Quelques anec­dotes chro­no­lo­giques au su­jet des salles de spec­tacle !

KR Home-Studio - - SOS STUDIOS -

L’an­ti­qui­té égyp­tienne : La « Lé­gende d’Osi­ris » est in­ter­pré­tée par les prêtes. Il s’agit d’un drame en 24 scènes, qui dure… une jour­née ! Une scène par heure ! Di­dac­tiques, ces re­pré­sen­ta­tions sont iti­né­rantes.

L’am­phi­théâtre grec : Enfin de la pierre ! Le théâtre an­tique grec peut être rec­tan­gu­laire comme en Crête ou cir­cu­laire (en­vi­ron 140°) en Grèce conti­nen­tale : Delphes, Épi­daure. À l’ori­gine, des gra­dins à flanc de col­line, une scène (skê­nê) et l’es­pace cir­cu­laire au sol ap­pe­lé or­chestre pour le choeur et toute in­ter­ven­tion qui n’est pas celle des ac­teurs. On ajoute en­suite un mur der­rière la scène pour ré­flé­chir le son vers les spec­ta­teurs, puis un pe­tit bâ­ti­ment ser­vant de re­mise à ac­ces­soires et de cou­lisses.

Le temps des ca­thé­drales : Bien qu’in­ter­pré­tant les Saintes Écri­tures, les troupes trop tur­bu­lentes sont chas­sées de l’in­té­rieur des églises ! Elles s’ins­tallent alors sur le par­vis avec, en fond de dé­cor, l’ar­chi­tec­ture de la ca­thé­drale. Lors de ces re­pré­sen­ta­tions, la ma­chi­ne­rie est sa­vante : en­gins de le­vage, jeux d’eau et maî­trise du feu ! Compte te­nu du sé­rieux des su­jets (la vie des Saints ou la Pas­sion du Ch­rist), on dis­trait le pu­blic en « far­cis­sant » le spec­tacle d’in­ter­mèdes co­miques… les farces !

Mo­lière et l’iti­né­rance : De ville en ville, la troupe se pro­duit en ex­té­rieur, sur un plan­cher de bois po­sé sur des tré­teaux. L’ex­pres­sion « brû­ler les planches » re­la­tive à un ac­teur d’ex­cep­tion y a pris ain­si ses ori­gines. À l’époque de Mo­lière, il n’y a pas de théâtre au châ­teau de Versailles, on équipe au cas par cas une salle, une ga­le­rie, par­fois même un es­ca­lier ! Le su­perbe pe­tit théâtre ac­tuel est une construc­tion de l’époque de Louis XVI.

Les salles à l’ita­lienne : L’ori­gine et l’ar­ché­type des bon­bon­nières rouge et or ! La plus an­cienne salle pa­ri­sienne de ce type est le théâtre du Pa­lais-Royal. Y ré­ser­ver une place est une le­çon de vo­ca­bu­laire : or­chestre, loge, bal­con, bai­gnoire ? Et « la pou­laille » ? Ce sont les gra­dins les plus éle­vés, et les places bon marché où les ar­tistes « fau­chés », les étu­diants et in­tel­los du XIXe siècle avaient pris l’ha­bi­tude de s’ins­tal­ler bruyam­ment pour com­men­ter l’ac­tua­li­té ar­tis­tique !

Mu­si­ciens de tout style… ayez une pen­sée émue pour vos com­pa­gnons de mi­sère si vous vous pro­dui­sez en ces lieux char­gés d’his­toire ! Mi­chelle Da­vène

La salle du Théâtre du Châ­te­let, Paris.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.