Qu’est-ce qu’un har­mo­ni­ca de verre ?

KR Home-Studio - - CRÉER -

Rien de com­pa­rable avec le concept de l’har­mo­ni­ca ha­bi­tuel, ce­lui dans le­quel on souffle ! On pense que c’est Ben­ja­min Frank­lin, l’in­ven­teur du pa­ra­ton­nerre entre autres, qui en 1763 a in­ven­té l’har­mo­ni­ca de verre !

L’har­mo­ni­ca de verre sut éga­le­ment at­ti­rer la foudre, celle des pu­ri­tains qui y virent un ins­tru­ment dont le son ren­dait les femmes… hys­té­riques ! C’est pour cette rai­son qu’il en reste si peu, car il fal­lut bien en­ten­du se dé­bar­ras­ser du « li­cen­cieux » ins­tru­ment soi-di­sant res­pon­sable de troubles psy­chiques et émo­tion­nels chez les dames !

Le prin­cipe de cet ins­tru­ment re­pose sur la fric­tion du verre qui pro­duit un son si­nu­soï­dal, c’est-à-dire un son pur, sans timbre, un peu « flû­té ». Ce type de son peut pro­duire à la fois un ef­fet de charme, de sé­duc­tion, voire d’aga­ce­ment. En tout cas rien de bien dan­ge­reux ! On peut le com­pa­rer au son des verres que l’on fait « chan­ter » lorsque l’on en frotte le bord en tour­nant !

Il est fait d’une pile de coupes de tailles dif­fé­rentes, fixées sur un axe ro­ta­tif, le mu­si­cien l’ef­fleure avec grâce et ob­tient un son ! L’Eu­rope cen­trale, grande pro­duc­trice de ver­re­rie, l’adop­ta ra­pi­de­ment. On le re­trouve dans des oeuvres connues comme l’opé­ra de Do­ni­zet­ti Lu­cia di Lam­mer­moor ou dans un concer­to de R. Hasse où il oc­cupe la place de so­liste ! Pa­ga­ni­ni le qua­li­fie d’« orgue an­gé­lique » !

En 1982, le maître ver­rier Ge­rhard Fin­ken­bei­ner en re­lance la fa­bri­ca­tion aux États-Unis. La musique contem­po­raine s’in­té­resse aux sons is­sus de la fric­tion du verre. Le com­po­si­teur de mu­siques de film Phi­lippe Sarde l’uti­lise dans la musique du Lo­ca­taire de Ro­man Polanski. Mi­chelle Da­vène (Ex­trait de l’En­cy­clo­pé­die des Ins­tru­ments de Musique – Éd. Gründt)

Un har­mo­ni­ca de verre.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.