Doug Hream Blunt

KR Home-Studio - - CHRONIQUES -

My Name Is… [Lua­ka Bop]

Après l’oeuvre ex­hu­mée du mys­té­rieux mu­si­cien ni­gé­rian William Onyea­bor, voi­là que le la­bel de Da­vid Byrne nous sort de der­rière les fa­gots de sin­gu­lières com­po­si­tions d’un non moins sin­gu­lier per­son­nage nom­mé Doug Hream Blunt. A contra­rio de Onyea­bor, il existe quelques vi­déos de ce fa­meux Doug qui semble avoir eu une car­rière flash éclair aux dé­buts des an­nées 2000. On se laisse néan­moins fa­ci­le­ment em­bar­quer par ses en­voû­tants mor­ceaux qui n’ap­par­tiennent pas à un genre en par­ti­cu­lier, même si cer­tains pas­sages sont un peu dif­fi­ciles à écou­ter comme les so­los de gui­tare dis­so­nants de « Gentle Per­sua­sion », « Ride The Ti­ger » ou « Whis­key Man ». Ce Doug-là semble avoir fré­quen­té les Doors, Mar­vin Gaye ou James Brown tout en gar­dant une fi­lia­tion loin­taine avec ces lé­gendes. Les pe­tites his­toires d’amour de Doug se dé­clinent ici sur des mo­tifs ins­tru­men­taux hyp­no­tiques, frêles es­quisses qui voguent où bon leur semble en em­prun­tant le meilleur de la soul, du rock ou de l’afro-funk. « It’s à brand new dance » psal­mo­die Doug à la fin de « Ride The Ti­ger » et on ne peut qu’être fas­ci­né de­vant cette foi qui sem­blait l’ani­mer. En­core une belle cu­rio­si­té dé­ni­chée par l’ami Da­vid.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.