KR:

KR Home-Studio - - REPORTAGES -

Tout est par­ti de l’idée, avec Amar, de pro­po­ser aux mai­sons de quar­tier et aux MJC de la ville de bâ­tir un pro­jet qui se si­tuait en de­hors du cadre de l’an­cien conser­va­toire, en par­tant plu­tôt de l’in­for­ma­tique mu­si­cale et en in­tro­dui­sant la mu­sique vers un pu­blic qui ne pra­ti­quait pas for­cé­ment un ins­tru­ment. Des mai­sons de quar­tier, on est pas­sés à une as­so­cia­tion in­dé­pen­dante qui a conduit à la nais­sance de La Cor­don­ne­rie et a pré­pa­ré l’ar­ri­vée de la fu­ture Ci­té de la Mu­sique. L’État, au tra­vers de la DRAC et de la ré­gion, nous a très vite sou­te­nus, car, à la dif­fé­rence de la plu­part des re­quêtes qui se font après coup, ils se sont im­pli­qués de­puis le dé­part. De même, le CNV ( Centre Na­tio­nal des Va­rié­tés), qui fi­nance une par­tie de l’achat du ma­té­riel, a été sol­li­ci­té pour sa­voir quel était le bon do­sage de nos salles. Cer­tains se sont éton­nés que nous ayons des capacités de seule­ment 250/300 places, mais on n’était pas dans l’idée de faire un Zé­nith en Dauphiné, il s’agis­sait plu­tôt de faire émer­ger des ar­tistes au tra­vers de leur proxi­mi­té avec le pu­blic. Il y a eu un énorme échange par­ti­ci­pa­tif consti­tué de nom­breuses réunions avec les as­so­cia­tions, ce qui fait qu’en amont du concours d’ar­chi­tec­ture on avait dé­jà un ca­hier des charges suf­fi­sam­ment bien cer­né pour pou­voir gar­der la maî­trise de la construc­tion du bâ­ti­ment. Quels ont été les fi­nan­ceurs et le mon­tant to­tal du bud­get ? Le pro­jet a été fi­nan­cé prin­ci­pa­le­ment par la Com­mu­nau­té d'ag­glo­mé­ra­tion Va­lence-Ro­mans Sud Rhône-Alpes, qui gère ac­tuel­le­ment la Ci­té ain­si que le conser­va­toire de Va­lence-Ro­mans en co­di­rec­tion avec Di­dier Va­drot qui cha­peaute les deux CRD et Ma­rie-Hor­tense La­croix qui di­rige le site de Ro­mans. La DRAC, la ré­gion et le dé­par­te­ment ont éga­le­ment par­ti­ci­pé au mon­tage du bud­get à concur­rence pour l’en­semble de 8,3 mil­lions d’eu­ros. Le ca­hier des charges du point de vue tech­nique a dû être as­sez dé­li­cat ? Il a été d’une grande com­plexi­té, car on s’est très vite ren­du compte qu’un ar­chi­tecte seul n’était pas en ca­pa­ci­té de connaître tous les prin­cipes acous­tiques, l’idée a donc été de faire ap­pel à toute une équipe consti­tuée au­tour des ar­chi­tectes de CR&ON, avec le scé­no­graphe Ro­bert Bour­sin as­sis­té de Jean-Pierre Mas, l’acous­ti­cien Ch­ris­to­pher Lan­dais du bu­reau d’études lyon­nais LASA, l’ins­tal­la­teur son et lu­mière Mi­chel Guiller­min d’ATES et un HQE pour le dé­ve­lop­pe­ment du­rable, ce qui a re­pré­sen­té un groupe de dix à quinze per­sonnes pour le sui­vi du chan­tier. Le but était que chaque salle puisse fonc­tion­ner en au­to­no­mie sans gê­ner l’autre, en ima­gi­nant même, à l’ex­trême, que la Smac, l’au­di­to­rium, le stu­dio d’en­re­gis­tre­ment et les salles de cours tournent tous en même temps. L’ar­chi­tecte a donc tra­vaillé avec l’acous­ti­cien pour ré­pondre à cette contrainte, ce qui ex­plique par exemple qu’au­cun mur dans les pièces ne soit pa­ral­lèle. On a pu af­fi­ner par la suite avec des tech­niques de stu­dio clas­siques, comme la boîte dans la boîte. Quel ré­seau in­terne avez-vous choi­si ? On a tou­jours gar­dé à l’es­prit l’idée d’évo­lu­ti­vi­té, en évi­tant que les dé­ci­sions concer­nant l’équi­pe­ment aient un ca­rac­tère trop dé­fi­ni­tif. Bien en­ten­du c’est un pa­ri un peu ris­qué, car qui peut dire au jour d’au­jourd’hui de quoi se­ra fait le choix nu­mé­rique d’ici cinq ou dix ans. Avec Da­vid Mouillon, l’in­gé-son qui a fait le sui­vi tech­nique des ins­tal­la­tions, il nous a fal­lu deux ans et de­mi pour nous dé­ci­der sur un pro­to­cole, avant d’op­ter pour l’Ether­sound de Di­gi­gram avec une ar­chi­tec­ture en étoile bi­di­rec­tion­nelle (fi­gure 4). Ce sys­tème n’est pas for­cé­ment le meilleur dans le do­maine, mais il nous est ap­pa­ru le plus fiable et sur­tout en open source. On a évi­té de se re­trou­ver en­fer­més dans un sys­tème stric­te­ment pro­prié­taire, parce qu’on sait tous que dans ce cas on est condam­nés. Ac­tuel­le­ment, toutes les pièces du RDC ain­si que les deux salles de spec­tacle sont re­liées à la ré­gie de ma­nière à ce que le son et l’image puissent cir­cu­ler. On pour­ra en­vi­sa­ger dans le fu­tur des dé­lires comme d’en­re­gis­trer et de fil­mer si­mul­ta­né­ment un sym­pho­nique à l’au­di­to­rium, un groupe de mu­sique ac­tuelle dans la Smac, un prof de bat­te­rie dans sa salle et des mu­si­ciens qui ré­pètent dans les stu­dios. Quelle est la fi­na­li­té de la salle d’écoute ? C’est une idée que j’ai eue dans la tête de­puis très long­temps, j’ap­par­tiens à une gé­né­ra­tion où on a com­men­cé à écou­ter les 78 tours de nos grands-pa­rents, puis on a dé­cou­vert les 45 et 33 tours avant d’évo­luer dans la qua­li­té jus­qu’à des chaînes hi-fi pres­ti­gieuses de type Bang & Oluf­sen et à la sor­tie de la fan­tas­tique ré­vo­lu­tion nu­mé­rique, je me rends compte que nos jeunes écoutent des MP3 sur des HP 2 watts à 3 mm du tym­pan ! Comme on est cen­sés être ga­rants de l’oreille mu­si­cale de nos élèves, on a du bou­lot. De plus, peu de gens ont fi­na­le­ment vé­cu l’ex­pé­rience de la spa­tia­li­sa­tion et la salle pour­ra aus­si bien ser­vir de lieu d’ex­pé­rience et de dé­cou­verte pour l’écoute ou la prise de son que de stu­dio de re­cherche en mu­sique acous­ma­tique ou de map­ping vi­déo. (fi­gure 5)

