PreSo­nus Stu­dio One 3

KR Home-Studio - - SOMMAIRE -

Il s’est pas­sé trois ans entre la der­nière mise à jour et deux de­puis l’up­grade in­ter­mé­diaire 2.5, avant que Stu­dio One 3 ne soit enfin an­non­cé. De­puis que nous avions tes­té la V.2 dans le KR n°271, le pay­sage mu­si­cal s’est gran­de­ment mo­di­fié et la nou­velle DAW, pas­sée du sta­tut de chal­len­ger à ce­lui de sé­quen­ceur confir­mé, a dû s’adap­ter aux in­ter­faces tac­tiles, aux écrans haute ré­so­lu­tion et au re­mote sur ta­blettes, tout en conser­vant la qua­li­té de son work­flow.

Stu­dio One pro­fite de l’ar­ri­vée du nouvel up­grade pour ré­or­ga­ni­ser son offre com­mer­ciale afin de mieux l’adap­ter à la concur­rence (Stein­berg, Ca­ke­walk, Able­ton, Apple…). Il ne conser­ve­ra dé­sor­mais que deux ni­veaux de pro­duits payants avec les ver­sions Pro­fes­sio­nal et Ar­tist. La grosse ver­sion, que nous tes­tons ici, conserve toutes les fonc­tions avan­cées de la DAW comme le cor­rec­teur de pitch Me­lo­dyne, la ré­verb à convo­lu­tion Open Air et l’IR Ma­ker, la Mas­te­ring Suite et la vi­déo, tan­dis que dis­pa­raît la ver­sion in­ter­mé­diaire Pro­du­cer dont nous avions si­gna­lé à l’époque l’in­té­rêt dis­cu­table. Stu­dio One Ar­tist, li­vré en bundle avec la plu­part des in­ter­faces hard­ware du construc­teur, s’est dé­pouillé de plu­sieurs op­tions de com­pa­ti­bi­li­té au pro­fit d’add-ons payants tels que le sup­port VST2/3/AU (90 €) ou l’en­co­dage MP3 (11 €). Une ver­sion gra­tuite Stu­dio One Prime sans as­sis­tance tech­nique se­ra dis­po­nible pro­chai­ne­ment et si­gna­lons aus­si le fu­tur Stu­dio One Re­mote sur iPad qui de­vrait ar­ri­ver sur l’App Store…

Pro­grès gra­phiques

Si l’ins­tal­la­tion du pro­gramme en fran­çais est en elle-même très ra­pide, celles du conte­nu des 15 Go de li­brai­ries ad­di­tion­nelles avec dé­mos et tu­tos pren­dront quand même quelques heures, mais avec

l’avan­tage de se char­ger au­to­ma­ti­que­ment les unes à la suite des autres (fi­gure 1). La page d’ac­cueil est tou­jours aus­si convi­viale et son or­ga­ni­sa­tion reste un point fort de la DAW. Elle per­met dé­jà de nom­breuses opé­ra­tions de ré­glage glo­bal, comme la ca­li­bra­tion de son pro­fil uti­li­sa­teur, la confi­gu­ra­tion de l’in­ter­face, l’ex­port de fi­chiers vers Sound­Cloud, l’ac­cès aux ré­seaux so­ciaux ou l’ou­ver­ture de nou­veaux mor­ceaux à par­tir des Tem­plates (Vo­cal, House, Re­cor­ding Mul­ti-track, etc.). L’in­ter­face de la ver­sion 3 ne dé­sta­bi­li­se­ra pas les afi­cio­na­dos de Stu­dio One, car son as­pect est tou­jours aus­si sombre, même si dé­sor­mais on peut re­tou­cher gra­phi­que­ment la to­na­li­té gé­né­rale à par­tir du pan­neau Op­tions > Gé­né­ral > As­pect qui pro­pose pour l’ar­rière-plan ou l’ar­ran­ge­ment des ré­glages de teinte, de lu­mi­no­si­té et de contraste, ain­si qu’une pa­lette de pre­sets va­riés. De même, on peut do­ré­na­vant, par l’on­glet Co­lo­rer les tranches de canal dans le me­nu des ou­tils de la console, dé­ter­mi­ner la teinte glo­bale de la piste, qui se­ra aus­si ap­pli­quée dans l’ar­ran­ge­ment et la console. Les fa­ders de cette même console sont à pré­sent re­di­men­sion­nables dans le sens de la hau­teur et peuvent prendre deux lar­geurs. Dans la sec­tion Ins­tru­ments du na­vi­ga­teur, l’op­tion Trier par : Vrac per­met­tra d’af­fi­cher les mi­nia­tures des plug-ins, à la fa­çon de la fe­nêtre d’af­fi­chage d’Ou­tils dans Rea­son (ré­ser­vé aux plugs PreSo­nus).

