Da­vid Gru­mel

KR Home-Studio - - CHRONIQUES ALBUMS -

Uto­pia [Au­to­prod]

Il y a dix ans, le Fran­çais Da­vid Gru­mel fai­sait pa­raître Beau­ri­vage, un élé­gant coup d’es­sai où s’ex­pri­maient sans frein ses ta­lents d’ar­ran­geur et de com­po­si­teur, pas loin d’Air ou de Sé­bas­tien Schul­ler. Le tra­vail pour d’autres, la mu­sique à l’image (BO ou pubs) et la vie de famille l’ont em­pê­ché de conce­voir aus­si­tôt la suite. Uto­pia ar­rive seule­ment main­te­nant mais ça n’en­gen­dre­ra au­cune frus­tra­tion – que ce soit pour son au­teur ou les au­di­teurs – tant ce deuxième al­bum est à ran­ger du cô­té des oeuvres in­tem­po­relles. Sans le ca­cher (voir « Ba­ri/Rou­baix », clin d’oeil à Fran­çois de Rou­baix), Da­vid marche sur les traces de ses maîtres avoués (les choeurs à la Mor­ri­cone sur « Le Ma­noir »), aligne les splen­deurs ins­tru­men­tales et at­mo­sphé­riques qui ouvrent en grand l’ima­gi­na­tion. Dans cet évo­ca­teur film pour les oreilles, il a pla­cé de jo­lies pop songs (« Wes­tern Soul » ou « Lit­tle Stones ») qu’il chante lui-même. Gru­mel a en ef­fet mis à pro­fit cette pa­ren­thèse d’une dé­cen­nie pour se per­fec­tion­ner. S’il joue du pia­no de­puis son en­fance, il est ici om­ni­pré­sent, touche-à-tout (gui­tare, basse et beau­coup de cla­viers), mais est loin de faire n’im­porte quoi tant chaque note, chaque sé­quence pa­raît avoir été pen­sée ou rê­vée. Un très jo­li voyage d’une de­mi-heure.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.