Bill Ry­der Jones

KR Home-Studio - - CHRONIQUES -

West Kir­by Coun­ty Pri­ma­ry [Do­mi­no/PIAS]

Grâce à ce tren­te­naire, la longue li­gnée des ro­ckers ve­nant de Li­ver­pool se per­pé­tue avec élé­gance. Cet an­cien membre fon­da­teur de The Co­ral, brillante for­ma­tion lo­cale dans la­quelle il jouait de la gui­tare mais aus­si de la trom­pette, a fait son che­min de­puis son dé­part en 2008. Si on peut le voir sur scène avec Arc­tic Mon­keys ou der­rière la console pour d’autres (The Hoo­ton Ten­nis Club), quand il est à son propre compte, ce chan­teur-song­wri­ter sur­doué montre qu’il est une tête d’af­fiche à lui tout seul. Mixé par James Ford, ce troi­sième al­bum confirme les ar­gu­ments avan­cés par les pré­cé­dents. Bill Ry­der Jones a tout d’un El­liott Smith du 3e mil­lé­naire. Seul avec sa gui­tare élec­trique, il sait émou­voir grâce à un folk-rock dé­pouillé et mé­lo­dique (« Put It Down Be­fore You Break It », en­re­gis­tré comme s’il était as­sis à cô­té de nous). Mais sur West Kir­by Coun­ty Pri­ma­ry, nou­veau­té, il hausse le ton et la joue plus élec­trique, fer­raillant de l’indie-rock pug­nace (« Two To Bir­ken­head », digne de Pa­ve­ment) sans ce­pen­dant cé­der à la fa­ci­li­té et sa­cri­fier les ar­ran­ge­ments. Nor­mal, lui qui sait com­po­ser pour pia­no et cordes ( If…, son coup d’es­sai ins­tru­men­tal) sait in­jec­ter une mu­si­ca­li­té rare dans un en­vi­ron­ne­ment brit-pop (« You Can’t Hide A Light With The Dark », « Sa­tel­lites »).

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.