Se­ven Da­vis Jr

KR Home-Studio - - CHRONIQUES -

Uni­verses [Nin­ja Tune]

Il a pra­ti­qué très jeune le gos­pel et le jazz avant de s’in­té­res­ser à la soul, au hip hop et à l’elec­tro – au sens large. À la ma­nière d’un Ste­vie Won­der ou d’un Prince, ce Ca­li­for­nien pro­longe à sa ma­nière la tra­di­tion de l’au­teur-com­po­si­teur dé­miurge qui n’a be­soin de per­sonne pour conce­voir sa mu­sique. Du chant au mix, lui maî­trise en ef­fet toute la chaîne de pro­duc­tion. Pour au­tant, le pro­dige amé­ri­cain ne vit pas en au­tar­cie et aime la com­pa­gnie – Fla­ko, Kut­mah et Ju­lio Bash­more lui ont prê­té main-forte sur trois mor­ceaux. Ça n’em­pêche pas Se­ven Da­vis Jr de faire ici l’éta­lage de ses nom­breux ta­lents. Après un pre­mier maxi pour le la­bel an­glais Nin­ja Tune (« Wild Hearts » qui brille par son ab­sence), il a bâ­ti cet im­pres­sion­nant al­bum au­tour d’un mes­sage po­si­tif et pa­ci­fique bien ser­vi par sa voix chaude. Son dis­cours a d’au­tant plus de chances d’être re­çu qu’il adopte une forme ul­tra-re­muante. At­ti­sé par des ryth­miques syn­co­pées, par­fois house (« Good Vibes »), lou­chant même sur la jungle (le mor­ceau ca­ché der­rière « Welcome Back »), le groove d’Uni­verses est brû­lant. Re­pre­nant le flam­beau de Moo­dy­mann, Ro­man­tho­ny, voire du Prince des an­nées Con­tro­ver­sy- 1999, Se­ven Da­vis Jr s’im­pose comme un dé­coif­fant homme-or­chestre soul mo­derne, aus­si vir­tuose que fan­tasque.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.