Sam­ba De La Muerte

KR Home-Studio - - CHRONIQUES -

Co­lors [Yo­tan­ka Re­cords / PIAS]

Il quatre ans, Adrien Le­prêtre, membre du groupe Con­crete Knives, se lance dans un pro­jet so­lo pour s’oc­cu­per. La cou­leur mu­si­cale est alors acous­tique et ti­rant vers la folk. De­puis, Sam­ba De La Muerte a pris une am­pleur in­soup­çon­née. Non seule­ment la for­ma­tion s’est agran­die au­tour de son fon­da­teur, mais elle s’est vite éloi­gnée de son angle d’at­taque pour élar­gir son ho­ri­zon mu­si­cal. L’acous­tique ne consti­tue plus qu’un in­gré­dient d’une re­cette bien plus so­phis­ti­quée où cla­viers, gui­tares, cuivres et voix s’al­lient au­tour d’une écri­ture mé­tis­sée grâce à l’ajout de fra­grances afro­beat ou jazz, voire une ins­pi­ra­tion ve­nue de l’élec­tro. Pre­mier abou­tis­se­ment grand for­mat après trois EP, Co­lors illustre avec flam­boyance cette li­ber­té. Avec une pul­sa­tion im­pri­mée par des per­cus­sions en­traî­nantes et des lignes de basse groo­vy, les dix mor­ceaux réunis ici, chan­tés en fran­çais et en an­glais, prennent ra­pi­de­ment leur en­vol, à l’image du dan­sant « You’ll Ne­ver Know When I Lie », hymne in­die pop ara­bi­sant qui risque de s’im­po­ser comme un che­val de ba­taille live. Le mor­ceau fi­nal, « Love Song », lui, sonne comme une tour­ne­rie house or­ga­nique. La pop fran­çaise ou­verte au monde et voya­geuse se porte dé­ci­dé­ment très bien.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.