Qu’est-ce que ça fait de voir abou­tir un pro­jet dont on a été lar­ge­ment à l’ini­tia­tive ?

Évi­dem­ment ça fait très plai­sir, mais j’ai tou­jours été conscient que pour un cer­tain nombre d’in­ter­ve­nants, ar­chi­tectes, acous­ti­ciens… le pro­jet s’ar­rê­tait là, leur ob­jec­tif étant at­teint, tan­dis que pour nous ça ne fait que com­men­cer. Quels sont les fu­turs ob­jec­tifs pour la Ci­té ? La fu­sion des conser­va­toires de­puis jan­vier va conduire à une seule en­ti­té éta­blie sur les deux sites de Va­lence et Ro­mans dis­tants de 20 km. Le dé­ve­lop­pe­ment du nu­mé­rique est un axe prio­ri­taire en tant qu’ou­til pé­da­go­gique dif­fé­ren­cié, il va y avoir des for­ma­tions en in­terne et la prise en compte d’un nou­veau pu­blic qui ne vient pas spé­ci­fi­que­ment d’un ins­tru­ment. L’image, qui est une par­tie in­té­grante du nu­mé­rique, doit aus­si y être in­té­grée. On es­saye d’avan­cer pour ob­te­nir une chaîne com­plète de l’ini­tia­tion à l’uni­ver­si­té, en par­te­na­riat avec Gre­noble, tout en fai­sant du lien avec des ob­jec­tifs plus éco­no­miques comme le pro­jet de la fu­ture Ci­té des Ta­lents por­té par la ville et l’Ag­glo­mé­ra­tion Va­lence-Ro­mans. La Ci­té de la Mu­sique doit de­ve­nir, à terme, une res­source pour toute per­sonne ayant un quel­conque pro­jet ar­tis­tique à dé­ve­lop­per.

al­ler plus loin…

La salle mul­ti­dif­fu­sion. No­dal avec la ma­trice Ether­sound AVM500 d'Au­viT­ran.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.