Le beat

KR Home-Studio - - KR #HS2 - Fi­gure 1

Àcha­cun de trou­ver la meilleure méthode pour construire sa ryth­mique. Vous pou­vez au choix uti­li­ser les sur­faces de contrôle pro­prié­taires avec plug-in in­clus comme la MPC type Re­nais­sance de chez Akai, Spark de chez Ar­tu­ria ou en­core Ma­schine de chez Na­tive Ins­tru­ments, sans par­ler de Live d’Able­ton, ou bien em­ployer des lec­teurs de samples comme Sty­lus de Spec­tra­so­nics ou Elas­tik d’Ue­ber­schall. Per­son­nel­le­ment j’uti­lise à la fois BPM (avec la banque de sons in­té­grée Beat­box An­tho­lo­gy) de chez MO­TU, Prime8 in­té­gré à Ur­ban Suite de chez UVI, et Sty­lus RMX de chez Spec­tra­so­nics (fi­gure 1) qui re­groupe à la fois une bonne banque de sons en in­terne avec la pos­si­bi­li­té d’uti­li­ser des banques de sons tierces que nous re­trou­vons main­te­nant chez beau­coup d’édi­teurs de sons de ryth­miques.

Les ins­tru­ments

Sty­lus RMX a d’autres avan­tages comme se ca­ler à qua­si­ment n’im­porte le­quel des tem­pi de votre ar­ran­ge­ment (par sys­tème de stret­ching et mi­cro­dé­cou­page in­té­gré des sé­quences de rythme) pour une qua­li­té op­ti­male ! Il est simple à uti­li­ser, dis­pose de nom­breux ef­fets in­ternes per­for­mants (à la fois sur les pistes in­di­vi­duelles et/ou la sor­tie mas­ter) et il peut être joué en sor­ties au­dio sé­pa­rées jus­qu’à huit pistes. De plus, il est pos­sible som­mai­re­ment d’y re­jouer vos pat­terns via la fonc­tion Time De­si­gner, ain­si que de trans­for­mer vos beats via une in­té­res­sante fonc­tion ap­pe­lée Chaos De­si­gner ( fi­gure 2, au­dio 8, pat­tern avec et sans Chaos). En­fin, cô­té édi­tion, vos dis­po­sez entre autres de filtres puis­sants, ain­si que d’une fonc­tion Re­verse de vos samples, ou en­core de Sample Start, qui per­met de dé­pla­cer le dé­part de la lec­ture de vos échan­tillons. Au­tant dire que c’est une pe­tite usine à gaz qui vous per­met­tra de sound de­si­gner vos ryth­miques avec l’avan­tage cer­tain d’être à la fois simple d’uti­li­sa­tion et très in­tui­tive ! Pour com­plé­ter le tout, j’af­fec­tionne par­ti­cu­liè­re­ment Prime8 (Ur­ban Suite) (fi­gure 3, au­dio 9) es­sen­tiel­le­ment pour les kicks, mais aus­si le reste, qui nous offre une par­faite ému­la­tion à mon goût de la TR-808 avec une ex­cel­lente qua­li­té so­nore et un réa­lisme ac­cru. En­fin, pour ce qui est des autres ins­tru­ments de bat­te­rie, via le plug-in UVI, je vais pio­cher dans l’ex­cellent Beat­box An­tho­lo­gy (BPM de chez MO­TU) qui a l’avan­tage de re­grou­per la qua­si-to­ta­li­té des ma­chines de l’époque (fi­gure 4) que j’ai bien connues et pos­sé­dées (en grand nombre). Par­tant de ce der­nier constat, il est alors as­sez simple pour moi et très ra­pide d’iden­ti­fier les sons de ces ma­chines parce que j’en connais les sons. Vous l’au­rez com­pris, ma méthode fonc­tionne bien pour moi, mais peut-être pas pour l’en­semble d’entre vous. Un mot par exemple sur le plug-in de chez Na­tive Ins­tru­ments : Bat­te­ry (fi­gure 5), que je com­mence à uti­li­ser. Si son po­ten­tiel est in­té­res­sant, en re­vanche la qua­li­té de trai­te­ment des sons n’est pas ho­mo­gène à mon goût sur l’en­semble des so­no­ri­tés (j’ai d’ailleurs pu consta­ter le même « dé­faut » dans cer­taines bi­blio­thèques de la MPC type Re­nais­sance d’Akai, ce qui a contra­rio n’est pas le cas de la Spark d’Ar­tu­ria). Cer­tains sons sonnent bien, d’autres moins. La qua­li­té de trai­te­ment des sons (à sa­voir le mas­te­ring et le sound de­si­gn de cha­cun) n’est pas égale et il fau­dra alors re­pas­ser par de l’édi­tion. Ce­pen­dant, avec ce type de plug-in ins­tru­ment comme Bat­te­ry, ce n’est pas un sou­ci, car les ou­tils de sound de­si­gn in­té­grés sont d’ex­cel­lente fac­ture et pous­sés ! Une bonne piste à suivre donc…

Trou­ver son kick

Nous ne l’au­rons pas as­sez dit, la puis­sance du kick est ca­pi­tale, c’est elle qui fe­ra dan­ser les foules (entre autres). Plu­sieurs so­lu­tions pour trou­ver le sien. Une méthode pour les plus pres­sés d’entre vous ou ne se­rait-ce que pour faire un clin d’oeil : la méthode du sam­pling est ef­fi­cace. En ef­fet, si c’est un mor­ceau ré­cent ou ré­fé­rent, le son est dé­jà trai­té et com­pres­sé au maxi­mum, ce qui vous per­met de tra­vailler avec un son « def » et vous ins­pi­re­ra d’au­tant plus dans la suite de votre créa­tion. Autre méthode, que j’ai dé­jà évo­quée en par­tie, re­cher­cher dans les bi­blio­thèques de sons votre propre cou­leur. Pour la

Sty­lus RMX de chez Spec­tra­so­nics.

Chaos De­si­gner.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.