VIP Bundle par Plu­gi­ve­ry : Tal­king Tone

Ac­cé­dez au conte­nu de ce nu­mé­ro KR315 grâce à un unique code qui vous per­met­tra de té­lé­char­ger ces conte­nus ex­clu­sifs sur votre or­di­na­teur : KR315_p813y KR vous offre tous les mois des conte­nus ad­di­tion­nels à ré­cu­pé­rer sur votre or­di­na­teur. Le code four­ni

KR Home-Studio - - KR DOWNLOADS -

Nous vous avions dé­jà par­lé dans notre n°311 de la sé­rie VIP Bundle de Plug & Mix dis­tri­buée mon­dia­le­ment par nos amis de Plu­gi­ve­ry. Par­mi les 45 ef­fets en tout genre et uti­li­té qui la com­posent, vous aviez eu la pos­si­bi­li­té d’en ra­pa­trier un pour uti­li­sa­tion im­mé­diate dans vos com­po­si­tions. Ce­la se­ra dé­sor­mais le cas ré­gu­liè­re­ment et nous en pro­fi­te­rons pour vous en dé­crire cer­tains de notre choix !

D’abord té­lé­char­ger : Com­men­cez par vous rendre à l’adresse de des­crip­tion des plug-ins de la suite VIP ( www.plu­gand­mix.com/pro­ducts/ b888-VIP-Bundle), his­toire de prendre connais­sance de tout ce qu’elle contient et pro­pose. Cha­cun des 45 ef­fets de la sé­rie coûte 49 $ in­di­vi­duel­le­ment (en­vi­ron 43 €), la suite VIP in­té­grale étant fac­tu­rée 249 $ (en­vi­ron 220 €), le prix d’à peu près cinq plug-ins (soit 5,50 $ pièce, d’où son nom de VIP pour Ve­ry In­tel­li­gent Per­son) ! Plu­gi­ve­ry, dis­tri­bu­teur mon­dial des ef­fets Plug & Mix, vous pro­pose d’en tes­ter un, un ca­deau donc de 49 $. Pour ce­la, il faut vous rendre à l’adresse www.plu­gand­mix. com/NFR, créer un compte, puis ins­crire à l’in­vite le bon code key­boards2015. Sui­vez en­suite les in­di­ca­tions pour ra­pa­trier le mo­dule. Si vous sou­hai­tez té­lé­char­ger l’en­semble des ef­fets, ren­dez-vous à l’adresse http://down­load.plu­gi­ve­ry. com/pvdl/?do=browse&dir=re­lease&os= ma­cosx&bid=72. Re­pé­rez la suite VIP Bundle en bas de la fe­nêtre, sé­lec­tion­nez en­suite votre plate-forme (Mac ou PC), puis cli­quez sur le lien cor­res­pon­dant au for­mat re­te­nu (un ou plu­sieurs se­lon vos ap­pli­ca­tions au­dio).

En­suite ins­tal­ler : Les ins­tal­leurs sont li­vrés sous forme de fi­chier zip dé­com­pac­table. Une fois l’ar­chive ex­traite, vous dis­po­sez d’une image disque Mac à mon­ter sur le bu­reau ou d’un exé­cu­table Win­dows. Pre­mier point très sym­pa avant d’al­ler plus loin, il est pos­sible de ne sé­lec­tion­ner que les ef­fets dont on a be­soin ou que l’on sou­haite tes­ter en pre­mier. Une bonne idée lorsque l’on se re­trouve face à une telle pro­fu­sion de nou­veaux mo­dules ! Dé­co­chez le VIP Bundle pour dés­élec­tion­ner tous les mo­dules, puis co­chez ceux dé­si­rés au sein de la liste, ici Tal­king Tone (fi­gure 1). Va­li­dez, c’est prêt ! Un mot quant aux li­mi­ta­tions de cette suite en mode dé­mo. Tous les plug-ins sont fonc­tion­nels en ap­pel à par­tir de votre sé­quen­ceur, mais ils cessent de pro­ces­ser le si­gnal après 30 mi­nutes d’uti­li­sa­tion. De plus, les divers contrôles pla­cés sur leurs in­ter­faces ne peuvent être au­to­ma­ti­sés et les pre­sets que vous au­riez créés ne peuvent non plus être sau­ve­gar­dés. Et même si une ses­sion a été en­re­gis­trée avec les plug-ins ac­tifs, leurs divers ré­glages ne se­ront pas non plus rap­pe­lés.

La sé­lec­tion du mois, Tal­king Tone (fi­gure 2) : Cet ef­fet si­mule la ma­nière dont les for­mants de voix sont syn­thé­ti­sés, l’idée glo­bale étant de rendre l’im­pres­sion que les fi­chiers au­dio af­fec­tés parlent ! Tal­king Tone s’in­sère dans l’un des slots libres des ef­fets d’in­sert de votre sé­quen­ceur et se montre par­ti­cu­liè­re­ment ef­fi­cace sur les fi­chiers voix, bien sûr, mais éga­le­ment sur des riffs de gui­tare, des co­cottes, ain­si que sur des basses et drums. Sur la voix, l’uti­li­sa­teur ar­rive ra­pi­de­ment à ob­te­nir un ef­fet type vo­co­deur. N’hé­si­tez pas à uti­li­ser le me­nu de pre­sets pour pré­ré­gler l’ef­fet. Pen­sez à ajus­ter le vo­lume de sor­tie qui ar­rive vite à sa­tu­rer même lorsque pla­cé à 0, au centre donc. Se­lon l’in­ten­si­té re­cher­chée, tour­nez le po­ten­tio­mètre cen­tral Amount vers la droite, ce der­nier ser­vant de Dry/Wet sur l’ef­fet. Mouth sert à mixer entre dif­fé­rentes voyelles, Pitch ajuste la hau­teur des voyelles, En­ve­lope contrôle la vi­tesse se­lon la­quelle l’ef­fet ré­pond à la dy­na­mique du son af­fec­té, alors que Deep en contrôle, lui, la pro­fon­deur, tou­jours se­lon la dy­na­mique du son. Éric Chau­trand

fi­gure 1

fi­gure 2

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.