Ely­sia Ka­rac­ter 500 la boîte à cou­leurs

KR Home-Studio - - TESTS -

Dans notre monde au­dio­nu­mé­rique, nom­breux sont ceux qui vouent un vé­ri­table culte aux ver­tus par­fois réelles, mais le plus sou­vent sup­po­sées, des ap­pa­reils ana­lo­giques an­ciens comme ré­cents. L’ob­jec­tif est presque tou­jours le même, ajou­ter une co­lo­ra­tion ab­sente de l’en­re­gis­tre­ment nu­mé­rique lorsque cette tech­nique est in­suf­fi­sam­ment com­prise ou ap­proxi­ma­ti­ve­ment maî­tri­sée.

ali­men­ta­tion est suf­fi­sam­ment di­men­sion­née pour l’ac­cueillir. En ef­fet, le Ka­rac­ter 500 né­ces­site un cou­rant de 210 mA (105 mA par slot) à +/- 16 volts conti­nus et, si presque tous les boî­tiers sont en me­sure de les four­nir, il se peut que vous soyez li­mi­té dans le nombre de K500 que vous pour­rez y ins­tal­ler, ou que d’autres mo­dules dé­jà pré­sents et éga­le­ment gour­mands l’em­pêchent de fonc­tion­ner cor­rec­te­ment.

Fonc­tion­ne­ment

Le Ka­rac­ter 500 est un mo­dule sté­réo qui offre trois modes de fonc­tion­ne­ment que l’on peut sé­lec­tion­ner grâce aux in­ter­rup­teurs si­tués au mi­lieu de la face avant. Par dé­faut, il se com­porte en double-mo­no, c’est-à-dire que les ré­glages de l’un et l’autre ca­nal, qui se font par les po­ten­tio­mètres si­tués à droite et à gauche de la face avant, sont to­ta­le­ment in­dé­pen­dants. En en­clen­chant le mode « Ste­reo Link », ce sont les ré­glages du ca­nal gauche qui vont s’ap­pli­quer à l’en­semble du si­gnal. Le troi­sième mode est d’au­tant plus in­té­res­sant qu’il est trop ra­re­ment pré­sent dans les ap­pa­reils ana­lo­giques ré­cents. Le Ka­rac­ter 500 est en ef­fet ca­pable de tra­vailler en mode Mid/Side (voir en­ca­dré), ce qui in­té­res­se­ra par­ti­cu­liè­re­ment les stu­dios de mas­te­ring sté­réo. Dans ce mode, le ca­nal gauche traite le centre, tan­dis que le droit se charge des cô­tés.

En ac­tion

Le Ka­rac­ter 500 pro­pose trois ni­veaux de sa­tu­ra­tion que l’on peut

sé­lec­tion­ner via deux des bou­tons­pous­soirs du centre. Sans au­cun d’entre eux en­clen­ché, il uti­lise le mode bap­ti­sé « Mas­te­ring Grade » qui cor­res­pond au plus faible ni­veau de dis­tor­sion. Nous sommes ici dans le re­gistre du « ré­chauf­fe­ment » du si­gnal à la ma­nière d’une bande ma­gné­tique. Le deuxième mode, bap­ti­sé « FET Sh­red », ajoute d’em­blée une forte dis­tor­sion ins­pi­rée de celle des cir­cuits à lampes. Ce n’est que lorsque ce deuxième mode est en­ga­gé que l’on peut pas­ser au troi­sième, in­ti­tu­lé « Tur­bo Boost », qui, tout en res­tant dans le même es­prit que le précédent, ajoute un de­gré sup­plé­men­taire de sa­tu­ra­tion ren­dant le si­gnal ori­gi­nal pour ain­si dire mé­con­nais­sable. (fi­gures 1 à 3) C’est une fois le mode sé­lec­tion­né que toute la di­ver­si­té du Ka­rac­ter 500 peut s’ex­pri­mer en ajus­tant les quatre contrôles dis­po­nibles. Confor­mé­ment aux re­com­man­da­tions d’Ely­sia, il est bon de com­men­cer avec le ré­glage le plus neutre pos­sible : « Drive » à 0, « Co­lor » au centre, « Gain » à 0 et « Mix » sur « Wet ». Le « Drive » sert à mo­di­fier l’in­ten­si­té de la sa­tu­ra­tion qui tend alors vers un son s’ap­pa­ren­tant à une pé­dale fuzz. Le bou­ton « Co­lor » mo­di­fie le rap­port entre les types d’har­mo­niques gé­né­rées. Le point 0 est au centre, vers la droite ( Sh­red) les har­mo­niques dans les hautes fré­quences du spectre sont aug­men­tées, tan­dis qu’elles sont at­té­nuées vers la gauche ( Dub). (fi­gures 4 à 6) Le Gain joue quant à lui sur le ni­veau de sor­tie du mo­dule et le Mix per­met

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.