Ci­ne­ma­tic Gui­tars In­fi­ni­ty

La gui­tare ré­in­ven­tée

KR Home-Studio - - BONS PLANS -

Après Ci­ne­ma­tic Gui­tars 1 et 2, Sample Lo­gic pour­suit sa sa­ga gui­ta­ris­tique avec Ci­ne­ma­tic Gui­tars In­fi­ni­ty. Cette banque Kon­takt « 4 en 1 » com­bine les deux pre­miers opus, en y ajou­tant un troi­sième, plus In­fi­ni­ty. Ce der­nier uti­lise les sources so­nores des trois banques pour créer des ins­tru­ments in­édits, que la marque dé­fi­nit comme le nou­veau « gol­den standard » des ins­tru­ments vir­tuels ci­né­ma­tiques.

CG In­fi­ni­ty, ce sont 4 750 ins­tru­ments et mul­tis pour 25,28 Go de don­nées… et 2 400 mil­liards de com­bi­nai­sons, nous pré­cise l’édi­teur. Car, comme nous le ver­rons, créer des va­ria­tions à l’in­fi­ni à par­tir des pre­sets de base consti­tue une des grandes forces d’In­fi­ni­ty. Dans le na­vi­ga­teur Kon­takt, à par­tir de quatre dos­siers, on ac­cède à chaque pro­duit (CG 1, 2, 3 et In­fi­ni­ty) qui dis­pose de son propre mode d’em­ploi dé­taillé. L’or­ga­ni­sa­tion dans les trois pre­mières banques se fait par sous-dos­siers : le pre­mier ni­veau se dé­com­pose en At­mos­pheres, Ins­tru­men­tals et Per­cus­sives. En­suite on re­trouve peu ou prou les mêmes sub­di­vi­sions, à sa­voir Bi­zarre, Dark N Sca­ry, Elec­tro­nic, Eu­pho­ric - Spi­ri­tual, Mixed Emo­tions, Mys­te­ry Suspense et World Or­ga­nic pour les Am­biences. Pour Ins­tru­men­tals, ce se­ra plu­tôt Ar­peg­gia­ted, Gui­tars, Loops, Pads et Synths. Et pour Per­cus­sives, on a Ar­peg­gia­ted, Hit En­sembles, Im­pacts, Kits, Loops et Tran­si­tions. Pour In­fi­ni­ty, c’est en­core plus simple. Seule­ment quatre ins­tru­ments « banques » : At­mos­pheres, Ins­tru­ments, Loops et Per­cus­sives. À par­tir de là, « l’Ins­tru­ment Pre­set Brow­ser » per­met de na­vi­guer dans l’en­semble des pre­sets (fi­gure 1). Bien plus pra­tique que la na­vi­ga­tion dans les dos­siers !

Sur les traces de Xos­phere

La puis­sance d’In­fi­ni­ty se trouve dans son ar­chi­tec­ture. Le mo­teur uti­li­sé, que l’on trou­vait dé­jà dans Xos­phere, per­met en ef­fet à un ins­tru­ment de jouer si­mul­ta­né­ment huit « sound sources », l’en­ti­té de base, via quatre « sound­cores » qui passent cha­cun par une dou­zaine d’ef­fets. Le tout est mixable en temps réel via le « 3D mixer » et le sli­der XY qui per­met de mé­lan­ger de ma­nière très douce toutes ces so­no­ri­tés. Si ce­la n’était pas suf­fi­sant, les ef­fets de la sec­tion mas­ter per­mettent d’ap­pli­quer une touche fi­nale à ce fes­ti­val so­nore. L’uti­li­sa­teur dis­pose de plus de 2 000 sound sources, 1 000 pre­sets de sound­core et 750 pre­sets d’ins­tru­ment. As­sez pour com­men­cer… On trouve deux fe­nêtres prin­ci­pales dans In­fi­ni­ty : Main et Step Ani­ma­tor. Dans la pre­mière, on va créer les sons. Pour ce­la, les quatre sound­cores nu­mé­ro­tés de 1 à 4 per­mettent de choi­sir cha­cun deux sound sources que l’on mixe par le sli­der ho­ri­zon­tal. La flèche si­tuée à cô­té de l’axe cen­tral ver­ti­cal ouvre ou ferme la sec­tion ef­fet du sound­core. Au centre de l’in­ter­face, on va mixer les quatre cores et en­re­gis­trer si be­soin ce mixage. Par­tout où l’on voit un R cer­clé, on pour­ra, si ce der­nier est ac­ti­vé (fond noir), ti­rer au ha­sard une va­leur en cli­quant sur le bou­ton Ran­dom, si­tué en haut à droite (fi­gure 2). Il est ain­si pos­sible de créer des sons en fixant cer­tains pa­ra­mètres et de lais­ser les autres nous sur­prendre. Le ban­deau du bas cor­res­pond à la sec­tion mas­ter qui pro­pose sept ef­fets dé­diés, dont les pa­ra­mètres s’af­fichent au centre de l’in­ter­face lors­qu’on les ac­tive, plus un passe haut et bas et un élar­gis­seur de sté­réo.

Step Ani­ma­tor

Le Step Ani­ma­tor offre de grandes op­tions ryth­miques. Avec ses 128 pas, la pos­si­bi­li­té de jouer au double ou à la moi­tié du tem­po, son swing, ses dif­fé­rents modes de ren­du, il est à la fois com­plet et er­go­no­mique. Là aus­si, presque tout peut être ti­ré en ran­dom et au­to­ma­ti­sé. Les sé­quences se sau­ve­gardent sous forme de pre­sets et la banque de dé­part est consis­tante. Par drag & drop, on peut aus­si faire glis­ser les sé­quences sur une piste de la DAW. La pe­tite icône link de­vant chaque pa­ra­mètre per­met de dé­ci­der si une mo­di­fi­ca­tion ne concerne qu’un pas ou au contraire tous les évé­ne­ments. Pour ti­rer plei­ne­ment pro­fit du Step Ani­ma­tor, la lec­ture du mode d’em­ploi est conseillée car de nom­breuses astuces y sont dé­crites.

CG In­fi­ni­ty fait dé­fi­ni­ti­ve­ment par­tie de mes ou­tils pré­fé­rés. Les so­no­ri­tés sont tel­le­ment va­riées que ma gui­tare, ses ef­fets et l’am­pli com­mencent à prendre la pous­sière… En par­ti­cu­lier si l’on tra­vaille sur des am­biances et des ryth­miques ci­né­ma­tiques, Sample Lo­gic a frap­pé fort. Très fort… Pierre Es­tève

Faites votre choix. Se lais­ser sur­prendre…

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.