KR:

KR Home-Studio - - AUTOPROD -

La Fra­ca-Ma est une fé­dé­ra­tion d’ac­teurs en ré­gion Centre-Val de Loire, cou­vrant six dé­par­te­ments : ceux de l’Indre-et-Loire (37), du Loi­ret (45), de l’Eure-et-Loir (28), du Cher (18), du Loir-et-Cher (41) et de l’Indre (36). On re­groupe des ac­teurs as­so­cia­tifs dans le cadre des mu­siques ac­tuelles am­pli­fiées. La Fra­ca-Ma s’ap­puie sur un ré­seau di­ver­si­fié de salles de concert, de fes­ti­vals, de ra­dios, d’écoles de mu­sique, de la­bels et de col­lec­tifs de mu­si­ciens. Qui sont ses prin­ci­paux adhé­rents ?

Bo­ris Adamc­zyk : La Fra­ca-Ma existe de­puis une quin­zaine d’an­nées et re­groupe au­jourd’hui 35 adhé­rents. Par­mi eux, on peut ci­ter « l’A.S.S.O », l’as­so­cia­tion qui porte le fes­ti­val Terres du Son où on se trouve au­jourd’hui. On y trouve aus­si des salles de mu­sique ac­tuelle, avant la­bel­li­sées Smac, comme l’As­trolab à Or­léans, le Chato’do à Blois, plus ré­cem­ment le Temps Ma­chine à Joué-lès-Tours…

Greg : Ce ré­seau s’est construit sur une lo­gique de lé­gi­ti­ma­tion des ac­teurs des mu­siques ac­tuelles avec une vo­lon­té de re­con­nais­sance de son éco­no­mie avec des ac­teurs pro­fes­sion­nels. Puis ce­la a évo­lué en un rôle de mé­dia­tion et de connexion entre les pou­voirs pu­blics et les ac­teurs de ter­rain. Au­jourd’hui on en ar­rive à une lo­gique de struc­tu­ra­tion où la Fra­ca-Ma de­vient un ac­teur qui par­ti­cipe en lien avec les ac­teurs de ter­rain et les col­lec­ti­vi­tés à la construc­tion des po­li­tiques pu­bliques sur le ter­ri­toire en fa­veur des mu­siques ac­tuelles.

Bo­ris : On le fait aus­si parce qu’on est mis­sion­nés par notre prin­ci­pal par­te­naire qui est la ré­gion Centre-Val de Loire. D’où viennent vos sub­ven­tions ?

Greg : Nous sommes sou­te­nus par la ré­gion Centre-Val de Loire et par la Drac Centre. Quelles sont les mis­sions de la Fra­ca-Ma ?

Greg : On a été tout d’abord cor­res­pon­dants lo­caux de l’Ir­ma. Nous avons cinq ob­jec­tifs de mis­sions : la Struc­tu­ra­tion, l’Information-Res­source, la Trans­mis­sion, la Pro­duc­tion-Dif­fu­sion, le Re­pé­rage-Ac­com­pa­gne­ment. La struc­tu­ra­tion du sec­teur est avant tout une mise en ré­seau et une mise en place de co­opé­ra­tion entre les ac­teurs. Nous es­sayons aus­si d’an­ti­ci­per les évo­lu­tions du sec­teur. Par exemple en ce mo­ment, il y a un désen­ga­ge­ment des fi­nan­ce­ments pu­blics sur la culture. Notre rôle est donc de ré­flé­chir pour trou­ver de nou­veaux mo­dèles éco­no­miques. Ain­si on col­la­bore avec des par­te­naires lo­caux à une plate-forme in­ter­net dé­diée à l’em­ploi et la for­ma­tion dans le sec­teur cultu­rel.

Bo­ris : Notre ac­tion dans la Struc­tu­ra­tion est un rôle de consul­ta­tion au­près des col­lec­ti­vi­tés sur leurs be­soins en salles de ré­pé­ti­tion ou de concert par exemple. Nous sommes in­ter­ve­nus pour le Temps Ma­chine sur leur ca­hier des charges. L’Information-Res­source est l’un de nos axes les plus vi­sibles pour le pu­blic. À tra­vers notre site in­ter­net, on pro­pose un an­nuaire in­ter­net re­cen­sant les ac­teurs du sec­teur mu­si­cal. Nous avons aus­si un agen­da sur les ma­ni­fes­ta­tions de la ré­gion Centre et des actualités. Pour la par­tie Res­source, cha­cun dans nos lo­caux à Or­léans et à Tours va re­ce­voir des ar­tistes et chaque per­sonne qui a un projet mu­si­cal pour les in­for­mer et les orien­ter. Nous sommes un gui­chet ou­vert pour les gens qui veulent faire quelque chose dans la mu­sique au sens large. Ce­la peut être une as­so­cia­tion qui veut créer un fes­ti­val, le groupe ama­teur qui veut trou­ver une pre­mière scène, la col­lec­ti­vi­té qui veut mon­ter un stu­dio de ré­pé­ti­tion, l’étu­diant qui veut trou­ver une for­ma­tion…

Greg : En ce qui concerne la Trans­mis­sion, on va co­or­don­ner et ac­com­pa­gner la mise en oeuvre d’ac­tions cultu­relles. On a un rôle fé­dé­ra­teur entre dif­fé­rentes struc­tures de notre ter­ri­toire. Par exemple, nous sommes un re­lais sur le ter­ri­toire ré­gio­nal sur la campagne d’Agi-Son pour la pré­ven­tion des risques au­di­tifs. En­suite il y a un vo­let de for­ma­tion qui va de la for­ma­tion lé­gère sur le boo­king ou l’au­to-so­no­ri­sa­tion jus­qu’à la for­ma­tion pro­fes­sion­nelle au­tour de deux axes ma­jeurs : RSO (Res­pon­sa­bi­li­té So­cié­tale des Or­ga­ni­sa­tions) et la ges­tion des res­sources hu­maines, bud­gé­taire et fi­nan­cière des as­so­cia­tions cultu­relles. Pour le Re­pé­rage et l’Ac­com­pa­gne­ment de la scène lo­cale, on est mis­sion­nés en tant que Pôle Mu­sique Am­pli­fiée sur la ré­gion Centre-Val de Loire à tra­vers le dis­po­si­tif Pro­pul’Son. Après un ap­pel à can­di­da­tures an­nuel, les groupes sé­lec­tion­nés

Bo­ris Adamc­zyk (à gauche) et Gré­goire Pa­teau (à droite).

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.