Google

KR Home-Studio - - BONS PLANS -

D’après Robert Ep­stein, cher­cheur à The Ame­ri­can Ins­ti­tute for Be­ha­vio­ral Re­search and Tech­no­lo­gy, Google au­rait amas­sé, grâce à son mo­teur de re­cherche, un pou­voir de contrôle tel­le­ment fort qu’il se­rait ca­pable d’in­fluen­cer les pro­chaines élec­tions amé­ri­caines et ain­si de faire bas­cu­ler le vote des in­dé­cis pour tel can­di­dat. Il s’agit de 20 % d’entre eux et jus­qu’à 80 % chez cer­taines po­pu­la­tions. Ce n’est pas né­gli­geable, sur­tout quand on sait que plus d’un quart des élec­tions na­tio­nales dans le monde se gagne avec une faible marge. De plus, il faut sa­voir que Google ajuste se­crè­te­ment et constam­ment ses al­go­rithmes jus­qu’à 600 fois par an. Robert Ep­stein et Ronald E. Ro­bert­son ont conduit cinq ex­pé­riences en la­bo­ra­toire et en ligne sur 4 500 per­sonnes dans deux pays. Il fal­lait dé­mon­trer l’ef­fet ma­ni­pu­la­teur du mo­teur Google en créant un mo­teur si­mi­laire nom­mé Ka­doo­dle. Ré­sul­tat : toutes les opi­nions se sont ran­gées der­rière le can­di­dat vir­tuel le mieux ré­fé­ren­cé. Cette ex­pé­rience a eu lieu en­suite avec de vrais élec­teurs en Inde lors d’élec­tions qui se sont dé­rou­lées en 2014, elle a dé­mon­tré les mêmes ef­fets. P.E.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.