Pia­niste‐chef de chant ly­rique le maillon in­dis­pen­sable

KR Home-Studio - - REPORTAGES -

Hé­lène Bla­nic est pia­niste‐chef de chant. La liste des nom­breux ar­tistes avec les­quels cette grande pro­fes­sion­nelle de l’opé­ra a tra­vaillé par­le­ra d’elle‐même : Ré­gine Cres­pin, Ga­briel Bac­quier, Eli­sa­beth Vi­dal, Ro­ber­to Ala­gna, Lu­do­vic Té­zier, Ra­mon Var­gas, In­va Ma­lade, Béa­trice Uria‐Mon­zon…

KR:Quel a été votre par­cours d’études ? Hé­lène Bla­nic : J'ai com­men­cé une pra­tique mu­si­cale à l'âge de 5 ans avec des cours par­ti­cu­liers de sol­fège et de pia­no, puis je suis ren­trée au conser­va­toire de mu­sique d'Or­léans. Pa­ral­lè­le­ment, j'ai choi­si une sec­tion scien­ti­fique lors de mon en­trée en Se­conde au ly­cée, ayant dé­ci­dé d'une car­rière mé­di­cale. J'ai ar­rê­té mes études mu­si­cales en Ter­mi­nale. Puis, après ré­flexion, j'ai re­pris le che­min du conser­va­toire et j'ai dé­cou­vert l'ac­com­pa­gne­ment au pia­no des ins­tru­men­tistes et des chan­teurs ly­riques, ce fut une vraie ré­vé­la­tion. Vos ex­pé­riences pro­fes­sion­nelles ?

J'ai eu une op­por­tu­ni­té pour al­ler tra­vailler au centre de for­ma­tion d'ar­tistes ly­riques de Mar­seille en tant que pia­niste ac­com­pa­gna­trice. J'ai ex­plo­ré le ré­per­toire d'opé­ra et j'ai ac­quis les connais­sances in­dis­pen­sables pour de­ve­nir pia­niste-chef de chant : le tra­vail tech­nique de la voix, le choix du ré­per­toire cor­res­pon­dant, l'ap­pro­fon­dis­se­ment de la pro­non­cia­tion ita­lienne et al­le­mande. Tout en en­tre­te­nant mon ni­veau pia­nis­tique, j'ap­prends aus­si à jouer des ré­duc­tions de par­ti­tions d’or­chestre, tout en chan­tant les ré­pliques de chaque rôle. J'ai in­té­gré plu­sieurs mai­sons d'opé­ra en France, pour tra­vailler au­près d'ar­tistes ly­riques et de chefs d'or­chestre de re­nom­mée in­ter­na­tio­nale. Ac­tuel­le­ment vous êtes…

… en free-lance, je tra­vaille ré­gu­liè­re­ment dans plu­sieurs théâtres, à Ra­dio France et à l'étran­ger par­ti­cu­liè­re­ment pour le ré­per­toire d'opé­ra fran­çais. Je suis al­lée tra­vailler à l'opé­ra de Mexi­co en jan­vier 2014 pour l'opé­ra Ma­non de Mas­se­net, in­vi­tée par Ra­mon Var­gas, té­nor de re­nom­mée in­ter­na­tio­nale que j'avais ren­con­tré aux Cho­ré­gies d'Orange. La dis­tri­bu­tion n'était pas fran­çaise, j’ai tra­vaillé avec les chan­teurs pen­dant six se­maines pour la pro­non­cia­tion et la mise en place de la par­ti­tion. Tous les ar­tistes étaient for­mi­dables, nous avons ré­pé­té entre huit et neuf heures cer­tains jours, la langue fran­çaise était to­ta­le­ment in­con­nue pour cer­tains d'entre eux, mais le ré­sul­tat a été très im­pres­sion­nant ! Pou­vez‐vous nous dé­fi­nir votre mé­tier ?

Mon mé­tier est très com­plet : lors de la pre­mière ré­pé­ti­tion d'une pro­duc­tion d'opé­ra, je joue la par­ti­tion in­té­gra­le­ment, en sui­vant les in­di­ca­tions du chef d'or­chestre, les ar­tistes ly­riques sont tous pré­sents et chantent leurs in­ter­ven­tions. Suivent les ré­pé­ti­tions de mise en scène aux­quelles s'ajoutent des ré­pé­ti­tions mu­si­cales que je fais seule avec les chan­teurs ou avec le chef d'or­chestre. Lorsque l'or­chestre ar­rive, je veille à

l'équi­libre so­nore entre les voix et ce­lui-ci en don­nant des in­di­ca­tions utiles pour le chef d'or­chestre et les chan­teurs. Les connais­sances né­ces­saires sont : connaître le plus pos­sible de ré­per­toire, sur­tout les opé­ras ita­liens et fran­çais du XIXe siècle qui consti­tuent la ma­jo­ri­té des pro­gram­ma­tions des théâtres na­tio­naux et in­ter­na­tio­naux. Les com­po­si­teurs de cette pé­riode sont : Bel­li­ni, Do­ni­zet­ti, Ver­di, Bi­zet, Gou­nod, Mas­se­net… De l'opé­ra ba­roque à la créa­tion contem­po­raine, cette pé­riode a consa­cré des ou­vrages comme Car­men, Faust, La Tra­via­ta et Lu­cia à la pos­té­ri­té et à la cé­lé­bri­té mon­diale. Mo­zart a été un pré­cur­seur par cer­tains de ses opé­ras comme Don Gio­van­ni, La Flûte En­chan­tée, Les Noces de Fi­ga­ro de­ve­nus im­mor­tels, tout comme Ros­si­ni avec Le Bar­bier de Sé­ville, La Ce­ne­ren­to­la… Quelles qua­li­tés prin­ci­pales ce­la de­mande‐t‐il ?

Un très bon ni­veau pia­nis­tique et de lec­ture à vue – jouer une par­ti­tion sans l'avoir tra­vaillée –, une très bonne connais­sance de la tech­nique vo­cale, du ré­per­toire d'opé­ra, des langues – ita­lien, al­le­mand, an­glais –, de la pé­da­go­gie pour sou­te­nir et en­cou­ra­ger les chan­teurs, la voix est un ins­tru­ment ô com­bien ma­gique et fra­gile à la fois ! Com­ment s’or­ga­nise pro­fes­sion­nel­le­ment une jour­née ?

Lorsque je tra­vaille pour une pro­duc­tion d'opé­ra, je suis en­ga­gée pour une du­rée de trois à quatre se­maines avec un plan­ning va­riable. En gé­né­ral, les ré­pé­ti­tions mu­si­cales se font en fin de ma­ti­née et les ré­pé­ti­tions de mise en scène l'après-mi­di et le soir et se passent dans l'en­ceinte du théâtre. Si le théâtre est loin de mon do­mi­cile, je loue un ap­par­te­ment pour la du­rée de la pro­duc­tion. Les points forts et les points faibles de votre pro­fes­sion.

Les points forts, les points faibles : sur­tout des points forts, je joue beau­coup de ré­per­toires, d'époques et de styles dif­fé­rents, je ren­contre beau­coup d'ar­tistes ly­riques et des chefs d'or­chestre fran­çais et étran­gers, ce qui me per­met de par­ler en an­glais ou en ita­lien. Cer­tains chan­teurs me pro­posent en­suite de faire des concerts avec eux. Je tra­vaille aus­si avec des chan­teurs en pri­vé pour l'ap­pren­tis­sage d'un rôle, la pré­pa­ra­tion d'une au­di­tion, le choix du ré­per­toire, la pré­pa­ra­tion de concerts. Les points faibles, peut-être ne pas

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.