Fu­fa­nu

KR Home-Studio - - CHRONIQUES -

Few More Days To Go [One Lit­tle In­dian / A+LSO]

Der­rière le pre­mier al­bum de ce fu­rieux groupe islandais se cache une drôle d’his­toire. Il y a même un ca­davre mu­si­cal dans le pla­card ! Quand Fu­fa­nu a dé­mar­ré il y a six ans sous l’ap­pel­la­tion de Cap­tain Fu­fa­nu, ses membres, alors ado­les­cents, sont bran­chés par la tech­no ex­pé­ri­men­tale et pas vrai­ment dan­sante. De cette pre­mière ex­pé­rience ne reste rien de concret : au mo­ment où la bande a ter­mi­né un pre­mier al­bum, son stu­dio est cam­brio­lé et tout est vo­lé – même les sau­ve­gardes. Du coup, le groupe pro­fite de cet in­ci­dent pour évo­luer et in­té­grer des ins­tru­ments live dans leurs com­po­si­tions. Kak­tus Ei­nars­son – par ailleurs, fils d’Ei­nar, la voix des Su­gar­cubes – se dé­couvre dans la fou­lée une en­vie de chant. Sans re­nier son en­ra­ci­ne­ment ini­tial dans la tech­no, Fu­fa­nu réa­lise une translation mu­si­cale, glis­sant sans le sa­voir vers la cold wave. Car les jeunes Islandais ne sont pas des fé­ti­chistes des an­nées cor­beau, Kak­tus jure même avoir dé­cou­vert Ian Cur­tis après qu’on a com­pa­ré sa voix à celle, sé­pul­crale, du lea­der de Joy Division. Le mi­racle de Few More Days To Go vient de la ca­pa­ci­té de Fu­fa­nu à ap­por­ter, avec ses ma­chines et sa ma­nière de pen­ser dif­fé­rente, une dy­na­mique in­édite au rock sombre mar­qué 80’s, un nou­veau souffle. Ce que « Now », en ou­ver­ture, illustre par­fai­te­ment avec sa pre­nante explosion. Une bonne sur­prise.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.