P

KR Home-Studio - - PRISE EN MAIN -

ar­lons mi­cros, tout d’abord ! Si j’étais ci­néaste ou pho­to­graphe, il est cer­tain que je com­men­ce­rais par évo­quer la na­ture et la qua­li­té de mes ob­jec­tifs avant de vous dé­voi­ler les secrets d’une belle prise de vue ! Le tout pre­mier maillon de la chaîne re­vêt évi­dem­ment une im­por­tance pri­mor­diale ! De plus, dès que l’on parle « prise de voix », on pense im­mé­dia­te­ment aux in­ac­ces­sibles mi­cros de lé­gende qui les ac­com­pagnent. Qu’en est-il réel­le­ment ? Peut-on en­re­gis­trer la voix lead avec de plus mo­destes cap­teurs sans trop la dé­na­tu­rer ? La ré­ponse est obli­ga­toi­re­ment nuan­cée ! Ce qu’il faut bien com­prendre, c’est qu’au-de­là d’une grande fi­dé­li­té, cer­tains cap­teurs em­bel­lissent la na­ture de la voix hu­maine en lui ajou­tant pré­ci­sion, cha­leur et pré­sence. Il ne s’agit donc plus vrai­ment de res­pec­ter et re­trans­crire la source mais plu­tôt d’en sou­li­gner cer­taines ca­rac­té­ris­tiques. Grâce ou à cause de leurs larges dia­phragmes, ces « best-sel­lers » sont pré­ci­sé­ment sen­sibles à l’ef­fet de proxi­mi­té et… ce qui pour­rait être un dé­faut de­vient une qua­li­té. Ou­vrons une pe­tite pa­ren­thèse sur les cas spé­ci­fiques qui n’uti­lisent pas cet ef­fet de proxi­mi­té. Le ren­du très na­tu­rel d’une voix ly­rique,

quatre à la fois ! Il faut bien com­prendre que cette lampe, la Te­le­fun­ken VF14, celle qui équipe le fa­meux U 47 d’ori­gine,

n’est plus fa­bri­quée de­puis les an­nées 60 et que même lors­qu’on en trouve en­core, à prix d’or, dans un état pré­ten­du­ment ex­cep­tion­nel (soi-di­sant neuf,

par­fois !), le tube a for­cé­ment per­du du gaz. De plus, l’en­semble des pu­ristes s’ac­corde à re­con­naître que les com­po­sants RF14 ou Nu­vis­tor qui de­vaient les rem­pla­cer ne « sonnent » pas comme le tube

d’ori­gine… d’où l’in­té­rêt d’un tel « gi­se­ment » de VF14 ! Cha­cune d’elles peut dé­sor­mais se vendre aux en­vi­rons de 1 000 € !

par exemple, dic­te­ra le choix d’un pe­tit dia­phragme te­nu à dis­tance de l’ar­tiste (fi­gure 1).

À l’op­po­sé, une chaîne vo­cale consti­tuée d’un U 47 à lampe et d’un pré­am­pli Neve 1073 ou 1084 reste in­éga­lée sur des voix à la tex­ture un peu ro­cailleuse. Ty­pi­que­ment le type de voix « à grain » (en ma­jo­ri­té afro-amé­ri­caines) que le la­bel Mo­town af­fec­tion­nait. De fait, ce son est donc de­ve­nu « la ré­fé­rence » pour cette ca­té­go­rie de voix. Le re­vers de cette mé­daille ? Ces mi­cros éta­lons vieillissent et, même si des tech­ni­ciens d’ex­cep­tion se spé­cia­lisent dans leur en­tre­tien

ou même leur ré­pa­ra­tion, il de­vient com­pli­qué et dis­pen­dieux d’en chan­ger les lampes ou même de les main­te­nir dans un état de fonc­tion­ne­ment cor­rect ! (fi­gure 2)

Ré­sul­tat des courses ? Beau­coup d’in­gé­nieurs pré­fèrent au­jourd’hui se tour­ner vers de très belles ré­édi­tions ou même des al­ter­na­tives plus mo­dernes qui uti­lisent des com­po­sants que l’on peut re­nou­ve­ler dans de meilleures condi­tions ! Pour ma part, il y a quelques mois, je me suis sé­pa­ré de mon der­nier U 47 à lampe que j’ai­mais pour­tant par­ti­cu­liè­re­ment ! (fi­gure 3). Je de­vais le mettre sous ten­sion 30 mi­nutes avant ma séance afin que cer­tains bruits pa­ra­sites veuillent bien dis­pa­raître et que le tube soit « à tem­pé­ra­ture » et croi­ser les doigts pour qu’au­cune prise ne soit in­ter­rom­pue par un gré­sille­ment mal­ve­nu !

Pa­ral­lè­le­ment, « des trou­peaux » de mi­cros exo­tiques dis­count à « larges dia­phragmes » dé­barquent de­puis quelques an­nées sur nos ri­vages. Peuvent-ils vrai­ment

Lors d’en­re­gis­tre­ments d’opé­ras ou d’oeuvres clas­siques vo­cales,

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.