Ré­gis­seur en conser­va­toire po­ly­va­lence et cu­rio­si­té

KR Home-Studio - - REPORTAGES -

Marc Jaouen est ré­gis­seur du Conser­va­toire de Mu­siques et de Danse du Pen­thièvre : in­ves­tis­se­ment, po­ly­va­lence des ap­ti­tudes et des tâches, et sur­tout une fièvre créa­trice au ser­vice de la mu­sique et de la pé­da­go­gie.

KR:Quel a été votre par­cours d’études ? Marc Jaouen : Au point de dé­part, une for­ma­tion de tech­ni­cien de main­te­nance in­dus­trielle, spé­cia­li­sé en élec­tri­ci­té. BTS en poche, je me confronte au mé­tier et me rends ra­pi­de­ment compte que ce­lui-ci ne me per­met­tra pas de m’épa­nouir à 200 %. En ef­fet, pas­sion­né de­puis tou­jours par la mu­sique, mu­si­cien ama­teur et membre d’un pe­tit groupe, je com­men­çais dé­jà à com­po­ser sur Cu­base avec un ami pia­niste. Dès qu’il y avait une so­no, un mi­cro ou un câble à bran­cher, je fon­çais tête bais­sée. Je réus­sis le concours de l’ITEMM et il me res­tait un mois pour trou­ver le fi­nan­ce­ment et un lo­ge­ment ! Pour le fi­nan­ce­ment, je ta­pais à toutes les portes et dé­cro­chais des prêts d’hon­neur au ni­veau de ma com­mune et de ma ré­gion, et pas­sais éga­le­ment par un prêt ban­caire. Je réa­li­sais alors que cet as­pect du mé­tier me col­lait à la peau et, une fois le Cer­ti­fi­cat de Capacités Pro­fes­sion­nelles « Tech­ni­cien son et pro­gram­meur MI­DI » dé­cro­ché, me voi­là sur le mar­ché de l’em­ploi. Vos dé­buts en ré­gie…

À peine sor­ti de for­ma­tion, je dé­croche mon pre­mier em­ploi en 2003 : ré­gis­seur de l’Es­pace du Rou­dour, salle de spec­tacle pou­vant ac­cueillir jus­qu’à 1 000 per­sonnes, à Saint-Martin-des-Champs (29). Je n’au­rais pas rê­vé mieux pour com­men­cer. Je de­vais tout as­su­rer au ni­veau tech­nique, étant seul tech­ni­cien. De l’étude tech­nique aux mon­tages son et lu­mière, tout re­po­sait sur mes épaules. Ce poste m’a per­mis de de­ve­nir po­ly­va­lent : certes, je ne fai­sais plus de son à 100 %, mais j’ai pu ain­si ap­prendre chaque jour da­van­tage sur l’en­semble des métiers du spec­tacle. Afin de « sor­tir un peu de ma salle » comme je le di­sais, j’in­té­grais du­rant l’été l’équipe tech­nique du Four­neau (Scène na­tio­nale d’Arts de la Rue à Brest). Je tra­vaillais donc avec une équipe de fo­lie sur le FAR de Mor­laix et la Garenne des Vieilles Char­rues. Sû­re­ment les plus belles ren­contres de ma vie, en par­ti­cu­lier Jean Mi­chel Ri­voa­len, ré­gis­seur gé­né­ral, ra­pi­de­ment de­ve­nu Jean Mich, ami et bas­siste de mon groupe de l’époque : Gou­pil. Ani­mé en­suite par le sou­hait de faire évo­luer ma car­rière, je passe et dé­croche le concours de Tech­ni­cien Ter­ri­to­rial, je dois donc trou­ver un poste dans les trois ans afin de va­li­der mon concours. Dans ce cadre, une an­nonce at­tire mon at­ten­tion : le poste de ré­gis­seur du conser­va­toire de Lam­balle dans les Côtes d’Ar­mor. Le conser­va­toire du Pen­thièvre…

La ville de Lam­balle et ses deux com­mu­nau­tés de com­munes as­so­ciées dis­posent d’une École de Mu­siques et de Danse comp­tant pas moins de 700 élèves. Je pos­tule et mon pro­fil po­ly­va­lent ain­si que mes qua­li­fi­ca­tions en MAO pèsent sans doute dans la ba­lance, car je dé­croche le poste. Je dé­couvre alors en 2013 le mé­tier de ré­gis­seur de conser­va­toire et com­prends en quoi la po­ly­va­lence est un atout maître. Outre les 700 élèves et les 30 en­sei­gnants, cette struc­ture com­prend trois sites d’en­sei­gne­ment, en­vi­ron 30 salles de cours et un parc de plus de 200 ins­tru­ments !

Marc Jaouen.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.