NZCA Lines

KR Home-Studio - - CHRONIQUES -

In­fi­nite Sum­mer [Mem­phis In­dus­tries / PIAS]

Mi­chael Lo­vett est tour­né vers l’ima­gi­naire, le mys­tère. Il a choi­si pour son nom de groupe de faire ré­fé­rence à des géo­glyphes (les fi­gures tra­cées au sol) pé­ru­viens. Pour le deuxième al­bum de NZCA Lines, il a ain­si conçu une at­mo­sphère de science-fic­tion – ins­pi­rée par la lec­ture de Bal­lard, Si­mak ou Phi­lip K. Dick – et une trame tour­nant au­tour de la ville fic­tive de Caire-Athènes. Mais, si l’on ex­cepte le ré­ci­ta­tif in­tro­duc­tif en fran­çais, per­sonne n’est obli­gé de se plon­ger dans ce contexte nar­ra­tif pour ap­pré­cier l’élec­tro pop so­phis­ti­quée de Lo­vett & Cie. Ce­lui qui ac­com­pagne en tour­née Me­tro­no­my se montre aus­si am­bi­tieux dans ses com­po­si­tions que dans ses concepts ! Re­joint par Sa­rah Jones, la bat­teuse d’Hot Chip, et la gui­ta­riste Char­lotte Ha­ther­ley (Bat For Ashes ou Ash), il uti­lise une pa­lette so­nore dé­jà en­ten­due chez Sé­bas­tien Tel­lier, Me­tro­no­my, Daft Punk pé­riode Dis­co­ve­ry, voire le Prince des 80’s. Mais le trio réus­sit sans peine à faire ou­blier ses ré­fé­rences en pro­po­sant des pop songs à la sé­duc­tion in­fec­tieuse (« Jes­si­ca », « Per­se­phone Dreams », etc.). Les gim­micks syn­thé­tiques, les ryth­miques en­traî­nantes (mais ja­mais ron­ron­nantes) et les jo­lis timbres de voix s’unissent pour que chaque mor­ceau soit ac­cro­cheur, émou­vant sans être gros­siè­re­ment dra­gueur.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.