Gib­son Brands Les Paul 6 Reference Mo­ni­tors( Cher­ry Burst) trop belles !

KR Home-Studio - - TESTS -

Le de­si­gn d’un mo­ni­teur de stu­dio est sou­vent ré­gi par des codes es­thé­tiques as­sez neutres, par­fois un peu de jaune par­vient aux mem­branes des HP de cer­taines marques. Avec ces Les Paul Mo­ni­tors, la donne est tout autre, la face avant re­pre­nant le Cher­ry Burst des gui­tares de l’en­seigne. Mais le plu­mage ici sait aus­si être à la hau­teur du ra­mage !

mo­ni­teurs em­bal­lé dans un doux sac en ve­lours es­tam­pillé Gib­son Les Paul. Classe ! En­suite, il faut bien les sor­tir de la boîte, un peu plus de 8 kg sur la ba­lance par élé­ment. La sur­prise est réel­le­ment là lorsque l’on dé­couvre les ma­gni­fiques faces avant de ces Les Paul Mo­ni­tors. On re­trouve les teintes du fon­du de cou­leurs si spé­ci­fique de la gui­tare Les Paul Stan­dard, des nuances du jaune à l’oran­gé, presque rouge dans ses ex­trêmes (fi­gure 1). Dans le jar­gon gui­ta­ris­tique, on ap­pelle ce­la un sun­burst, re­nom­mé Cher­ry Burst par Gib­son. Sa­chez que les LP6 sont dé­cli­nées en deux autres cou­leurs gui­ta­ris­tiques, Cher­ry tout court, qui dé­grade des rouges, et To­bac­co Burst, qui est un Cher­ry Burst dé­gra­dé vers une teinte fon­cée, en plus (fi­gure 2). Au-de­là des cou­leurs, on constate le res­pect de l’as­pect et du tou­cher de la ma­tière, proches de ce qu’offrent les Les Paul, un ver­nis brillant, soyeux et glis­sant lorsque l’on passe les doigts des­sus. Un bin­ding blanc crème, une sorte de li­se­ré es­thé­tique et pro­tec­teur, est éga­le­ment po­sé au­tour de la face avant ar­ron­die de l’en­ceinte et des évents de basses (fi­gure 3). Ma­gni­fique, une fois en­core. Sa­chez que les LP6 re­pré­sentent la taille in­ter­mé­diaire de cette sé­rie de mo­ni­teurs, puisque la famille compte éga­le­ment les LP4, plus as­si­mi­lables à des en­ceintes de proxi­mi­té pour

ac­com­pa­gner l’usage d’un or­di­na­teur, et les LP8, des­ti­nées aux grands es­paces, du moins en ce qui concerne le plan d’écoute d’un in­gé­son. En fait, les LP6 re­pré­sentent le bon équi­libre au ni­veau en­com­bre­ment (H x L x P de 35,6 x 23 x 30 cm), puis­sance et pos­si­bi­li­tés d’uti­li­sa­tion. Leur es­thé­tique risque en ef­fet de les voir évo­luer ailleurs que der­rière des consoles d’en­re­gis­tre­ment, dans les sa­lons en guise de barre de son haut de gamme ou comme en­ceintes de dif­fu­sion d’un sys­tème au­dio d’in­té­rieur clas­sique, par exemple !

Face de com­mande

C’est de face ar­rière qu’il faut par­ler puisque l’en­semble de la connec­tique y est re­je­té (fi­gure 4). Deux dé­tails sont à re­mar­quer : au bas de chaque en­ceinte, un nu­mé­ro de sé­rie ma­nus­crit com­mé­mo­rant la sé­rie li­mi­tée cen­ten­nale, en haut à droite, un lo­go ho­lo­gra­phique re­pré­sen­tant Les Paul (voir en­ca­dré). En bas, l’em­base sec­teur et son in­ter­rup­teur as­so­cié, au-des­sus, les en­trées. L’uti­li­sa­teur a le choix entre une liai­son sy­mé­trique sur com­bo, avec jack TRS au centre et XLR sur le pour­tour, et asy­mé­trique avec une prise RCA clas­sique. Le vo­lume se règle à par­tir d’un po­ten­tio­mètre style bou­ton de gui­tare. Une sec­tion éga­li­seur à deux bandes, basses et ai­gus, est com­man­dée par deux

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.