M

KR Home-Studio - - VINTAGE - Fi­gure 4

ichel « Wi­no » Wi­no­gra­dof (fi­gure 1) : chan­teur, au­teur, com­po­si­teur, gui­ta­riste, home-stu­dioïste… Ce n’est pas d’hier que l’on se connaît : nous avons fait les zouaves en­semble dans Odeurs ( Ra­mon Pi­pin’s) au dé­but des an­nées 80 et j’ai même joué de la basse dans le groupe qu’il avait for­mé à la même époque… Je sa­vais qu’il avait ac­cu­mu­lé du ma­té­riel son au fil des ans et il sa­vait que je pre­nais en pen­sion, dans le mu­sée, les ma­chines ob­so­lètes ou hors d’âge. Ap­pel de Wi­no en 2014 : « Je peux te confier quelques en­gins : je sais que tu en pren­dras soin… » De­puis le dé­but des an­nées 80, l’ami Wi­no a énor­mé­ment tra­vaillé pour le théâtre, où il a ai­dé au son et sur­tout com­po­sé, et joué, des mu­siques fort ap­pré­ciées des met­teurs en scène, des ac­teurs et bien sûr du pu­blic. Par­mi les pièces les plus « im­por­tantes », on peut ci­ter Mo­lière Mal­gré Moi, dont Fran­cis Per­rin est à la fois l’au­teur, l’ar­tiste et le met­teur en scène, Des Fleurs Pour Al­ger­non, de Sé­bas­tien Thié­ry, qui s’est jouée à la Co­mé­die des Champs-Ély­sées avec une mise en scène d’Anne Kess­ler de la Co­mé­die Fran­çaise, ou Le Dé­but de la Fin, avec Richard Ber­ry et Jo­na­than Lam­bert. Il a éga­le­ment – ce qui l’a oc­cu­pé plei­ne­ment de 1983 à 2001 – tra­vaillé pour le jeu vi­déo, en concoc­tant des bandes-son, des sons d’am­biance et autres ef­fets spé­ciaux so­nores : de Lode Run­ner à Con­flict Zone, en pas­sant par Mis­sion, Ten­nis Cup ou Adi­das Power Soc­cer.

Akai, So­ny…

Pre­mier pro­duit don­né par Wi­no à Mu­sé­lec : rien de moins qu’un sam­pleur Akai S1100, avec ses 32 Mo de mé­moire (fi­gure 2). Très rare (entre le S1000 et le S3000). « L’en­semble m’avait coû­té le prix d’une ber­line, à l’époque. Si tu vou­lais jouir d’un son tout de suite et pou­voir le jouer, à la fin des an­nées 80 et au dé­but des 90, c’est ce genre de ma­chine qu’il te fal­lait, avec le Sy­quest der­rière… Le nombre de choses que j’ai pu faire avec, et des plus im­por­tantes ! Juste avec ce S1100, un Ata­ri (ST 1040) et le No­ta­tor de Ge­rhard Len­ge­ling ». Ce S1100, ap­pa­ru en 1990, et qui suc­cé­dait au fa­meux S1000, l’échan­tillon­neur standard de Akai, pos­sé­dait en ef­fet une mé­moire de 32 Mo et son pro­ces­sing in­terne se fai­sait en 24 bits (16 bits dans les S1000). Il dis­po­sait lui aus­si d'une po­ly­pho­nie de seize voix, et d'une fonc­tion­na­li­té Time Stretch per­met­tant de mo­di­fier le tem­po sans chan­ger la hau­teur des sons. Bien sûr, pas d’USB, ni de Fi­reWire ou Thun­der­bolt à l’époque, mais un in­ter­fa­çage SCSI (Small Com­pu­ter Sys­tem In­ter­face). On y trou­vait des ef­fets nu­mé­riques (dont beau­coup ont abu­sé), une sor­tie AES/EBU, la lec­ture et la gé­né­ra­tion SMPTE, ain­si que la pos­si­bi­li­té d’en­re­gis­trer sur un disque dur ex­terne. Autre ob­jet rare, en plus d’un Tas­cam DA-88 (huit pistes nu­mé­riques sur cas­sette vi­déo Hi-8) et d’un Io­me­ga Jaz (car­touche de 1 Go !) (fi­gure 3) : un So­ny NT1 (fi­gure 4). En 1992, le construc­teur ja­po­nais a l’ex­cel­lente idée, qui n’au­ra pour­tant pas beau­coup de lendemains, de réa­li­ser un pe­tit en­re­gis­treur de poche, le pre­mier du genre, sorte de bloc-notes so­nore, par­fois ap­pe­lé Scoop­man par So­ny. On en­re­gis­trait sur sa mi­cro­cas­sette (pas plus grande qu’un timbre poste) des mé­mos, en l’oc­cur­rence des idées mu­si­cales ou des sons de la vie quo­ti­dienne. Puis nous avons éga­le­ment pu dé­bar­ras­ser le mu­si­cien de quelques gros ma­gné­to­scopes So­ny : des U-ma­tic et Be­ta­max (fi­gure 5), ve­nus re­joindre une co­pieuse col­lec­tion de ma­chines du même mé­tal.

Mer­ci Mon­sieur Wi­no­gra­dof pour vos « dons du son » !

Klaus Blas­quiz

Le Scoop­man NT1 de So­ny : la mi­cro­cas­sette nu­mé­rique. Ma­gné­to­scopes So­ny, Be­ta ou U‐ma­tic : in­dis­pen­sable lorsque l’on tra­vaillait le son et la mu­sique pour jeux vi­déo.

Akai S1100 de 1990 : 32 Mo en 24 bits !

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.