Garde le cap

KR Home-Studio - - REPORTS FESTIVALS -

Chaque nou­velle édi­tion de la Route du Rock ap­porte son lot de nou­veau­tés. Le fes­ti­val ma­louin, dont la 25e édi­tion s’est dé­rou­lée du 13 au 16 août, pro­po­sait cette an­née une deuxième scène à l’in­té­rieur du fort et un site étan­chéi­fié, suite à la réa­li­sa­tion de gros tra­vaux de drai­nage, his­toire de mettre fin aux séances de boue lé­gen­daires de­vant la grande scène.

Chaque an­née ap­porte aus­si son lot de sur­prises, bonnes ou mau­vaises… Et cette an­née l’or­ga­ni­sa­tion a été gâ­tée ques­tion ca­ta­clysme. Une se­maine avant le coup d’en­voi, un coup de ton­nerre ré­sonne dans les lo­caux de Rock Tym­pans, l’as­so­cia­tion ren­naise or­ga­ni­sa­trice.

Björk, tête d’af­fiche de l’édi­tion 2015, an­nule sa pré­sence au fes­ti­val suite à « un conflit d’agen­da ». Le cau­che­mar de tout or­ga­ni­sa­teur qui perd en une frac­tion de se­conde son unique tête d’af­fiche. Un com­plé­ment d’information se­ra ap­por­té une se­maine plus tard par la di­va is­lan­daise, her­self, sur son compte Fa­ce­book (la classe !). Suite à sa rup­ture amou­reuse, jouer son al­bum ca­thar­tique était de­ve­nu trop dif­fi­cile pour elle. En 48 heures, l’or­ga­ni­sa­tion lui trouve au pied le­vé un rem­pla­çant et fait ve­nir à coup de – gros – moyens les An­glais de Foals. La toile s’en­flamme. L’hon­neur est sauf.

La pro­gram­ma­tion tou­jours aus­si co­hé­rente mixait élec­tro (Dan Dea­con, Ra­ta­tat), folk (Fa­ther John Mis­ty), surf pop (On­ly Real), ga­rage (Fuzz), cold wave (The Soft Moon), au­tour de quelques jeunes pousses (Wand, Hinds, Al­giers, The Dis­tricts, Viet Cong) et des re­ve­nants (Thurs­ton Moore, Ride). On re­tien­dra de cette mou­ture 2015 la prêche en jean slim du fol­keux Fa­ther John Mis­ty, la noir­ceur étin­ce­lante de The Soft Moon, la pop en­so­leillée d’On­ly Real, le post-punk sai­gnant de Viet Cong, l’ov­ni Al­giers mê­lant punk, gos­pel et pro­test song, la classe et l’élé­gance de Tim­ber Timbre, et cette étrange at­mo­sphère de sa­me­di soir, ras­sem­blant les nom­breux dé­çus ve­nus spé­cia­le­ment pour Björk, les pro et an­ti Foals.

Un sa­me­di soir mau­dit où le bouillon a été une nou­velle fois évi­té de jus­tesse. À son ar­ri­vée à Saint-Ma­lo, le bas­siste de Foals tombe ma­lade. Il se­ra rem­pla­cé à l’ar­rache par le ba­ck­li­ner du groupe. Poisse, quand tu nous tiens… Un des meilleurs sets de ce fes­ti­val res­te­ra ce­lui de Ride. Icônes du shoe­gaze dans les an­nées 90, les An­glais ont si­gné leur retour il y a quelques mois. Un come-back sans nouvel al­bum plu­tôt réus­si, à voir les vi­sages ju­vé­niles de la bande de qua­ran­te­naires po­go­tant dans la fosse. Avec 23 000 en­trées payantes, le fes­ti­val a fait un peu moins bien que sa pré­cé­dente édi­tion. Mais l’es­prit d’in­dé­pen­dance est tou­jours in­tact. Et le pu­blic tou­jours aus­si fi­dèle. Da­vid Le­prince

www.la­rou­te­du­rock.com

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.