Mun­roSo­nic Egg 100 test DJ Style

la preuve par l’oeuf

KR Home-Studio - - SOMMAIRE -

An­dy Mun­ro s’illustre de­puis quelques dé­cen­nies dans le ma­té­riel au­dio et le dé­ve­lop­pe­ment de so­lu­tions acous­tiques per­for­mantes pour les stu­dios. Fin 2011, il se lance dans la re­cherche sur le mo­ni­to­ring, en col­la­bo­ra­tion avec James Young et Phi­lip Smith de So­nic Dis­tri­bu­tion.

B

ien vite, se des­sine l’as­pect fi­nal des en­ceintes : la forme ovoïde re­vêt de très nom­breux avan­tages. En ef­fet, l’ab­sence de pa­rois pa­ral­lèles éli­mine la gé­né­ra­tion d’ondes sta­tion­naires à l’in­té­rieur de l’en­ceinte, et amé­liore ain­si l’in­tel­li­gi­bi­li­té des re­gistres grave et mé­dium. À l’ex­té­rieur, l’ab­sence d’ef­fet de bord ré­duit à sa plus simple ex­pres­sion les ré­flexions pa­ra­sites à la sur­face de l’en­ceinte. Comme on peut le voir, ce cof­fret en forme d’oeuf pré­sente un baffle plan de la taille la plus ajus­tée pos­sible au­tour des trans­duc­teurs, et dont les angles ar­ron­dis se fondent avec le reste de la pa­roi. Ce der­nier terme s’ex­prime au sin­gu­lier, car l’en­ceinte, bé­né­fi­ciant de tech­niques de fa­bri­ca­tion pous­sées du monde de l’aé­ro­spa­tiale et du mi­li­taire (la firme Sed­ge­wall), est réa­li­sée en un seul bloc. Ce­la consti­tue une vé­ri­table prouesse. Les Egg 100, hauts d’une tren­taine de cen­ti­mètres pour un dia­mètre maxi­mal de 22 cm, se dé­clinent en trois co­lo­ris, noir, rouge, blanc (fi­gure 1), et pas quatre : il se­ra donc im­pos­sible de sé­pa­rer les blancs des jaunes, puisque ces der­niers mo­ni­tors n’existent pas… Le bass-re­flex dont l’évent est lé­gè­re­ment in­cli­né vers l’avant, sous le trans­duc­teur de graves, a donc été mou­lé di­rec­te­ment dans la coque. Cette der­nière re­çoit deux trans­duc­teurs : un boo­mer de 10 cm de dia­mètre et un twee­ter de 25 mm. Au dos de chaque Egg 100, un connec­teur Spea­kon as­sure la liai­son avec l’am­pli­fi­ca­teur ex­terne.

Retour aux sources ?

Le sys­tème Mun­roSo­nic Egg 100 se com­pose donc d’une paire d’en­ceintes et d’un am­pli­fi­ca­teur sté­réo­pho­nique (fi­gure 2). Bien que nous nous soyons ha­bi­tués aux mo­ni­tors ac­tifs que l’on doit bran­cher au ni­veau ligne, d’une part, et sur le sec­teur, d’autre part, les sys­tèmes d’écoute de ré­fé­rence con­çus au­tour d’en­ceintes pas­sives sont tou­jours d’ac­tua­li­té, sans pour au­tant tour­ner le dos à la mo­der­ni­té. Chaque so­lu­tion re­vêt des avan­tages et des in­con­vé­nients. Si les en­ceintes am­pli­fiées sont sou­vent do­tées de plu­sieurs am­pli­fi­ca­teurs équi­pés d’au­tant de sor­ties de filtre ac­tif qu’il y a de haut-par­leurs à ali­men­ter, toute cette élec­tro­nique peut être af­fec­tée par les vi­bra­tions liées au son am­pli­fié. Sur ce point, on pense en par­ti­cu­lier à l’ef­fet mi­cro­pho­nique né­faste des conden­sa­teurs de fil­trage de l’ali­men­ta­tion, entre autres. Les en­ceintes ac­tives ne sont pas exemptes de dé­fauts. Dans les stu­dios d’en­re­gis­tre­ment d’en­ver­gure, les grandes écoutes sont ali­men­tées par des am­pli­fi­ca­teurs ex­ternes, quel que soit le nombre de voies à ali­men­ter, en sor­tie d’un filtre ac­tif, gé­né­ra­le­ment, ce qui évite la perte de 3 dB dans un fil­trage pas­sif. La firme bri­tan­nique Mun­roSo­nic

a op­té pour la so­lu­tion la plus simple qui soit : am­pli­fi­ca­teur large bande et en­ceintes pas­sives deux voies. Cette so­lu­tion reste par­fai­te­ment va­lable pour ce type de mo­ni­to­ring de proxi­mi­té : le construc­teur pré­co­nise une dis­tance entre les en­ceintes de 50 à 150 cm. On re­trouve les mêmes valeurs de cotes entre les deux Egg 100 et l’au­di­teur.

