Orien­ta­tion vo­ca­tion : son !

Tra­vailler dans le son : doux rêve ou réelle op­por­tu­ni­té ? Alors que la culture semble souf­frir de la conjonc­ture, est‐il au­jourd’hui rai­son­nable de s’en­ga­ger dans cette branche ?

KR Home-Studio - - REPORTAGES -

an­ciennes « Math Sup » et « Math Spé »… C’est tou­jours ce qui est de­man­dé pour la for­ma­tion du CNSMDP, pour Louis Lu­mière, mais si les BTS au­dio-vi­suels et de nom­breuses écoles pri­vées se sa­tis­font d’un bac­ca­lau­réat, elles ont aus­si une pré­fé­rence mar­quée pour les étu­diants scien­ti­fiques, même si l’on trouve d’autres éta­blis­se­ments plus to­lé­rants à ce su­jet. Tou­te­fois, les ap­ti­tudes au rai­son­ne­ment ma­thé­ma­tique et lo­gique se­ront for­te­ment ap­pré­ciées : les connais­sances en acous­tique, en élec­troa­cous­tique, en élec­tri­ci­té,

en tech­niques au­dio­fré­quences et au­dio­nu­mé­riques sup­po­se­ront de sa­voir ma­ni­pu­ler ai­sé­ment l’ou­til ma­thé­ma­tique, et l’ap­ti­tude à l’or­ga­ni­sa­tion ain­si que la com­pré­hen­sion de mé­tho­do­lo­gies de tra­vail où la ra­pi­di­té et l’ef­fi­ca­ci­té sont pri­mor­diales se­ront peut-être plus fa­ciles à ac­qué­rir pour des « ma­theux »… Mais c’est aus­si une ques­tion de mo­ti­va­tion réelle et de tra­vail per­son­nel…

Ap­prendre sur les bancs de l’école

De nos jours, il ne faut plus ima­gi­ner une ac­ti­vi­té « dans le son » par une for­ma­tion « sur le tas » : le pas­sage par une école est obli­ga­toire, ne se­rait-ce que pour ac­qué­rir les pro­cess de ré­flexion qui per­met­tront une adap­ta­tion sans (trop de) dou­leur aux évo­lu­tions tech­niques, bien évi­dem­ment, mais aus­si d’in­té­grer les as­pects ré­gle­men­taires du mé­tier. La com­pré­hen­sion du risque élec­trique, les tech­niques d’ac­cro­chage, tout comme la prise en compte du droit d’au­teur, l’as­si­mi­la­tion des fonc­tion­ne­ments des mé­dias de dif­fu­sion et une bonne maî­trise de l’an­glais se­ront plus fa­ci­le­ment ac­quises à l’école que dans le stress d’un mon­tage… Rien n’em­pêche ce­pen­dant de com­plé­ter et de va­li­der l’ac­qui­si­tion des connais­sances et sa­voir-faire dans le cadre de stages pra­tiques sur le ter­rain…

Les métiers du son sont main­te­nant pris en compte dans l’or­ga­ni­sa­tion pro­fes­sion­nelle de nom­breuses struc­tures, dans le pri­vé comme au sein des col­lec­ti­vi­tés et éta­blis­se­ments pu­blics ; un di­plôme, une at­tes­ta­tion de for­ma­tion va­li­dant des com­pé­tences ac­quises se­ra né­ces­saire pour la plu­part des em­plois « of­fi­ciels ». Et pour les ac­ti­vi­tés « free-lance », même si en­core de­meure la pré­pon­dé­rance réelle des sa­voir-faire, le « pe­di­gree » sco­laire du jeune im­pé­trant se­ra aus­si éva­lué.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.