Dread­box Ere­bus & Hades les deux « ana­los » d’en­fer !

KR Home-Studio - - TESTS -

C’est de la pé­nin­sule grecque que nous par­viennent ces deux ex­pan­deurs se­mi-mo­du­laires fa­bri­qués à la main dans les forges de l’en­fer ! Ere­bus est un syn­thé­ti­seur pat­chable, tan­dis que l’Hades est plu­tôt conçu comme un bass synth. Les Dread­box, 100 % ana­lo­giques, for­me­ront un duo de choc avec un cla­vier MI­DI ou un sé­quen­ceur, grâce à leurs so­no­ri­tés échap­pées des ca­vernes du vin­tage…

eux par des câbles. On par­le­ra de se­mi-mo­du­laire quand ces mo­dules sont pré-câ­blés, comme ce fut la plu­part du temps le cas. Dread­box, la jeune so­cié­té grecque qui as­semble des gros mo­du­laires de­puis 2012 avec les Mo­du­lar Sys­tems en for­mat Eu­ro­rack (comme quoi, il n’y a pas que la crise…), dé­ve­loppe à pré­sent deux pe­tits syn­thés com­pacts, l’Ere­bus et l’Hades, ain­si qu’une ligne d’ef­fets se­mi-mo­du­laires que nous dé­ve­lop­pe­rons plus loin.

Ere­bus & Hades

Ere­bus est le nom la­tin d'Éré­bos, une di­vi­ni­té grecque des té­nèbres, alors qu’Hades, plus connu, règne sur les en­fers. Tout ça nous ra­mène à un uni­vers as­sez sombre alors que les syn­thés en eux-mêmes se pré­sentent de ma­nière plu­tôt gaie dans des to­na­li­tés vert amande pour l’Ere­bus et blanc cas­sé pour l’Hades. Ils pos­sèdent une taille presque iden­tique (225 x 160 x 55 mm pour l’Ere­bus) qui les po­si­tion­ne­ra fa­ci­le­ment sur un plan de tra­vail où ils res­te­ront par­fai­te­ment stables grâce à leurs quatre pieds en ca­ou­tchouc et leur poids tout de même consé­quent (1,4 kg). Ils pour­ront éga­le­ment se po­ser sur la tranche à la ver­ti­cale et leurs flancs sont consti­tués de simples pièces de bois blanc fixées par deux vis sur le châs­sis mé­tal­lique, lui-même sup­por­tant la plaque avec les cir­cuits im­pri­més. Une concep­tion simple et so­lide donc, mais où l’es­thé­tique n’a pas été sa­cri­fiée, sur­tout quand on aborde la par­tie des

contrôles, consti­tués de po­ten­tio­mètres en plas­tique très de­si­gn de plu­sieurs tailles, d’in­ter­rup­teurs mé­tal­liques et du patch en mi­ni-jacks 3,5 mm fe­melle pour ef­fec­tuer les connexions (deux câbles sont four­nis). Les mo­dules sont li­vrés avec un trans­fo de 12 V / 1000 mA, mais ne dis­posent pas d’in­ter­rup­teurs d’ali­men­ta­tion. Les ma­nuels (en an­glais) ain­si qu’un mo­dèle de patch vierge pour l’Ere­bus sont ac­ces­sibles sur le site de Dread­box. À l’ar­rière de l’Ere­bus, on bé­né­fi­cie d’une E/S au­dio mo­no en jack 6,35 mm, d’une en­trée MI­DI In, ain­si que du port Th­ru qui rap­pel­le­ra des sou­ve­nirs, alors que l’Hades n’a qu’une sor­tie au­dio et une MI­DI In (fi­gure 1). Les sept ca­naux MI­DI pos­sibles sur l’Ere­bus (Om­ni > 7) se rè­gle­ront par des ca­va­liers si­tués à l’in­té­rieur du boî­tier, ce qui au­rait pu être plus pra­tique (fi­gure 2).

Ana­log pa­ra­pho­nic

L’Ere­bus pos­sède deux os­cil­la­teurs qui tra­vaillent en pa­ra­pho­nie, c’est-àdire en duo­pho­nie avec un tra­jet com­mun au tra­vers du même filtre et du même cir­cuit de sor­tie. Quand une note est en­fon­cée, les os­cil­la­teurs vont la jouer en­semble et quand une deuxième note in­ter­vient, le VCO 1 joue­ra la plus grave et le VCO 2 la plus ai­guë. En mode Uni­son, ces notes se­ront su­per­po­sées et un pe­tit in­ter­rup­teur per­met­tra de pas­ser d’un mode à l’autre. Jus­qu’à quatre Ere­bus peuvent être chaî­nés via le MI­DI Th­ru pour for­mer une « po­ly­chain » à huit

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.