Dom­mage ce­pen­dant que cette fe­nêtre reste fixe et, de ma­nière gé­né­rale, qu’on ne re­trouve pas la pos­si­bi­li­té d’an­crage exis­tante dans So­nar ou Sam­pli­tude. Il est vrai que Stu­dio One s’est plu­tôt concen­tré sur l’adap­ta­tion aux écrans Re­ti­na des nou­veaux Mac que sur les en­vi­ron­ne­ments Ae­ro de Win­dows 7 (et du fu­tur W10) sur PC !

Piste Ar­ran­geur et Scratch Pad

La pre­mière nou­veau­té de Stu­dio One 3 est consti­tuée par la piste Ar­ran­geur per­met­tant de fa­ci­li­ter les com­pos en agis­sant par blocs de struc­ture (In­tro/Cou­plet/Re­frain/ Pont) plu­tôt qu’en évé­ne­ments. Comme d’ha­bi­tude avec Stu­dio One, l’opé­ra­tion se monte en quelques clics où, après avoir créé une piste Ar­ran­geur par une icône dans la barre des me­nus, on dé­fi­ni­ra au crayon (Cmd/Ctrl+clic) les dif­fé­rentes par­ties en leur at­tri­buant une cou­leur et un nom. On pour­ra en­suite re­di­men­sion­ner ces élé­ments de struc­ture qui res­te­ront vi­sibles dans l’ins­pec­teur et l’ar­ran­ge­ment, avant d’ef­fec­tuer les opé­ra­tions d’edi­ting sur un ou plu­sieurs blocs. Il faut re­mar­quer une fois de plus dans cette fonc­tion la proxi­mi­té avec Cu­base Pro 8 de Stein­berg qui in­tègre la piste Ar­ran­geur dans un con­cept très si­mi­laire de­puis dé­jà long­temps, en y ajou­tant le prin­cipe de la chaîne Ar­ran­geur qui per­met de se créer plu­sieurs struc­tures pour pas­ser de l’une à l’autre afin de com­pa­rer dif­fé­rentes or­ga­ni­sa­tions au sein d’un même titre, avant de les ré­in­té­grer dans le Projet. Chez PreSo­nus, ce­la s’ap­pelle le Scratch Pad ou Bloc-Notes. Là en­core, une simple icône va per­mettre de dé­cou­per l’ar­ran­ge­ment en deux pour dé­fi­nir une nou­velle zone pour­vue d’une se­conde ti­me­line dans la­quelle on in­tègre des blocs de la struc­ture pré­cé­dente qui vont être clo­nés pour être édi­tés, puis re­pla­cés dans l’ar­ran­ge­ment ou dé­pla­cés vers un nou­veau Bloc-Notes.

