O

KR Home-Studio - - REPORTAGES -

n les at­ten­dait plu­tôt dans les mu­siques élec­tro­niques, Kraftwerk les ayant pré­fi­gu­rés en 1977 avec le titre pré­mo­ni­toire « The Ro­bots » (fi­gure 1), mais c’est dans le me­tal qu’ils se sont in­car­nés. Nor­mal pour des ma­chines. Dans le trio al­le­mand Com­pres­so­rhead (fi­gure 2), Stick­boy, le bat­teur aux quatre bras, deux jambes, une tête et pas de cer­veau, a fon­dé le groupe en 2007. Fin­gers, le gui­tar-he­ro bien mon­té aux 78 doigts, l’a re­joint en 2009. En 2012, Bones, un pe­tit jeune qui bas­tonne, com­plète le groupe à la basse. En­semble ils re­prennent des titres de leurs idoles de chair : NoMeansNo, Han­son Bro­thers, Rage, Pan­te­ra, AC/DC ou Led Zep­pe­lin. Ils se dé­crivent comme « The world’s hea­viest me­tal band », ont un ma­na­ger, font des concerts et ras­semblent des fans. Leur de­vise ? « Stand aside, meat­bags. Oil is thi­cker than blood. » Leurs ri­vaux ? Les Ja­po­nais du trio Z-Ma­chines (fi­gure 3).

Une longue his­toire

Pour di­verses rai­sons, qui vont de la quête d’im­mor­ta­li­té à la re­cherche d'op­ti­mi­sa­tion ini­tiée par la ré­vo­lu­tion in­dus­trielle, en pas­sant par l’in­sa­tiable cu­rio­si­té et la ma­lice de l’es­prit hu­main, les ro­bots et leur im­mé­mo­riale li­gnée d’an­cêtres ac­com­pagnent de longue date l’his­toire des hommes. Comme le dit le scien­ti­fique et au­teur fran­çais Jean-Claude Heu­din dans son livre Ro­bot Erec­tus, une an­tho­lo­gie des nou­velles fan­tas­tiques à l'aube des ro­bots : « Bien avant leur ap­pa­ri­tion, les ro­bots étaient dé­jà pré­sents dans l'ima­gi­naire des grands au­teurs ro­man­tiques du XIXe siècle : Hoff­mann, Villiers de L'Isle‐Adam, Mé­ri­mée, Bal­zac, Poe… Des sta­tues vi­vantes au Go­lem, des hommes mé­ca­niques au monstre de Fran­ken­stein, des gy­néides fa­tales aux ro­bots uni­ver­sels, ces his­toires ont éri­gé le ro­bot en créa­ture my­thique. » (fi­gure 4). En toute lo­gique, les ro­bots mu­si­ciens sont donc eux aus­si de la par­tie. De­puis des gé­né­ra­tions, ca­rillons, boîtes à mu­sique et autres au­to­mates exercent sur nous leur fas­ci­na­tion. Par­mi les plus beaux exemples d’au­to­mates mu­si­ciens, ci­tons la Joueuse de Tym­pa­non (fi­gure 5). Créée dans les an­nées 1780 par un hor­lo­ger al­le­mand, Peter Kin­zing, et l'ébé­niste Da­vid Roent­gen, elle est ache­tée par la reine Marie-An­toi­nette en 1785. La lé­gende veut que les che­veux de l'au­to­mate soient ceux de la reine et que sa robe soit cou­sue dans une de ses robes. Une cen­taine d'ar­ti­sans re­pré­sen­tant 26 corps de mé­tier a par­ti­ci­pé à sa fa­bri­ca­tion. Les airs joués ont été écrits par l'Al­le­mand Ch­ris­toph Willi­bald Gluck. Conser­vée au Mu­sée des Arts et Mé­tiers de Paris, l’au­to­mate de pe­tite taille (une ving­taine de pouces) est as­sis de­vant une table en bois sur la­quelle est po­sé un tym­pa­non. Il est commandé par un cy­lindre en lai­ton en­traî­né par un re­mon­toir à res­sort. Le mé­ca­nisme est si­tué dans le corps de la joueuse et dans la table. En tour­nant, le cy­lindre ac­tionne des cames con­trô­lant le mou­ve­ment des bras et de la tête. Il re­pré­sente un som­met tech­no­lo­gique de l'époque.

Ani­ma­tro­nique et in­tel­li­gence ar­ti­fi­cielle

Le gé­nie hu­main qui a été ca­pable de pro­duire il y a plus de deux siècles une telle mer­veille pu­re­ment mé­ca­nique s’est de­puis pen­ché sur l’élec­tro­nique, l’in­for­ma­tique, l’in­tel­li­gence ar­ti­fi­cielle. Avec les ou­tils contem­po­rains, dé­sor­mais ac­ces­sibles à toutes les bourses, tels que les mi­cro­con­trô­leurs de type Ar­dui­no as­sor­tis de leurs cap­teurs et ac­tion­neurs, les mi­ni-or­di­na­teurs comme le Rasp­ber­ry Pi ou les im­pri­mantes 3D, un es­prit cu­rieux et tra­vailleur peut créer d’in­croyables créa­tures. L’ani­ma­tro­nique, lar­ge­ment ex­ploi­tée pour les ef­fets spé­ciaux du ci­né­ma hol­ly­woo­dien, as­so­ciée au ma­quillage, a pro­duit des mil­liers d’aliens, ani­maux pré­his­to­riques et ter­mi­na­tors.

Kraftwerk et The Ro­bots.

Com­pres­so­rhead et ro­bots rock teu­ton.

Les Ja­po­nais de Z‐Ma­chines.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.