BML Epic Brass Pha­lanx

Le mur de cuivres

KR Home-Studio - - BONS PLANS -

Comme le sou­ligne l’équipe de Spit­fire Au­dio pour ex­pli­quer l’uti­li­té de son bundle Epic Brass, « So­me­times size does mat­ter ». En ras­sem­blant Trum­pet Pha­lanx (six mu­si­ciens), Bones Pha­lanx (trois trom­bones té­nors, deux trom­bones basses et un trom­bone contre­basse) et Horn Pha­lanx (six cors), on ob­tient en ef­fet ce mur de cuivres, si po­pu­laire et ca­rac­té­ris­tique des mu­siques de film mo­dernes. Ex­pli­ca­tion.

e Bri­tish Mo­du­lar Or­ches­tral Li­bra­ry (BML), l’or­chestre sym­pho­nique orien­té mu­sique de film que les An­glais de Spit­fire Au­dio construisent pu­pitre par pu­pitre de­puis quelques an­nées, était dé­jà bien avan­cé, y com­pris du cô­té des cuivres, lors­qu’ils ont dé­ci­dé d’y ajou­ter les trois vo­lumes qui consti­tuent l’Epic Brass Bundle. Mais la ten­dance au gi­gan­tisme or­ches­tral ai­dant, ils viennent d’at­teindre la sur­dose de vi­ta­mine so­nore qui pou­vait par­fois man­quer quand on cherche des tex­tures cui­vrées qui puissent s’éle­ver de la masse mu­si­cale, en te­nant tête aux grosses per­cus­sions (tai­kos, bat­te­ries) et aux for­ma­tions hy­brides nées de la fu­sion entre le sym­pho­nique, les syn­thés, les gui­tares sa­tu­rées et les choeurs. Com­plé­tant par­fai­te­ment les autres banques de cuivres du BML, à sa­voir Trum­pet Corps 1, Horn Sec­tion 1, Bones 1 et Low Brass, qui pro­posent de un à trois mu­si­ciens cha­cune, les Pha­lanx per­mettent de do­ser pré­ci­sé­ment le nombre sou­hai­té de mu­si­ciens par pu­pitre. À sa­voir que l’on peut donc al­ler jus­qu’à neuf mu­si­ciens par pu­pitre en ad­di­tion­nant les six de chaque Pha­lanx pour un to­tal de 27 cuivres ! La mix­ture ain­si ob­te­nue reste très ho­mo­gène, les en­re­gis­tre­ments se fai­sant tou­jours dans le même stu­dio, en po­si­tion­nant mi­cros et mu­si­ciens de ma­nière consis­tante. Il est à no­ter qu’il existe aus­si un bundle, le BML Brass Bundle, qui ras­semble toutes les banques de cuivres men­tion­nées pour 1009 £. Comme on le voit, dans le BML, la no­tion de mo­du­la­ri­té n’est pas un vain mot.

Juste le né­ces­saire

Dans le dé­tail, ce­la donne sur le disque dur 8,99 Go pour les cors, 9,69 Go pour les trom­bones et 7,95 Go pour les trom­pettes. Cette re­la­ti­ve­ment faible em­preinte s’ex­plique par le fait que seules les ar­ti­cu­la­tions les plus cou­rantes sont pré­sentes. Car c’est prin­ci­pa­le­ment dans un contexte mé­lo­dique, et par­fois ryth­mique ou d’ac­cen­tua­tion que les Pha­lanx se­ront sol­li­ci­tés. Pour la den­telle, il y a les banques plus dé­taillées sus­men­tion­nées. Chaque pu­pitre est dis­po­nible en trois pers­pec­tives : Ste­reo Mixes, Main Mics et Alt Mics, soit les confi­gu­ra­tions que l’on re­trouve ha­bi­tuel­le­ment dans le BML. De­puis que Spit­fire a ho­mo­gé­néi­sé ses banques or­ches­trales, les ar­ti­cu­la­tions se re­trouvent iden­tiques d’une banque à l’autre, ce qui est très pra­tique lors des co­pier/col­ler pour faire cir­cu­ler un thème entre ins­tru­ments. Pour chaque Pha­lanx, on trouve deux ins­tru­ments prin­ci­paux : Per­for­mance Pa­lette et De­co­ra­tive Pa­lette. Puis deux dos­siers : Other Brushes (Ve­lo­ci­ty-ba­sed Pa­lette, Time Ma­chine Short, Time Ma­chine De­co­ra­tive, Light Pa­lette, Eco­no­mi­cal Short, Eco­no­mi­cal Long, Eco­no­mi­cal De­co­ra­tive, COG Per­for­mance Pa­lette et COG Core Pa­lette) et In­di­vi­dual Brushes (Short Te­nu­to, Short Stac­ca­to, Short Mar­ca­to, Rip, Per­for­mance, Mul­ti­tongue, Long, Long Cuivre, Fan­fare et Fall). Cer­taines ar­ti­cu­la­tions comme Long Cuivre sont éblouis­santes, et d’une ma­nière gé­né­rale rien n’est à je­ter. Chez Spit­fire, on ap­pro­fon­dit l’es­sen­tiel sans es­broufe mar­ke­ting (fi­gures 1 et 2), ce qui est agréable pour les mu­si­ciens.

Comme tous les or­chestres sym­pho­niques vir­tuels de qua­li­té, le BML Epic Brass Bundle né­ces­site une confi­gu­ra­tion in­for­ma­tique qui tienne la route, avec de pré­fé­rence du SSD. Mais il sonne vrai­ment très bien et per­met d’or­ches­trer des mé­lo­dies qui percent sans pro­blème, tout en conser­vant l’épais­seur, la puis­sance et la plé­ni­tude in­imi­tables des cuivres. Du grand Art… Pierre Es­tève

Ar­bo­res­cence com­mune.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.