Yu­kon Blonde

KR Home-Studio - - CHRONIQUES -

On Blonde [Dine Alone]

Les cinq Ca­na­diens de Yu­kon Blonde sont res­tés ac­cro­chés à une cer­taine idée de la pop telle qu’on la conce­vait dans les an­nées 80/90. Ce­la peut pa­raître un brin désuet de nos jours, mais on a sou­vent at­teint, à cette pé­riode mu­si­cale ré­vo­lue, la quin­tes­sence de la pop mu­sic, à mi-che­min entre la naï­ve­té des six­ties, l’ar­ri­vée de l’élec­tro­nique et le fu­tur d’une cer­taine dance mu­sic. Pro­duit par Co­lin Ste­ward (Black Moun­tain, Sleepy Sun, Dan Man­gan) et mixé par To­ny Hof­fer (M83, Fos­ter The People, Air, De­peche Mode), On Blonde met en lu­mière des re­frains ac­cro­cheurs et des rythmes fon­ceurs qui ne peuvent lais­ser in­dif­fé­rent. Même si le dé­mar­rage de ce troi­sième al­bum (« Con­fu­sed ») évoque les meilleurs mo­ments des croi­se­ments entre synth-pop et rock à gui­tares (de Mo­dern En­glish aux Plim­souls), « Make U Mine » se veut plus fun­ky, alors que « Co­mo » en­voie quelques belles lignes de six-cordes vi­re­vol­ter dans les airs. En re­vanche, « I Wan­na Be Your Man » n’est pas sans évo­quer, avec brio, un cer­tain T-Rex re­mis aux goûts du jour. Sou­vent ner­veuse (« Sa­tur­day Night », « Star­va­tion », « Fa­vou­rite People »), la mu­sique de Yu­kon Blonde s’amé­nage quelques res­pi­ra­tions plus amples comme sur l’épique « Han­nah » qui dis­tille un cô­té doux-amer du meilleur ef­fet.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.