Haute qua­li­té

Les coques des en­ceintes semblent re­prendre la même ma­tière plas­tique aus­si ri­gide que dure qui forme les nez des avions de ligne, ce dôme abri­tant le ra­dar. Le construc­teur a fixé les haut-par­leurs au moyen d’in­serts en bronze re­ce­vant les vis, quatre pour le twee­ter et six pour le boo­mer. La pa­roi in­terne est ta­pis­sée de laine Dupont de Ne­mours, trans­for­mant en cha­leur l’éner­gie des ondes ar­rière. La qua­li­té de fa­bri­ca­tion, ir­ré­pro­chable, n’a d’égal que les choix tech­niques. Les boo­mers pro­viennent de chez Peer­less, ex­cu­sez du peu. Il s’agit de trans­duc­teurs de 10 cm de dia­mètre de la série HDS pour High De­fi­ni­tion Sound. La mem­brane en po­ly­pro­py­lène, dis­po­sant d’un large cache-noyau, fonc­tionne en pis­ton grâce à une sus­pen­sion en de­mi-rou­leau po­si­tif lui pro­cu­rant une ex­cur­sion de ± 3 mm. Ce haut-par­leur dis­pose d’une bo­bine de 26 mm. Aux alen­tours de 2,5 kHz, un twee­ter Mo­na­cor DT-25N prend le re­lais. Ce trans­duc­teur de hautes per­for­mances est équi­pé d’une bo­bine de 25 mm, soit presque au­tant que celle du boo­mer ! Sa mem­brane à dôme de soie est mon­tée dans une ébauche de pa­villon, afin d’as­su­rer une bonne dif­fu­sion du re­gistre ai­gu. Le fil­trage pas­sif in­terne à 12 dB par oc­tave em­ploie une self sur air, une self sur noyau mé­tal­lique, et d’ex­cel­lents conden­sa­teurs Jant­zen au po­ly­pro­py­lène. Ces en­ceintes pré­sentent de nom­breux atouts tech­niques al­lant dans le sens de nom­breuses op­ti­mi­sa­tions, pour une res­ti­tu­tion so­nore pré­cise et trans­pa­rente. On n’ob­tient pas grand-chose en des­sous de 60 Hz, les boo­mers de 10 cm, bien que char­gés par bass-re­flex, en sont la cause. Le construc­teur a pré­vu pour très bien­tôt la sor­tie d’un cais­son ac­tif de graves.

L’élec­tro­nique

Comme le dit An­dy Mun­ro lui-même, dans un sys­tème de mo­ni­to­ring, l’ali­men­ta­tion est im­por­tante, ne se­rait-ce que pour res­ti­tuer cor­rec­te­ment les sons tran­si­toires. Ce­la ex­plique la pré­sence de l’im­po­sant trans­for­ma­teur to­rique de l’am­pli­fi­ca­teur. Cette ali­men­ta­tion li­néaire est re­dres­sée par un pont de diodes de puis­sance, puis lis­sée par une paire de conden­sa­teurs de 4700 μF cha­cun. Les étages de puis­sance sont ali­men­tés en ± 35 volts et les pe­tits si­gnaux en ± 15 volts, au moyen de deux régulateurs, un 7815 (+ 15 volts) et un 7915 (-15 volts). On re­trouve sur cette carte mère, de qua­li­té mi­li­taire, de nom­breux com­po­sants à mon­tage en sur­face, ain­si que des conden­sa­teurs au po­ly­pro­py­lène par­tout où leur pré­sence est re­quise. Chaque canal in­tègre un cor­rec­teur de to­na­li­té, dans le but d’adap­ter les en­ceintes à leur en­vi­ron­ne­ment. Ce double filtre par canal com­prend un at­té­nua­teur 0 dB / -10 dB à 63 Hz, pou­vant fa­ci­li­ter le fonc­tion­ne­ment avec le cais­son de graves à ve­nir. L’ai­gu se règle sur une plage de +1 dB / -5 dB à 10 kHz. Ces quatre po­ten­tio­mètres, lo­gés sur le cô­té du cof­fret, sont ac­ces­sibles de l’ex­té­rieur, via des trous pra­ti­qués dans le cou­vercle. En sor­tie de l’éga­li­sa­tion, un cin­quième po­ten­tio­mètre, mais sté­réo, ajuste le vo­lume d’écoute. Les étages de puis­sance se concentrent en un cir­cuit mo­no­li­thique mon­té sur un dis­si­pa­teur de grande taille, lui-même re­froi­di par convec­tion na­tu­relle, sa­chant que le fond du cof­fret et le cou­vercle sont équi­pés d’ouïes d’aé­ra­tion. Ce mo­dule LM4780 de Na­tio­nal Se­mi­con­duc­tor dé­livre une puis­sance de 30 watts RMS par canal sous 8 Ω. Po­la­ri­sé en classe AB, il pré­sente un rap­port si­gnal/bruit op­ti­mal et un taux de dis­tor­sion très bas à la puis­sance no­mi­nale. Sa vi­tesse de ba­layage (19 V/μs) lui confère une ex­cel­lente ap­ti­tude à res­ti­tuer les sons tran­si­toires. An­dy Mun­ro a ad­joint un am­pli­fi­ca­teur de casque de très haute mu­si­ca­li­té. Il fonc­tionne en classe A à simple étage, au moyen d’un tran­sis­tor Mos-Fet IRF501 de chez In­ter­na­tio­nal Rec­ti­fier. Cette sor­tie casque se dis­tingue par son ex­cel­lence. Ici en­core, le construc­teur a soi­gné chaque dé­tail, ce que l’on re­marque, tant pour la qua­li­té des com­po­sants que pour le choix de la connectique. En ef­fet, la mo­du­la­tion ligne sté­réo bé­né­fi­cie d’une paire d’en­trées sy­mé­triques sur XLR, tan­dis que les sor­ties de puis­sance adoptent la norme Spea­kon de Neu­trik. Il s’agit de prises à quatre contacts, dont deux sont uti­li­sés pour la connexion aux en­ceintes. Phi­lippe Da­vid

fi­gure 1

Trois co­lo­ris sont pro­po­sés.

fi­gure 2

L’am­pli­fi­ca­teur sté­réo­pho­nique.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.