Melt Your­self Down

KR Home-Studio - - CHRONIQUES -

Last Eve­nings On Earth [Leaf / Dif­fer-Ant]

L’his­toire de ce su­per-groupe an­glais et frap­pé a com­men­cé par la dé­cou­verte d’une pé­pite, un mor­ceau de l’Égyp­tien Ali Has­san Ku­ban. En écou­tant en boucle la chose, l’An­glais Pete Wa­re­ham, par ailleurs saxo­pho­niste, a alors l’idée de mon­ter un groupe de hip hop nor­da­fri­cain. Fi­na­le­ment, c’est à Londres que son en­vie de groove mé­tis­sé va se concré­ti­ser. Il sol­li­cite le chan­teur Ku­shal Gaya, Sha­ba­ka Hut­chings, autre saxo­pho­niste (aus­si membre de The Co­met Is Co­ming), le per­cus­sion­niste Sa­tin Singh, le bas­siste Ruth Gol­ler et le bat­teur Tom Skin­ner. Lan­cé par un pre­mier al­bum en 2013 et de nom­breux concerts, Melt Your­self Down concré­tise dans la du­rée la vi­sion ini­tiale de Wa­re­ham. Re­liant La­gos à New York, Man­ches­ter à So­we­to, cette for­ma­tion tout-ter­rain mixe dans la même mar­mite afro-beat et post-punk, free jazz et hip hop. Met­tant en avant la voix de prê­cheur hal­lu­ci­né de Gaya, la re­cette épi­cée de ce quin­tette pas comme les autres fonc­tionne au­tant en live qu’en stu­dio. Sur ce Last Eve­nings On Earth qua­si apo­ca­lyp­tique, la ryth­mique élas­tique main­tient la pres­sion et le tem­po dan­sant, tan­dis que les deux saxo­phones en­tre­tiennent le bra­sier. Grâce à la vir­tuo­si­té de cha­cun, la fu­sion pra­ti­quée par Melt Your­self Down est brû­lante et hyp­no­tique.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.