S’

KR Home-Studio - - TESTS -

il est un monde dif­fi­cile à convaincre, c’est bien ce­lui des gui­ta­ristes. Non qu’ils ne soient pas en quête de nou­veau­tés, bien au contraire, mais plus en­clins à tour­ner leur re­gard vers tout ce qui res­semble au vin­tage, en mieux bien sûr ! Line 6 l’a bien com­pris, de­puis fort long­temps d’ailleurs. Chaque nou­veau pro­duit fait ré­fé­rence aux va­leurs tra­di­tion­nelles de la gui­tare, de Fen­der à Gib­son en pas­sant par Ri­cken­ba­cker et Gretsch, de la six-cordes élec­trique au do­bro, jus­qu’au si­tar et à la Martin acous­tique. Avec cette gui­tare, Line 6 a dé­ci­dé de fran­chir un nou­veau pa­lier, pro­po­ser un ins­tru­ment à la fois conven­tion­nel et bar­dé de tout son sa­voir-faire en ma­tière de mo­dé­li­sa­tion. La ré­cente ac­qui­si­tion de la firme ca­li­for­nienne par le géant nip­pon Ya­ma­ha a per­mis d’éla­bo­rer ce pre­mier pro­jet com­mun aux deux en­seignes, la Va­riax Stan­dard. Les ama­teurs de la marque au dia­pa­son au­ront ra­pi­de­ment no­té la res­sem­blance gé­né­rale de la sil­houette de cette gui­tare avec la ligne Pa­ci­fi­ca. Pour au­tant, les mo­dèles dif­fèrent, ne se­rait-ce que par l’ab­sence d’épau­le­ment ar­rière, propre aux gui­tares stra­toïdes ! Notre Va­riax a be­soin de tout l’in­té­rieur du corps pour y lo­ger l’élec­tro­nique mai­son, la bat­te­rie d’ali­men­ta­tion et ce que l’on trouve ha­bi­tuel­le­ment sur une six-cordes élec­trique, mi­cro, res­sorts de ten­sion de vi­bra­to, po­ten­tio­mètres de ré­glage et le câ­blage qui va avec. Ce­pen­dant, la Va­riax Stan­dard n’est pas beau­coup plus lourde qu’une gui­tare ba­sique de type Stra­to, sa prise en main n’étant pas dé­con­cer­tante de prime abord. La te­nue est proche de celle d’une Strat, l’ac­cès aux ai­gus fa­ci­li­té par la dé­coupe du corps, le manche au ver­nis mat est fin, les frettes ne gê­nant pas le dé­pla­ce­ment de la main. À titre per­son­nel, la touche ro­se­wood et le cô­té bois brut du manche ne sont pas mes pré­fé­rences. En­suite, tout se change sur ce type de gui­tare, le manche étant vis­sé, les mi­cros simple-bo­bi­nage de type Al­ni­co V pou­vant éga­le­ment cé­der leur place à un autre jeu. No­tez que cette Va­riax Stan­dard est la pre­mière du nom à in­té­grer de vé­ri­tables et clas­siques mi­cros, lui per­met­tant de fonc­tion­ner comme une gui­tare tra­di­tion­nelle, sans pas­ser par l’élec­tro­nique em­bar­quée. Le son est alors conforme aux at­tentes, proche d’une Strat « mexi­ca­no­co­réenne », mais cor­rect ! Le res­sen­ti glo­bal de qua­li­té de fa­bri­ca­tion suit éga­le­ment, au­cun dé­faut ma­jeur n’étant à dé­plo­rer. Tech­ni­que­ment par­lant, si­gna­lons que le son est cap­tu­ré via des cap­teurs pié­zo­élec­triques pla­cés sous cha­cun des pontets (fi­gure 1), les si­gnaux étant en­voyés dans la par­tie élec­tro­nique si­tuée dans le corps de la gui­tare (fi­gure 2). Une bat­te­rie se charge de l’ali­men­ter avec une au­to­no­mie don­née pour une dou­zaine d’heures après (as­sez longue) recharge. La ma­gie opère une fois le sé­lec­teur de mo­dé­li­sa­tions en­fon­cé, une led aver­tis­sant le mu­si­cien. Pre­mier point, au­cune dif­fé­rence de ni­veau ni de quel­conque la­tence n’in­ter­vient au mo­ment de la com­mu­ta­tion du­rant le jeu. Le po­ten­tio­mètre cran­té dé­dié pro­pose pas moins de douze banques de pre­sets dont deux uti­li­sa­teur (fi­gure 3). Le sé­lec­teur de sons tra­di­tion­nels en mode gui­tare de­vient sé­lec­teur de mo­dé­li­sa­tions de la banque en cours. En clair, la pre­mière banque, nom­mée T-Mo­del, émule une Te­le­cas­ter Cus­tom de 1960 sur les po­si­tions 1, 3 et 5 (comme sur une vraie Tele), les 2 et 4 se consa­crant à une Tele à double hum­bu­cker, manche et che­va­let. Spank s’oc­cupe de la Strat 59, Les­ter, de la Gib­son Les Paul Stan­dard 59, Se­mi, la 335 de 61 et l’Epi­phone Ca­si­no 64… Et ce

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.