Qu’est-ce que le bot­tle­neck ?

KR Home-Studio - - SOS STUDIOS -

Éco­lo avant l’heure, le jazz a in­ven­té la ré­cu­pé­ra­tion d’ob­jets pour leur don­ner une se­conde vie, mu­si­cale cette fois !

Le bot­tle­neck était à l’ori­gine un gou­lot de bou­teille, uti­li­sé dans la mu­sique blues. À pré­sent prin­ci­pa­le­ment en mé­tal, il en existe au­jourd’hui de dif­fé­rentes formes et ma­tières des­ti­nées à pro­duire une plus grande di­ver­si­té d’ef­fets so­nores. On en re­trouve l’usage pour la gui­tare aus­si bien acous­tique qu’élec­trique.

Le mu­si­cien le porte à l’an­nu­laire ou au pe­tit doigt, le reste de la main amor­tit les cordes en amont, d’où la né­ces­si­té d’ac­qué­rir une cer­taine dex­té­ri­té ! Le bot­tle­neck touche les cordes mais n’écrase pas les frettes. Les autres doigts (nous rap­pe­lons que la main hu­maine en a cinq…) peuvent éga­le­ment jouer de ma­nière tra­di­tion­nelle, en al­ter­nant ain­si les tech­niques de jeu. In­utile d’in­sis­ter sur le ca­rac­tère par­ti­cu­liè­re­ment spec­ta­cu­laire de l’opé­ra­tion !

Outre les ef­fets de glis­san­do les plus connus, ce pe­tit ins­tru­ment au­to­rise le tra­vail d’in­ter­valles va­riables que le fret­tage ne per­met pas d’ob­te­nir. Donc une ex­plo­ra­tion plus fine de la jus­tesse comme sur un ins­tru­ment à manche lisse. Il donne éga­le­ment au son une plus grande va­rié­té de timbres, al­lant des plus chauds aux plus « cor­ro­sifs ». On y re­trouve toutes les va­ria­tions d’in­flexion de la voix hu­maine.

L’adap­ta­tion de la ten­sion des cordes étant à la base l’élé­ment pré­li­mi­naire de pré­pa­ra­tion de l’ins­tru­ment, les ha­bi­tués du jeu de slide uti­lisent les « open tu­nings » : open de E ou bien A ou G.

Cette tech­nique ne peut se ré­su­mer en quelques lignes. De nom­breuses vi­déos pour­ront prendre le re­lais de ma­nière très explicite. Mi­chelle Da­vène

Un gui­ta­riste uti­li­sant un bot­tle­neck.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.