In­ti­mate Strings So­lo Bundle

L’es­sence des cordes

KR Home-Studio - - TESTS -

Avec In­ti­mate Strings So­lo Bundle (ISSB), la so­cié­té Em­ber­tone pro­pose un qua­tuor à cordes aus­si ex­pres­sif qu’er­go­no­mique. Par­ti­cu­liè­re­ment adap­té à la com­po­si­tion de mu­siques à l’image, ce der­nier est com­po­sé d’un vio­lon, d’un al­to, d’un vio­lon­celle et d’une contre­basse. Mais comme nous al­lons le voir, ces ins­tru­ments so­lo peuvent aus­si se trans­for­mer en en­sembles…

Alex Da­vis et Jo­na­than Chur­chill, les com­po­si­teurs fon­da­teurs d’Em­ber­tone, com­mencent à faire sé­rieu­se­ment par­ler d’eux dans le mi­lieu du sam­pling triple A. Si leurs pré­cé­dents ins­tru­ments acous­tiques à prix mo­dique et sou­vent très bien sam­plés va­laient dé­jà le dé­tour, ISSB s’im­pose comme leur pre­mière grosse banque au for­mat Kon­takt. Les quatre ins­tru­ments d’In­ti­mate Strings So­lo Bundle (Fried­lan­der Vio­lin, Bla­kus Cel­lo, Fi­scher Vio­la et Leo­nid Bass du nom de leurs in­ter­prètes) sont dis­po­nibles en ver­sions in­dé­pen­dantes, mais c’est en bundle qu’ils prennent tout leur po­ten­tiel.

In­ter­face ré­cur­rente

Les ins­tru­ments d’ISSB ont une re­la­ti­ve­ment faible em­preinte sur le disque dur : 2,79 Go pour Fried­lan­der Vio­lin, 2,33 Go pour Fi­scher Vio­la, 3,63 Go pour Bla­kus Cel­lo et 4,24 Go pour Leo­nid Bass. Cette em­preinte est d’au­tant plus faible qu’ils sont li­vrés en 16 bits mo­no et sté­réo à l’ex­cep­tion de la basse aus­si dis­po­nible en 24 bits mo­no et sté­réo. On est donc bien loin des di­zaines de gi­gas ou plus des banques concur­rentes, ce qui n’em­pêche pas ISSB de son­ner re­dou­ta­ble­ment bien. À l’ou­ver­ture, on constate que l’in­ter­face est com­mune aux quatre ins­tru­ments, le vio­lon bé­né­fi­ciant des quelques avan­cées de la ré­cente ver­sion 1.5. Sur le pa­pier à musique en bas à droite, on na­vigue dans les quatre pages prin­ci­pales : Main, En­semble, Confi­gure et Con­trol. Dans Main (fi­gure 1), on choi­sit les modes de jeu : Sus­tain (avec plu­sieurs ar­ti­cu­la­tions en Sus­tain : Emo­tio­nal, Nor­mal, Im­me­diate, Harsh, Slur­red, Por­ta­men­to, Same Note Re­bow), Stac­ca­to, Pizz, Tre­mo­lo, avec ou sans sour­dine, ain­si que di­verses op­tions. As­tu­cieu­se­ment pen­sée, la pe­tite fe­nêtre car­rée sous le nom des ar­ti­cu­la­tions per­met de choi­sir le type de vi­bra­to (par un pad à deux di­men­sions) et la cou­leur du son (en dé­pla­çant l’ar­chet plus ou moins près du che­va­let ou du manche). On y ac­tive aus­si le mode Round-ro­bin (pour les notes ré­pé­tées), la ré­verb, et le mode le­ga­to (ou po­ly) et en­semble.

Aus­si en en­sembles

La se­conde fe­nêtre, En­semble (fi­gure 2), per­met de mul­ti­plier le nombre d’ins­tru­ments pour créer une sec­tion al­lant jus­qu’à huit élé­ments. En plus de choi­sir le nombre de mu­si­ciens en cli­quant sur les ins­tru­ments pour les ajou­ter ou re­tran­cher, cet en­semble peut être plus ou moins pré­cis en ti­ming et jus­tesse (pa­ra­mètres Tight­ness et In­to­na­tion), avec la pos­si­bi­li­té de créer des clus­ters dans les ré­glages ex­trêmes. Ran­do­mize ap­por­te­ra un peu de vie afin d’évi­ter de son­ner comme un groupe de ro­bots ! Il est à no­ter que pour in­té­res­sante qu’elle soit, cette op­tion d’en­semble semble sol­li­ci­ter pas mal de res­sources, gé­né­rant au pas­sage quelques ar­te­facts audio lors de nos tests.

Contrô­leurs et OSC

La page Confi­gure mé­rite notre at­ten­tion. Elle per­met d’op­ti­mi­ser les res­sources. Par exemple True Le­ga­to sert à désac­ti­ver les tran­si­tions entre deux notes si on ne les uti­lise pas afin d’éco­no­mi­ser les res­sources ma­chine. Idem pour Re­lease Samples, lui aus­si dé­brayable. D’autres op­tions sont en lien avec le jeu ou le ren­du so­nore. C’est le cas de Re­bow (un nou­veau coup d’ar­chet est dé­clen­ché à la fin du sus­tain na­tu­rel si la note conti­nue de du­rer, en rem­pla­ce­ment d’un sus­tain in­fi­ni, moins na­tu­rel, mais aus­si pos­sible) ou In­to­na­tion Ran­do­mize (va­ria­tions aléa­toires sur le pitch). La qua­trième fe­nêtre Con­trol per­met d’as­si­gner à des CC de son choix les dif­fé­rents ré­glages in­té­res­sants à uti­li­ser en temps réel. On peut aus­si as­si­gner à des keys­witchs sur des notes de son choix l’ac­ti­va­tion de tel ou tel ef­fet, comme les dif­fé­rents vi­bra­tos, ou type de jeu. Pour al­ler en­core plus loin dans le jeu temps réel, Em­ber­tone a eu la bonne idée de four­nir une tem­plate Touch OSC (un des meilleurs lo­gi­ciels OSC) pour pi­lo­ter ses ins­tru­ments à par­tir d’un smart­phone ou d’une ta­blette.

In­ti­mate Strings So­lo Bundle de­vrait sé­duire les com­po­si­teurs en quête de cordes en so­lo qui soient à la fois ex­pres­sives et simples à pro­gram­mer. Peu de concur­rence réelle pour cet en­semble dans la me­sure où l’offre des VSL, Ci­ne­samples, Spit­fire Audio et autres Or­ches­tral Tools, quand elle existe, est tou­jours plus chère pour des pro­duits plus vo­lu­mi­neux. Pas mal de rai­sons pour faire des cordes d’Em­ber­tone un po­ten­tiel clas­sique. Pierre Es­tève

Main pour le choix du jeu. En­semble, jus­qu’à huit mu­si­ciens.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.