Com­bi­na­tor, Ma­cros, Chain/Note FX et autres VSTi…

La fonc­tion Mul­ti-ins­tru­ment per­met de créer une sorte de « Per­for­mance » d’ins­tru­ments vir­tuels par simple glis­ser/dé­po­ser de­puis le na­vi­ga­teur, sur une même piste de l’ar­ran­ge­ment. Une op­tion pro­pose alors de Rem­pla­cer, Conser­ver ou Com­bi­ner le nouvel ar­ri­vant. Le pan­neau qui ap­pa­raît en­suite tra­duit très clai­re­ment la nou­velle or­ga­ni­sa­tion à par­tir de la­quelle on pour­ra dé­fi­nir des codes cou­leur et des zones de split/layer qui se­ront édi­tables via des bandes au-des­sus du mi­ni-cla­vier (fi­gure 2). Si l’avan­tage évident du Mul­ti-ins­tru­ment est de pou­voir ras­sem­bler en une seule piste l’en­re­gis­tre­ment, l’édi­tion et le mixage de mul­tiples VSTi, ceux-ci res­tent néan­moins tou­jours ac­ces­sibles in­di­vi­duel­le­ment au sein de la console où, en dé­ve­lop­pant leur bus de Mix, on pour­ra édi­ter chaque va­leur de vo­lume et de pan ou in­sé­rer des ef­fets comme sur des pistes sé­pa­rées. Les Mul­tis se­ront en­suite sau­ve­gar­dés avec tous leurs ré­glages et le na­vi­ga­teur dis­pose lui-même de pre­sets comme le su­perbe Big Band Au­to-har­mo­nize avec ses neuf couches de cuivres. À par­tir de l’in­ter­face du Mul­ti-ins­tru­ment, on a éga­le­ment la pos­si­bi­li­té d’ajou­ter quatre « Ef­fets de note » (Note FX) com­pre­nant l’Ar­peg­gia­tor, le Chor­der, l’In­put Fil­ter et le Re­pea­ter. Ces ef­fets MI­DI, en­core une fois lar­ge­ment ins­pi­rés de Cu­base (dé­ci­dé­ment), ap­pliquent un trai­te­ment créa­tif sur les évé­ne­ments sans tou­te­fois at­teindre le ni­veau de ceux de la DAW de Stein­berg avec en par­ti­cu­lier son Beat De­si­gner. Les chaînes FX sont une autre nou­veau­té de la ver­sion 3 de Stu­dio One avec, cette fois, la pos­si­bi­li­té d’in­sé­rer un split­ter au mi­lieu d’une série de trai­te­ments pour ob­te­nir des ef­fets droite/gauche ou les sé­pa­rer par bandes de fré­quences. Les Ma­cros com­mandes, qui s’ins­pi­re­raient cette fois plu­tôt de Live d’Able­ton, s’ac­tivent à par­tir d’une icône de po­ten­tio­mètre si­tuée en haut à droite des ef­fets et ins­tru­ments vir­tuels. Elles four­nissent huit po­tards, huit in­ter­rup­teurs et deux pads X/Y pour com­man­der les valeurs des plug-ins d’une même tranche. Du cô­té des ajouts de li­brai­rie, PreSo­nus nous pro­pose les deux ef­fets Ro­tor et Bit­cru­sher plus un syn­thé à mo­dé­li­sa­tion ana­lo­gique di­rec­te­ment ins­pi­ré d’un retour de Bang­kok !… Le Mai Tai à syn­thèse sous­trac­tive, équi­pé de deux VCO et d’un filtre mul­ti­mode, est des­ti­né à sup­pléer Mo­ji­to au­jourd’hui net­te­ment à la traîne. Le VSTi est cor­rect et pour­rait s’ap­pa­ren­ter à un Re­tro­logue dans Cu­base mais il manque clai­re­ment à Stu­dio One son Pad­shop à syn­thèse gra­nu­laire ou un Rap­ture comme dans So­nar. Quant au lec­teur d’échan­tillons Pre­sence XT, il ten­te­ra de com­pen­ser l’aban­don de la Kom­plete Col­lec­tion de NI an­cien­ne­ment li­vrée avec la V.2. Au fi­nal, on se re­trouve avec un lo­gi­ciel qui colle plus au marché mais de­vient moins gé­né­reux dans son offre. Il y a chez Stu­dio One un cô­té « meilleur des mondes », genre le pe­tit der­nier qui pioche chez les uns et les autres en ex­ploi­tant la fraî­cheur et les bonnes ré­ponses aux at­tentes des uti­li­sa­teurs… tout ce qui a contri­bué à faire son suc­cès de­puis 2009. Il ne lui manque plus au­jourd’hui qu’à ajou­ter quelques points forts et à com­plé­ter les cases man­quantes (comme un édi­teur de par­ti­tions) pour jouer dé­fi­ni­ti­ve­ment dans la cour des grands, mais ga­geons que PreSo­nus au­ra à coeur de pour­suivre le che­min dé­jà par­cou­ru… sans at­tendre 2018 ! Fran­çois Bou­che­ry

Stu­dio One 3 est li­vré avec 15 Go de li­brai­ries.

fi­gure 1 fi­gure 2 Le Mul­ti-ins­tru­ment avec la chaîne d’Ef­fets de Note.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.