Control­le­rism, A

KR Home-Studio - - KR #HS2 -

ujourd’hui, voir un DJ ani­mer une soi­rée, en club ou pour des amis, avec un contrô­leur semble évident. Le contrô­leur est en quelque sorte de­ve­nu l’ins­tru­ment du DJ. Et pour­tant, il lui au­ra fal­lu quelque temps avant de s’im­po­ser et ob­te­nir le sta­tut d’in­dis­pen­sable ou­til à mixer. Pa­ral­lè­le­ment, c’est aus­si l’ac­crois­se­ment de la puis­sance des or­di­na­teurs qui lui a don­né un coup de main, les lo­gi­ciels de DJing de­ve­nant de plus en plus per­for­mants. Les construc­teurs ont donc dû et su adap­ter les sur­faces de contrôle des DJ pour pro­po­ser des so­lu­tions de pi­lo­tage de nou­velles fonc­tions, ap­pa­rues au fil des de­mandes des uti­li­sa­teurs. Un pe­tit re­tour quelques an­nées en ar­rière per­met de me­su­rer l’évo­lu­tion de la tech­no­lo­gie. Pre­nons, par exemple, la DJ Console d’Her­cules, pre­mière du nom, ap­pa­rue en 2003 (fi­gure 1). Celle-ci pro­po­sait une so­lu­tion in­édite hard­ware/lo­gi­ciel per­met­tant aux DJ de mixer ses MP3 sans uti­li­ser le tra­di­tion­nel couple cla­vier/sou­ris, et pour un prix abor­dable. Elle était ac­com­pa­gnée de trois lo­gi­ciels, Mix­vibes, Vir­tual DJ et NewDJ, dis­pa­ru de­puis. Les com­mandes vers les lo­gi­ciels n’étaient pas en­core en­voyées en MI­DI, mais en HID, un for­mat de com­mandes pro­prié­taire. La DJ Console se per­met­tait même d’être une carte son USB (16 bits / 48 kHz) en plus des fonc­tions spé­ci­fiques au mix re­grou­pées sur la sur­face de tra­vail qu’elle pro­po­sait. Avant elle, on a pu voir le XP-10 d’EKS, un contrô­leur 1 pla­tine en USB avec 1 sor­tie sté­réo contrô­lant le lo­gi­ciel Bi­son, le DMC-1 de Nu­mark, en rack et sur port sé­rie (mi­ni-DIN), sans au­dio ni contrôle du mixage et contrô­lant Vir­tual DJ, le DAC-2 de Vi­sio­so­nic, presque iden­tique au Nu­mark DMC-1, mais en port USB, sans au­dio ni contrôle du mixage et contrô­lant PCDJ, et le Mix­man DM2, USB pour deux pla­tines avec cross­fa­der, sans contrôles de vo­lumes, pitch, au­dio, un play par pla­tine (mer­ci à Fran­çois Ga­ret d’Her­cules pour ces pré­ci­sions). Le concept des contrô­leurs était po­sé : deux jogs sym­bo­li­sant une paire de pla­tines vi­nyles sy­mé­tri­sées de part et d’autre du boî­tier, un double éga­li­seur trois bandes (graves, mé­diums, ai­gus), deux fa­ders de pitch, un cross­fa­der, un track­ball cen­tral avec bou­tons as­so­ciés ému­lant la sou­ris pour la na­vi­ga­tion au sein des listes de lec­ture, les poussoirs né­ces­saires aux fonc­tions de pré-écoute (Cue), de pose de points de re­père (cues), de trans­port (lec­ture/pause), de syn­chro (Au­to Beat), de lan­ce­ment d’ef­fets, etc. En face avant, une paire d’en­trées ligne sur RCA, une en­trée mi­cro avec ré­glage de ni­veau et fonc­tion tal­ko­ver (par ap­pui), une prise casque avec vo­lume in­dé­pen­dant. La face ar­rière offre six RCA pour la sor­tie au­dio 5.1, vé­hi­cule l’au­dio­nu­mé­rique en en­trée/sor­tie sur S/PDIF co­axiale/op­tique et in­tègre une in­ter­face MI­DI sur des DIN In/Out. Dif­fi­cile d’en trou­ver par­fois au­tant au­jourd’hui, sur­tout sur un contrô­leur d’en­trée de gamme ! Li­vrée en bundle avec Vir­tual DJ (entre autres) et dé­jà avec un fi­chier de map­ping pour Trak­tor, elle a contri­bué à mettre le pied à l’étrier à de nom­breux DJ en herbe, bien ai­dée en ce­la par un ta­rif abor­dable pour l’époque, 190 €. Sur­tout en re­gard des so­lu­tions pro qui co­ha­bi­taient (Fi­nal Scratch, entre autres), in­ac­ces­sibles fi­nan­ciè­re­ment au grand pu­blic. Certes, cer­tains dé­fauts avaient été re­le­vés, comme la zone de tra­vail trop étroite, une cer­taine consom­ma­tion pro­ces­seur, le fait qu’il faille re­gar­der sou­vent l’écran pour vé­ri­fier ce qu’il se passe, mais en gros, la DJ Console fai­sait le job. Peut-être prise à ses dé­buts comme une sorte de gad­get, voire de jouet, elle a pour­tant in­flué sur la suite des évé­ne­ments, du moins sur l’es­sor des contrô­leurs DJ.

Les an­nées « contrô­leurs »

À par­tir de 2005, pas une marque, pas un ma­ga­sin de mu­sique, pas un sa­lon ne fait l’im­passe sur cette zone de crois­sance à deux chiffres qu’était le DJing. Un phé­no­mène plu­tôt bien­ve­nu dans un sec­teur dé­jà si­nis­tré par la crise éco­no­mique ! Le contrô­leur DJ im­pose l’idée du pi­lo­tage de sa mu­sique via MI­DI, l’or­di­na­teur as­su­rant le gros du bou­lot, à sa­voir le cal­cul né­ces­saire aux fonc­tions nu­mé­riques sur les fi­chiers son et la ges­tion des flux au­dio. Ce­la a per­mis l’éclo­sion de gammes de pro­duits, à so­phis­ti­ca­tion va­riable, pour les dé­bu­tants comme pour les pros, jus­qu’à la si­tua­tion de clo­nage des fonc­tions

La sur­face de tra­vail du contrô­leur Her­cules DJ Console.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.