Pain-Noir

KR Home-Studio - - CHRONIQUES -

Pain-Noir [Tom­boy Lab / Un Plan Simple]

Une nuit, Fran­çois Ré­gis-Croi­sier a rê­vé de deux mains sur les­quelles les mots « pain » et « noir » étaient ta­toués. De ce rêve – al­lu­sion au Mit­chum de La Nuit du Chas­seur ? – ce chan­teur-com­po­si­teur a ti­ré la force pour réa­li­ser sa mé­ta­mor­phose. Jus­qu’alors, il s’avan­çait en émule de l’in­die folk amé­ri­cain comme ses com­parses de The De­la­no Or­ches­tra. Après deux al­bums en an­glais si­gnés St Au­gus­tine, il prend un vi­rage ra­di­cal et, tel l’aî­né Mu­rat, fait glis­ser le fran­çais sur une bande-son qui tire son ins­pi­ra­tion d’ailleurs, par exemple du rock des champs de Gran­dad­dy ou de Spark­le­horse. Dans ce pre­mier al­bum très abou­ti, Pain-Noir pré­fère l’éco­no­mie de moyens – gui­tares acous­tiques et syn­thés dis­crets – à la pro­fu­sion. Non seule­ment ça va bien à ses textes rê­veurs et à sa voix d’équi­li­briste, mais ça lui suf­fit lar­ge­ment pour construire un ré­per­toire so­lide et émou­vant au­quel une production rus­tique et in­ti­miste rend hon­neur. « La Re­te­nue » et son vil­lage en­glou­ti, « Sterne » ou « Pain Noir (Le Soir) » consti­tuent quelques-uns des re­liefs sur les­quels les ama­teurs de pop folk mé­lan­co­lique échoue­ront avec plai­sir et sans ré­serve. Dé­but réus­si pour le nou­veau la­bel Tom­boy Lab.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.