Cage The Ele­phant

KR Home-Studio - - CHRONIQUES -

Tell Me I'm Pret­ty [RCA/So­ny]

Après un dé­mar­rage re­mar­qué en 2008 avec un disque épo­nyme convain­cant, les frères Shultz et leurs trois aco­lytes du Ken­tu­cky éditent au­jourd’hui un qua­trième al­bum. En­re­gis­tré aux Ea­sy Eye Stu­dio de Na­sh­ville, à cô­té de la ville na­tale du com­bo, les dix mor­ceaux ici réunis sont des pre­mières prises qui per­mettent de cap­tu­rer au mieux l’éner­gie et l’émo­tion du mo­ment. Pour le groupe, cette étape a été im­por­tante, sur­tout après le suc­cès de sa pré­cé­dente li­vrai­son, Me­lo­pho­bia, en 2013. Sur Tell Me I’m Pret­ty, la pro­duc­tion de Dan Auer­bach (La­na Del Rey, The Black Keys) est dé­ci­sive car elle ap­porte un cô­té ré­so­lu­ment or­ga­nique à l’en­semble de ce disque qui évoque, par mo­ments, cer­taines lé­gendes du rock in­dé. « Trouble » pour­rait rap­pe­ler les glo­rieux Pixies, « Cold Cold Cold » prend des al­lures de ma­riage entre les Strokes et les Arc­tic Mon­keys, alors que « Por­tu­guese Knife Fight » ré­sonne comme une re­lec­ture de l’oeuvre de l’iguane Iggy Pop. Vous l’avez com­pris, Cage The Ele­phant conti­nue de faire bouillir la mar­mite du rock in­dé en mé­lan­geant un tas d’in­fluences plu­tôt bien di­gé­rées, pour­sui­vant ain­si son che­min vers la ma­tu­ri­té au grand dam de cer­tains fans de la pre­mière heure.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.