la place Den­fert‐Ro­che­reau le soir de la Fête de la Mu­sique ?

Ri­card S.A Live Mu­sic est un par­te­naire his­to­rique du FAIR et à ce titre nous met­tons chaque an­née nos moyens à leur dis­po­si­tion pour pro­duire un grand concert à Paris à l’oc­ca­sion de la Fête de la Mu­sique. La pro­gram­ma­tion y est consti­tuée d’ar­tistes pas­sés par leur dis­po­si­tif et lorsque l’on re­garde en ar­rière les noms de leurs an­ciens lau­réats, on ne peut être qu’ad­mi­ra­tifs de leur tra­vail ! Que peut es­pé­rer un groupe après avoir été sou­te­nu par votre dis­po­si­tif en termes de dé­ve­lop­pe­ment de car­rière ?

Chaque an­née, nous es­sayons d’ai­der nos lau­réats à trou­ver des par­te­naires pro­fes­sion­nels qui vont leur per­mettre de pas­ser à l’étape su­pé­rieure sur la voie de la pro­fes­sion­na­li­sa­tion. Ain­si, cha­cun de nos lau­réats a for­cé­ment trou­vé son tour­neur, son édi­teur, et par­fois sa mai­son de disques à l’is­sue de l’an­née pas­sée à nos cô­tés. Et dans tous les cas, notre ac­com­pa­gne­ment ne s’ar­rête pas après l’an­née pas­sée aux cô­tés du lau­réat. Nous es­sayons tou­jours d’être là pour eux, que ce soit par un coup de pro­mo, en les pro­gram­mant sur nos concerts, ou en les met­tant en re­la­tion avec des par­te­naires po­ten­tiels lors­qu’ils en ont be­soin ! Et d’ailleurs cette an­née, quels sont les nou­veaux dis­po­si­tifs d’ac­com­pa­gne­ment dont va bé­né­fi­cier Fu­ze­ta, le ga­gnant 2015 ?

La grande nou­veau­té pour Fu­ze­ta, c’est la pro­duc­tion de leur EP. Au­pa­ra­vant, nous de­man­dions au groupe de pro­duire son EP, puis nous nous oc­cu­pions de le dis­tri­buer et de le pro­mou­voir grâce à un par­te­na­riat avec un la­bel. Cette an­née, le la­bel, c’est nous ! Nous avons donc fi­nan­cé l’en­re­gis­tre­ment de leur EP et leur avons pro­po­sé un plan de pro­mo­tion et de dis­tri­bu­tion qui consiste à l’of­frir au plus grand nombre. Leur EP est ain­si dis­po­nible en té­lé­char­ge­ment gra­tuit sur notre site, et s’est même re­trou­vé en­car­té dans sa ver­sion phy­sique dans le ma­ga­zine Les In­ro­ckup­tibles. Pou­vez‐vous nous ci­ter quelques groupes qui ont dé­jà été sui­vis sur les der­nières édi­tions du Prix RLM ?

Deux an­ciens lau­réats du Prix sont dans l’ac­tua­li­té en ce mo­ment. Les Co­lours In The Street avaient rem­por­té le dis­po­si­tif en 2013 et ont réus­si à construire une fan­base so­lide. Le groupe vient de sor­tir son pre­mier al­bum et fait une belle tour­née pour ac­com­pa­gner cette sor­tie. L’an der­nier, les Two Bun­nies In Love avaient si­gné avec un tour­neur pen­dant notre tour­née et ont bé­né­fi­cié d’une belle ex­po­si­tion mé­dia­tique (play­lists ra­dio, presse). Ils se­ront de retour en juin avec un nouvel EP qui s’an­nonce très psy­ché ! Valérie Du­pretz

Fu­ze­ta, lau­réat 2015.

Two Bun­nies In Love, lau­réat 2014. Co­lours In The Street, lau­réat 2013.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.